logo
141031Fotofever
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Véronique Albert, Carey Jeffries
Travail en cours
31 janv.-02 fév. 2008
Paris 10e. Point Ephémère
Quelles sont les limites du corps et comment en jouer ?
Si l'on envisage notre enveloppe corporelle comme une surface, comment doit-on la traiter ?
À travers deux pièces bien distinctes, Carey Jeffries et Véronique Albert interrogent la notion de contour, nous livrant des pistes diamétralement opposées.
fleche suivante1/1
Par Sophie Grappin-Schmitt

Invité à pénétrer dans le studio alors même que les danseurs sont en place, le spectateur appréhende d'emblée le travail de Carey Jeffries dans sa dimension expérimentale : il s'agit d'une résidence, d'un processus de création dévoilé plutôt que d'un spectacle.
Des images de l'exposition Abysses (actuellement au jardin des Plantes) sont projetées sur le mur du fond, tandis que les danseurs s'abandonnent à un massage préparatoire. Et bientôt, ce ne sont plus les mains, mais les corps entiers qui cherchent la rencontre de l'autre ; par binômes, les interprètes s'engagent dans une improvisation de « danse contact » où l'enveloppe charnelle de l'un devient pour l'autre une surface à partir de laquelle déployer un mouvement. Tandis que se multiplient les zones de contacts, de nouvelles possibilités s'offrent aux danseurs et leurs prises de risques se font de plus en plus fréquentes, jusqu'au point où cet abandon de soi s'apparente à de l'inconscience. Alors – juste à temps ? –, les interprètes se séparent, mus par des spasmes, à la façon d'une danse butô, puis se redressent pour quitter la scène par une marche désincarnée.

De la pénombre jusqu'à la pleine lumière, le parcours dessiné par Carey Jeffries tente ainsi l'accomplissement d'un vieux rêve, énoncé il y a plus d'un siècle par Paul Valéry : rapprocher le corps dansant de celui de la méduse, c'est-à-dire le présenter selon une organisation toute autre, informelle, où les enveloppes délimitant le sujet ne sauraient l'enfermer en une figure, mais permettraient mouvements et déplacements. Et l'usage de la technique du butô parachève cette métamorphose puisqu'elle permet à l'interprète de rompre avec son habituelle présence au monde : il ne s'agit plus pour le danseur de posséder un corps mais de s'incorporer, au même titre que l'animal ou le végétal.

Dans un tout autre registre, Véronique Albert interroge la notion de délimitation du corps, mais à partir d'une féerie toute en économie de moyens et de mouvements. En multipliant les ombres et les reflets, ainsi qu'en fractionnant son propre corps, la chorégraphe atteint une forme d'ubiquité. Paradoxalement, c'est en objectivant son corps qu'elle parvient à le rendre immatériel et à en abolir les limites physiques.
Le spectateur, plongé dans l'obscurité, se trouve obligé de distinguer les choses au lieu de simplement les voir ; confronté à de multiples mirages, apparitions, il lui faut nécessairement se demander à partir de quel point de vue il regarde. Ainsi, la chorégraphe interroge les limites de la perception en même temps que celles du corps, le transformant en un écran capable de filtrer, réfléchir ou masquer la lumière. Les mouvements qu'elle utilise sont très simples, bien loin de l'investissement physique proposé par Carey Jeffries, mais ils sollicitent davantage le regard du spectateur: c'est à lui d'effectuer les mouvements, c'est à son oeil de se fatiguer dans une succession de mises au point. Il s'agirait d'une « danse des regards » telle que l'imagine le cinéaste Stanley Brakhage, émancipée du corps humain et de ses limites.

Le regard, justement, glisse trop souvent sur les mouvements improvisés par le groupe de Carey Jeffries pour ne pas s'accrocher parfois à des détails, ces promesses d'histoire que constituent un tatouage, des cheveux blancs … Car explorer les limites du corps, c'est aussi questionner le sujet et son identité. En l'effaçant totalement dans la collectivité ou dans l'ombre, celle-ci nous apparaît peut-être plus existante.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Mort du photographe américain David Armstrong
puce rouge  Jean-Luc Vilmouth nommé Directeur du département des Etudes aux Beaux-Arts de Paris
puce rouge  Nomination de Christian Rizzo à la tête du CCN de Montpellier-Languedoc-Roussillon
puce rouge  Camille Blatrix, 16e Prix Fondation d'entreprise Ricard
puce rouge  Julien Prévieux, lauréat du Prix Marcel Duchamp 2014
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
DIAPORAMA

Compagnie Catherine Diverrès, Encor, 2010. Pièce pour 5 danseurs. Musique: Jean-Luc Guionnet, Denis Gambiez, Eric Satie, Marin Marais.
Hugo Pernet, Méduse, 2013. Acrylique sur toile. 120 x 120 cm.
Christian Marclay, The Clock (détail), 2010. Single channel video. Duration: 24 hours.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales