logo
150206CracSeteChatonChildress
  AGENDA CRITIQUES  
art... photo... design... danse... livres... parisART RECRUTE
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Perrine Valli
Je pense comme une fille qui enlève sa robe
20 janv.-22 janv. 2009
Saint Ouen. Mains d’Oeuvres
En empruntant son titre à Georges Bataille, la chorégraphe évoque la question de l'identité du corps prostitué à travers un duo, qui prend la forme d'une installation « danse et voix ».
fleche suivante1/1
Par Juliane Link

Dans une scénographie minimaliste, jouant sur une opposition de lignes noires et blanches révélées au fur et à mesure de la pièce, les corps des deux interprètes — d'abord vêtues et coiffées à l'identique, puis dévêtues et exhibées — interrogent les codes et les représentations de la prostitution. Deux corps différents qui apparaissent analogues et conformes à la fonction à laquelle ils sont dévoués : offrir du plaisir, nourrir des fantasmes dont ils ne sont que les interprètes passifs. Des corps se mouvant dans une expression du vide, sans rêve et sans désir, des corps se prêtant au jeu de ce qu'on attend d'eux.

Que la danse interroge la prostitution soulève avec audace le voile sur nos prohibitions. Conter la condition du corps prostitué suppose de mettre en scène un corps qui n'existe d'ores et déjà que par sa mise en scène, dans sa qualité de corps. La figure de style est surprenante, mais elle n'est pas dénuée de sens, elle révèle l'ensemble de ces moments de la vie des prostitués auxquels nous n'avons peut-être jamais songé. Les multiples scènes d'habillage et de déshabillage, réalisées en silence, dans la lenteur du geste, expriment avec brio cette lassitude du corps menant au déni de soi, à l'anéantissement de l'être. Cependant, la nudité est explorée à travers de nombreuses perspectives : le mouvement et le geste donnent leurs significations au corps, révélant la multiplicité des expressions possibles du nu.

Ce duo, construit sur un travail sonore considérable et sophistiqué, se nourrit également de la performance de l'interprète Jennifer Bonn, qui prête sa voix pour  de nombreux morceaux live. Le choix d'une scénographie amovible, constituée de lignes décollées, recollées, en pointillés, exprime manifestement la question des limites, limites sociétales, imaginaires, construites et déconstruites, qui animent nos schémas mentaux.

La dernière partie offre un instant d'enfance distillée dans le présent. De petits personnages de papier s'animent, virevoltent, dansent la ronde d'un rêve brisé. Les deux danseuse se distinguent.  La première, en parallèle du travail vidéo, dessine l'idée d'une femme parcourue par ces hommes de papier ne faisant que glisser, avalés, rejetés. Un corps rompu, sans souffrance, sans attente, un corps détaché qui n'existe que par son accessibilité à tous. La seconde, ayant révélé sa propre identité, transcende un corps sans nom et sans couleur, dans une affirmation de soi qui tient lieu de consolation.

Il s'agit d'un nouveau genre de représentation aux vertus sociales. La partie s'exprime dans une scène d'un genre « lap-dance » et révèle le tout d'une réalité aux contours variés, entre une prostitution subie et une prostitution revendiquée. Il existe une ambiguïté constitutive du discours sur la libre exploitation du corps. La prostitution même dans ses formes légalisées, comme c'est le cas en Suisse notamment, n'engendre pas une reconnaissance de cette activité. La dénégation sociale demeure au-delà des droits reconnus, sur le marché du sexe.

En partant de ce sujet de société, la chorégraphe cherche à saisir des notions plus abstraites, interrogeant l'universel de l'identité sexuelle et de la manière dont un homme peut s'imaginer être femme, posant la question d'une possession physique de l'autre comme forme d'appropriation ou non de sa pensée.

— Conception et chorégraphie : Perrine Valli
— Création sonore : Jennifer Bonn
— Création lumière : Cyril Leclerc
— Scénographies et costumes : Marie Szersnovicz
— Vidéoprojection : Akatre
— Regard extérieur : Frédéric Lombard
— Musique : American music Club, Dok Bundi, Bobby Lapointe


fleche suivante1/1



ANNONCES


150401VilletteVarini
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
150331Le104SequenceDanse
150424Le104Gaumont
150326MarechalBroccolichi


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le jury du Prix Canson 2015 a sélectionné les cinq finalistes
puce rouge  Le Satellite: un nouvel outil de diffusion pour le Frac Franche-Comté
puce rouge  Première édition du Forum «Entreprendre dans la culture»
puce rouge  Décès de Michel Bernard, philosophe à l’origine du département de danse de Paris 8
puce rouge  Le nouvel Iheap, attaqué en justice par Daniel Buren, répond par communiqué
puce rouge  Baisse de subvention et suppression de postes: le Quartier centre d’art contemporain de Quimper en danger!
puce rouge  28 mars 2015, inauguration du premier «Centre Pompidou provisoire» à Malaga
puce rouge  Derniers jours pour participer à la 20e édition du Prix Voies Off
puce rouge  Nomination de Hortense Archambault à la direction de la MC 93, scène nationale
puce rouge  Lettre ouverte du groupe «Economie Solidaire de l’art» à la Ministre de la culture
puce rouge  L’ADIAF annonce les nommés au prix Duchamp 2015: Davide Balula, Neïl Beloufa, Melik Ohanian, Zineb Sedira
puce rouge  Création du Prix du Châssy(is!), des collectionneurs récompensent un(e) peintre contemporain
DIAPORAMA

Olivier Peyricot, Psychomoulages blanc et noir, 2008. Vases en céramique émaillée, 27 x 28 x 28 cm ou 22 x 30 x 20 cm.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales