logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Richard Siegal
Civic Mimic
15 déc.-17 déc. 2011
Paris 16e. Théâtre de Chaillot
Fruit d'un laboratoire de recherche mené avec des performers volontaires, dénombrés à la centaine, et la compagnie The Bakery, Civic Mimic se présente en un astucieux triptyque. La performance développe une architecture de mouvements au sein d'un groupe, afin d'exploiter avec richesse un espace-temps de transition entre la rue et la salle de spectacle.
fleche suivante1/1
Par Marie Souilliart

A Chaillot, une heure et demi avant que ne débute la représentation du soir — celle de la compagnie Forsythe, où Richard Siegal fut justement danseur — le grand foyer alias le bar restaurant est ouvert.
Dans le hall d'accueil d'abord, non loin des vestiaires et de la billetterie, la présence d'un large groupe de performers, cloîtré dans un espace comme fait pour les contenir tous, nous retient presque malgré nous dans un préambule pétri d'attente, entrecoupé de faibles actions. De brefs allers-retours vers un espace de même superficie, à quelques marches en contrebas, incitent les spectateurs, disciplinés, à suivre, pour au final contempler une quasi-absence d'actions. Puis, les regards insistants ou vaquant de l'un à l'autre des membres du public, engagent à la longue, là aussi, une réciprocité. Cette orchestration résonne comme une expérience de psychologie sociale, comme si elle étudiait la façon dont les gens se perçoivent, s'influencent et entrent en relation les uns avec les autres.

Jouant à nouveau sur une soumission librement consentie du spectateur, en réaction à une nappe de sons électroniques s'intensifiant, le deuxième tableau, dans le grand foyer, gagne à être appréhendé en cours de route. Le sommet large et bombé d'une installation signée R&Sie(n), prend naissance à la poursuite de deux longues tables du restaurant, et jette immédiatement une amusante confusion entre performers et quidams, à savoir les danseurs, déjà en possession de l'espace scénique, et les clients du restaurant, qui dînent.
On comprend vite qu'un mécanisme d'improvisation continue de placer la performance sous la dimension de son titre.

En faisant écho à la liberté civile, chacun des six danseurs a le droit d'agir à sa guise sous réserve de respecter les lois établies : mimétisme, répétition, contrepoint et ligne de fuite. En soi ce n'est non le vocabulaire gestuel et compulsif du mouvement, relatif à la mimique, ou les trouvailles formelles autour de l'installation, qui entretiennent l'attention. Mais plutôt la façon dont cette logique travaille et transforme le mouvement, le fait advenir presque à l'insu de l'interprète comme une mimique.
Elle permet par effet de chaîne d'inscrire la technique classique de ces six danseurs dans des angles hors norme. Cela met en relief le résidu expressif, parfois un peu outrecuidant, de ce style, prenant comme par surprise l'exagération de leur physionomie: le crochet d'une pointe de pied, la saillance musclée et presque cambrée d'une jambe tendue, l'en-dehors indécent d'un grand plié orienté vers le haut, qui, par exemple, apparaissent d'un interstice laissé par la construction.

L'improvisation vouée à évoluer spatialement entraîne à la fois les danseurs et le public, incité à les suivre, dans une exploration du grand foyer: de ses parois en arcades, de sa profondeur, de ses volumes initialement occupés de façon anodine par l'assistance.

La division de la troupe en duos, quatuors, solos, s'enchevêtre en un ballet sillonnant le public, creusant par là un espace inter corporel appréciable car restreint, entre spectateurs et danseurs. Ce qui donne à sentir l'agilité de leurs déplacements, à scruter leurs expressions faciales, à palper l'exaspération qui suinte du mouvement au bout d'une demi-heure de performance. D'autres mimiques… Et plus encore lorsque l'imposant groupe des performers du début déambule en bandes et en lignes. Lorsqu'en effet la logique reproductive, ce code de conduite plus patent à présent mais toujours énigmatique, s'étend à grande échelle, c'est au tour du spectateur de faire des choix de perception, des choix d'action. De devenir lui aussi membre d'un groupe tantôt fixe, tantôt suiveur, en alerte et partie prenante en tout cas de ce vaste fourmillement.

A la sortie, achevant d'immiscer la performance de la compagnie, qui s'est discrètement éclipsée, dans un entre-deux aux contours dédoublés, l'activité stagnante et enclavée des performers volontaires reprend. Cette calme cohorte finit par franchir à reculons les portes d'un sous-sol, et sortir. Dommage qu'on ne les ait pas vus s'éloigner et se disperser à la manière des spectateurs qui regagnent la rue. Car par l'effet de miroir sous-tendu tout au long de cette pièce, c'est en somme en tant que chorégraphe du public que Richard Siegal s'empare et met en abîme des zones d'espace et de temps déjà intervallaires.




fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole des Arts décoratifs (Ensad)
DIAPORAMA

Jean-Claude Gallotta, Yvan Vaffan, 2013. Danse. 1h30



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales