logo
160520ArtAbordable
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Susanne Linke
Schritte verfolgen II
20 oct.-25 oct. 2008
Pantin. Centre national de la danse
« Pas question de faire du mouvement pur ou des jeux de formes ! La vie est trop courte pour cela. Pour moi, l'émotion existe en premier, le mouvement suit. » Susanne Linke
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge 5 solos

Par Nicolas Villodre

Schritte verfolgen II de Susanne Linke n'est pas une création. Loin de là. Pas même une recréation, la pièce ayant été « reconstruite » l'année dernière non pas à Marienbad mais à Berlin. L'œuvre date de 1985, mais ne semble pas dater pour autant. Il faut dire qu'à l'époque déjà, la chorégraphe était à contre-courant de la danse en vogue, des petites choses élégantes à la française, des gros spectacles cabaretiers rétro bauschiens, de la danse non figurative cunninghamienne, du théâtre gestuel et des perfs belges, etc.

Conçue en collaboration avec le plasticien-chorégraphe Va Wölfl, Schritte verfolgen (en français : « Suivre les pas »), est une pièce  minimaliste et, assez paradoxalement, curieusement même, expressionniste. Quand on écrit « expressionniste », on ne veut pas simplement dire qu'on a affaire à de la « danse d'expression » (Ausdruckstanz), au sens où l'entendait Mary Wigman, chez qui Linke a fait ses classes — un très beau portrait filmé réalisé par Urs Dietrich la montrait d'ailleurs dans un cours collectif donné par la pionnière de la danse moderne allemande à la fin des années soixante. La thématique morbide a aussi un rapport direct avec le mouvement expressionniste.

Susanne Linke aurait dit quelque part : « Pas question de faire du mouvement pur ou des jeux de formes ! La vie est trop courte pour cela. Pour moi, l'émotion existe en premier, le mouvement suit. » Ce en quoi elle reste fidèle aux principes wigmaniens. La pièce se veut une introspection, une série de flashes-back, à l'approche de la mort — bellement symbolisée par la chorégraphe vêtue d'une lourde robe pourpre, portant une faux, avançant à pas comptés de cour à jardin —, un récapitulatif des étapes de la vie (enfance, jeunesse, âge mur, vieillesse) que la sagesse populaire ou les philosophes distinguent depuis les Romains, ici incarnées par quatre danseuses femmes, dont la chorégraphe : Armelle H. van Eecloo, Mareike Franz, Elisabetta Rosso, Susanne Linke.

Le résultat est probant, comme toujours avec Linke. La pièce est pleine de trouvailles gestuelles, d'effets lumineux, sonores et scénographiques d'une rare efficace. Mais pas seulement. Ce qui compte dans cette expérience, c'est précisément ce travail de transmission d'un rôle, d'un solo, à trois générations de danseuses, deux d'entre elles apparemment formées au contemporain, la plus jeune aux réflexes classiques. Schritte verfolgen II, qui n'était au départ qu'un solo (cette variation de la chorégraphe en costume masculin gris conclut d'ailleurs le spectacle), est devenu un exercice de style pédagogique et une œuvre chorale, comme, là encore, nombre de pièces de Mary Wigman.

La danse libre d'Isadora, Fuller, Graham, Wigman, à de Keersmaeker, est souvent affaire de genre, lent apprentissage monastique ou, plutôt, nonastique. L'enfance de l'art se situe dans l'univers virginal de HP, celui dans lequel baignaient déjà Les Algues de Janine Charrat, celui des hystériques pseudo-épileptiques de Charcot ou de Caligari, qui a pu être un modèle de jeu pour l'acteur du théâtre expressionniste — en un sens, quelqu'un comme Artaud faisait partie de cette troupe.

Avec trois fois rien — deux tables même pas vertes, une nappe blanche, quelques airs d'opéra, qui vont du baroque au romantisme wagnérien, un collage bruitiste de Dieter Behne, des fumigènes, de la fausse neige en vrai plumage d'oie, des éclairages d'Hartmut Litzinger inspirés de ceux de Johan Delaere, des camisoles en coton, des bottines de sept lieues en maille de laine — Linke produit des formes et des gestes à la fois élémentaires et subtils, parfois en écho lors de faux pas de deux, de motifs répétés. Le passé est tiré par un câble électrique au bout duquel est accroché une grosse lampe ayant perdu de son lustre cristallin.

Il nous était arrivé, dans les années 80, au moment donc de la création de la pièce, de déjeuner paisiblement dans une auberge en pleine forêt noire et d'être brutalement secoué par le vacarme d'un avion à réaction américain (l'Allemagne était à l'époque occupée à son tour par les Alliés). C'est sur cette trouvaille sonore fulgurante que se clôt Schritte verfolgen II.

Horaire : 20h30. Relâche le mercredi.

— Conception : Susanne Linke
— Interprétation : Armelle H. van Eecloo, Mareike Franz, Susanne Linke, Elisabeta Rosso


fleche suivante1/1



ANNONCES


160513Abordable
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160517Le104impatience
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA

Emilie Arfeuil, Un passé sous silence, 2015. Impression jet d’encre. 60 x 90 cm.
Delphine Deguislage, Vue d’ensemble de l’exposition «Toute-puissante», galerie melanie Rio Paris, 2015



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales