logo
160330RicardAllouche
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Véronique Albert, Carey Jeffries
Travail en cours
31 janv.-02 fév. 2008
Paris 10e. Point Ephémère
Quelles sont les limites du corps et comment en jouer ?
Si l'on envisage notre enveloppe corporelle comme une surface, comment doit-on la traiter ?
À travers deux pièces bien distinctes, Carey Jeffries et Véronique Albert interrogent la notion de contour, nous livrant des pistes diamétralement opposées.
fleche suivante1/1
Par Sophie Grappin-Schmitt

Invité à pénétrer dans le studio alors même que les danseurs sont en place, le spectateur appréhende d'emblée le travail de Carey Jeffries dans sa dimension expérimentale : il s'agit d'une résidence, d'un processus de création dévoilé plutôt que d'un spectacle.
Des images de l'exposition Abysses (actuellement au jardin des Plantes) sont projetées sur le mur du fond, tandis que les danseurs s'abandonnent à un massage préparatoire. Et bientôt, ce ne sont plus les mains, mais les corps entiers qui cherchent la rencontre de l'autre ; par binômes, les interprètes s'engagent dans une improvisation de « danse contact » où l'enveloppe charnelle de l'un devient pour l'autre une surface à partir de laquelle déployer un mouvement. Tandis que se multiplient les zones de contacts, de nouvelles possibilités s'offrent aux danseurs et leurs prises de risques se font de plus en plus fréquentes, jusqu'au point où cet abandon de soi s'apparente à de l'inconscience. Alors – juste à temps ? –, les interprètes se séparent, mus par des spasmes, à la façon d'une danse butô, puis se redressent pour quitter la scène par une marche désincarnée.

De la pénombre jusqu'à la pleine lumière, le parcours dessiné par Carey Jeffries tente ainsi l'accomplissement d'un vieux rêve, énoncé il y a plus d'un siècle par Paul Valéry : rapprocher le corps dansant de celui de la méduse, c'est-à-dire le présenter selon une organisation toute autre, informelle, où les enveloppes délimitant le sujet ne sauraient l'enfermer en une figure, mais permettraient mouvements et déplacements. Et l'usage de la technique du butô parachève cette métamorphose puisqu'elle permet à l'interprète de rompre avec son habituelle présence au monde : il ne s'agit plus pour le danseur de posséder un corps mais de s'incorporer, au même titre que l'animal ou le végétal.

Dans un tout autre registre, Véronique Albert interroge la notion de délimitation du corps, mais à partir d'une féerie toute en économie de moyens et de mouvements. En multipliant les ombres et les reflets, ainsi qu'en fractionnant son propre corps, la chorégraphe atteint une forme d'ubiquité. Paradoxalement, c'est en objectivant son corps qu'elle parvient à le rendre immatériel et à en abolir les limites physiques.
Le spectateur, plongé dans l'obscurité, se trouve obligé de distinguer les choses au lieu de simplement les voir ; confronté à de multiples mirages, apparitions, il lui faut nécessairement se demander à partir de quel point de vue il regarde. Ainsi, la chorégraphe interroge les limites de la perception en même temps que celles du corps, le transformant en un écran capable de filtrer, réfléchir ou masquer la lumière. Les mouvements qu'elle utilise sont très simples, bien loin de l'investissement physique proposé par Carey Jeffries, mais ils sollicitent davantage le regard du spectateur: c'est à lui d'effectuer les mouvements, c'est à son oeil de se fatiguer dans une succession de mises au point. Il s'agirait d'une « danse des regards » telle que l'imagine le cinéaste Stanley Brakhage, émancipée du corps humain et de ses limites.

Le regard, justement, glisse trop souvent sur les mouvements improvisés par le groupe de Carey Jeffries pour ne pas s'accrocher parfois à des détails, ces promesses d'histoire que constituent un tatouage, des cheveux blancs … Car explorer les limites du corps, c'est aussi questionner le sujet et son identité. En l'effaçant totalement dans la collectivité ou dans l'ombre, celle-ci nous apparaît peut-être plus existante.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160330Le104Orphelins
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160330JeuPaume
160411CorciaMoscona
160408MarechalMarcJohnson


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
puce rouge  Assemblée générale de l’ANdEA : pour une politique responsable des écoles supérieures d’art
puce rouge  La galerie Dukan déménage rue des rosiers au marché aux puces de Saint-Ouen
puce rouge  Le Centre national des arts plastiques met en ligne sa collection
puce rouge  Appel à candidatures bientôt ouvert pour l’Académie des savoir-faire de la Fondation Hermès
puce rouge  La 12ème édition de la Nuit européenne des musées aura lieu le 21 mai 2016
puce rouge  Les lauréats 2016 du Grand prix de la Ville de Vallauris annoncés
puce rouge  Marion Zilio, nommée directrice du YIA Art Fair
puce rouge  Cinq candidats en lice pour la direction du Théâtre de Cité internationale
puce rouge  «Galeristes»: un nouveau salon au Carreau du Temple
puce rouge  10e édition des Journées européennes des Métiers d’Art
puce rouge  Agnès Alfandari nommée Directrice du numérique à l’Institut français
DIAPORAMA

Edy Ferguson, Coke Tragedy, 2013. Collage, graphite, fil à broder, peinture à l’huile sur papier. 50 x 60 cm
Roser Lopez Espinosa, Lowland, 2013. Danse, 50 min.
Yang Fudong, International Hotel N°5, 2010. Black and white photo. 180 x 120 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales