logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Olivia Grandville, Maud Le Pladec
Hors Saison Arcadi
18 fév.-19 fév. 2012
Noisiel. La Ferme du Buisson
Journée marathon à la Ferme du Buisson, le programme présenté dans le cadre du Hors Saison d'Arcadi avait pour thématique les relations à la musique. Avec plus ou moins de bonheur on a pu découvrir ou revoir les pièces de chorégraphes émergeants, dont la variété de points de vue constitue déjà un premier intérêt.
fleche suivante1/1
Par Sophie Grappin-Schmitt

Tarte à la crème théorique, terrain glissant d'infinis débats, le lien qui unit danse et musique s'avère malgré tout être un des sujets les plus fertiles du champ chorégraphique. Dans la programmation proposée le temps d'un week-end à la Ferme du Buisson, pas question de se perdre dans des questions de genèse: qui de l'œuf ou de la poule, de la danse ou de la musique…

Au départ, donc, la musique — ou une idée de musique — qu'on vient interroger, malmener, mettre en œuvre, en mouvement, en danger, illustrer. Les possibilités sont multiples, les gestes développés par chaque auteur bien distincts.

Jesus Sevari s'attaque à une symphonie de Berlioz pour Childe, solo agréable qui propose plusieurs temps, plusieurs réponses à la partition musicale. Tout d'abord très illustrative, la danse précise de la chorégraphe développe avec un plaisir palpable une iconographique particulièrement graphique, amplifiant l'aspect descriptif de la musique; puis, au contraire, elle abstrait son langage, tente de donner corps à l'œuvre autrement que sous la forme de figures et de pantomimes, chargeant alors le décor de cette tâche. Pour autant elle reste à la surface, ne parvenant pas à explorer réellement le dispositif très grahamien qu'offrait la sculpture en scène de Yann Le Bras. Le résultat est léger, peut-être parfois anecdotique, mais sauvé par la belle interprétation de la chorégraphe.

Les cinq Ryoanji d'Olivia Grandville nous plongent dans le Japon de John Cage. Scénographie immersive, le public se voit disposé à la fois sur le plateau et dans les gradins, où les interprètes musiciens se déplacent librement et composent un travail de spacialisation sonore déroutant, la musique pouvant surgir de n'importe où. Sur scène, les danseurs semblent reconduire le travail de reprise et de variation proposé par le compositeur; ils créent des lignes de fuites, forment des sculptures de chair, empruntant au yoga un certain nombre de postures, un goût pour les torsions et les flexions intenses, mais sans éveiller passion ou hypnose.

Pendant que Marlene Monteiro Freitas présentait Guintche, dont la forme soliste dialogue étrangement avec la proposition de Jesus Sevari, Gaël Sesboué imposait à une salle docile et trop polie un insupportable concert bruitiste, qu'on oubliera immédiatement pour se concentrer sur la belle découverte de la journée: Poetry de Maud Le Pladec.

Prenant pour point de départ l'œuvre pour guitare électrique de Fausto Romelli, Trash TV Trance, la jeune chorégraphe opère un travail méthodique d'écoute musicale, d'une grande finesse de décomposition et de synthèse formelle.

La chorégraphie repose sur une mise en boucle de mouvements, une répétition systématique de gestes au rythme trépidant de la partition jusqu'à épuisement, qui transforme la qualité fluide et continue des mouvements humains en une sorte de fréquence.
Les corps semblent électrifiés, ils se superposent visuellement, se répondent comme le feraient des sons à l'intérieur d'un accord, mis en tension et animés d'une oscillation permanente.
Pas de relâche ou presque pendant toute une heure, tandis que les lumières accompagnent la progression dramaturgique de la pièce, que les danseurs mutent peu à peu, d'amplificateur, de transducteur, en onde télévisuelle: un bombardement d'électrons, un signal RVB, un entrelacement de demi trames… chacun des danseurs semblant compléter l'autre pour ne former qu'une seule image! Ils gravitent, comme le feraient des électrons, autour du guitariste et triomphent sur le spectateur en l'éblouissant d'une violente lumière, irradiante, tandis que la rumeur d'un poste téléviseur achève de saturer l'espace.

C'est implacable et cela rappelle, sous une toute autre forme, l'acuité et la délicatesse du travail d'Anne Teresa de Keersmaeker. Son souffle et sa vitalité des premières heures aussi.




fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160809Bruxelles
BethuneLaBanque
160729PicSaintLoup


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Guillaume Bailliart, Tartuffe d’après Tartuffe d’après tartuffe d’après Molière, sd.Théâtre, performance. 1h
Miryan Klein, La Consommation, 2000-2009. Aluminium, sacs en tissus, motorisation. 400 cm x 200 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales