logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Franck Apertet, Annie Vigier
Programmes: une application du processus re-action
09 avril-10 avril 2010
Bagnolet. L´Echangeur
Toujours aussi indisciplinés, les gens d'Uterpan contournent le protocole du festival Concordan(s)e, à savoir produire une pièce en duo avec un écrivain, pour s'attaquer directement à la question de cette écriture qui « dit » la danse.
fleche suivante1/1
Par Smaranda Olcèse-Trifan

Pour sa 4e édition, le festival Concordan(s)e organise des rencontres entre des écrivains et des chorégraphes, autour de la question du désir et du besoin de créer. L'écrivain travaille les mots, le chorégraphe prend comme matière le corps même. L'échange peut emprunter des formes diverses. Annie Vigier et Franck Apertet, les gens d'Uterpan, s'emparent de cette invitation pour proposer Programmes, une nouvelle application du processus re/action.

Leur travail se situe à la lisière de la performance, de la danse, de l'exposition et de l'événement. Ils se jouent joyeusement des frontières et interrogent de manière critique les modalités d'apparition, de production et de lecture du spectacle vivant.
Dans une démarche réflexive visant le statut du chorégraphe et les conventions qui régissent le champ social de la danse, Annie Vigier et Franck Apertet créent des œuvres chorégraphiques qui se condensent en à un titre et en une signature, Pièce qui porte le nom et l'adresse du lieu où elle se produit, ou encore ont la forme d'une audition publique transformée par ailleurs en performance, Avis d'audition et Parterre, activée dans les salles de manière intempestive.

Dans le contexte de Concordan(s)e, ils s'attaquent à l'écriture, qui est au cœur du processus chorégraphique, posent une question récurrente : « Qu'est-ce-que créer aujourd'hui ? » mais par le biais d'un autre type d'écriture, celle de la communication et de l'interprétation de la danse: critiques, articles de presse, programmes, feuilles de salle…

Le dispositif qu'ils mettent en place est simple, sa frontalité est radicale. Quatre lecteurs sont assis devant des tables dont les dimensions font penser à une possible manipulation des corps et dont l'inclinaison rappelle le travail à la chaîne. Ils donnent voix à des programmes de spectacles de danse. A l'entrée du théâtre, chaque spectateur en a reçu un tout autre exemplaire, faisant référence à une pièce déjà jouée ou à venir. Comme à l'accoutumée, l'intervention des gens d'Uterpan se constitue en une injonction directe à l'adresse du public, qui est obligé de se positionner, de porter un regard critique sur sa pratique de « spectateur » et sur les codes implicites qui régissent la représentation de la danse.

Les quelques effets comiques obtenus par la lecture ne peuvent pas dissimuler la sonorité creuse et convenue des formules qui, sous le signe de l'art, propagent un marketing insidieux. C'est une déferlante de la langue de bois qui dit la danse. Ceux d'entre les spectateurs qui se seraient pris au jeu et auraient cherché à reconnaître le chorégraphe avant qu'il soit nommé, doivent désarmer devant le pouvoir écrasant des mots, anodins ou, ce qui est pire encore, recherchés, précieux, mués en panacée universelle.

Des chorégraphes les plus célèbres aux plus confidentiels, des lieux les plus prestigieux aux plus alternatifs, rien n'échappe au fléau du jargon. A l'heure où les critiques de danse sont de plus en plus prisés comme dramaturges ou conseillers auprès des chorégraphes, il est plus que salutaire de débusquer ces tares du langage. Et le présent texte n'y échappe sans doute pas…

Certes, l'expérience peut en agacer plus d'un… mais une certaine radicalité est nécessaire pour bousculer les habitudes paresseuses. Les Bocalistes de Boris Charmatz − ces terribles étudiants-expérimentateurs remettant en cause, par leurs actions, l'efficacité de l'enseignement en danse − avaient déjà pensé à un Exercice de prédiction auquel la proposition des gens d'Uterpan semble répondre. Ils y exposaient l'intelligence des attendus d'une représentation, tout autant que la bêtise acceptée des a priori, des clichés et des fausses certitudes…

Ces deux démarches vont de paire, s'attaquent à la question de la représentation d'une représentation et nous rappellent que « Le spectacle est toujours déjà « représenté » avant d'être vu » (Boris Charmatz).






fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
DIAPORAMA

Erwin Blumenfeld, Robe verte, 1946. Impression jet d’encre sur papier Canson baryta, tirage posthume (2012)
Eszter Salamon, Dance For Nothing. Solo
Laurence Bonvin, De la série Freizeit, Mémorial germano-polonais Parc de Friedrichshain, Berlin 2007.
Kendell Geers, Profanation (Goya), 2008. White neon. 170 x 115 cm



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales