logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Angelin Preljocaj
Blanche-Neige
10 oct.-25 oct. 2008
Paris 16e. Théâtre de Chaillot
Le chorégraphe reprend à son « conte » Blanche-Neige et nous livre un « ballet romantique contemporain », réactualisé par la griffe fantasque de Jean Paul Gaultier.  
fleche suivante1/1
Par Juliane Link

Si Angelin Preljocaj lui-même qualifie son projet de grand «  ballet romantique contemporain », le choix du conte des frères Grimm ne lui laisse qu'une mince part de réelle liberté. Fidèle au récit original et s'imposant ce critère comme une stricte discipline à laquelle il consent gracieusement, le chorégraphe prend très à cœur de dérouler le fil d'une narration composée pas à pas. Les séquences les plus espérées du conte se développent dans une mise en scène manifeste avec une allégeance pleinement assumée. On s'apprêterait presque à fustiger ce manque d'extravagances, mais c'était sans compter sur sa collaboration avec le créateur Jean Paul Gaultier qui offre des costumes tout aussi somptueux qu'inattendus.

Blanche-neige, magnifiquement incarnée, nous apparaît sous les traits ambigus d'une Athéna sereine, le prince enfile pour un temps le costume de toréador et la méchante reine, accompagnée de ses deux serviteurs dévoués, nous offre une parure superbe personnifiant la malveillance et les forces des ténèbres.

Par ailleurs, il y a de la générosité et de l'audace à nous rappeler nos classiques. Angelin Preljocaj se livre à l'exercice d'une mise en scène narrative qui soulève sous un autre angle des questions liées à l'écriture chorégraphique. En effet, après avoir livré deux pièces très abstraites, Empty Moves et  Eldorado, dans lesquelles la recherche formelle du mouvement fût le principal moteur de création, le chorégraphe d'origine albanaise s'enthousiasme de ce retour au récit, à la narration, au concret.

Guidé par ce choix, il s'attache à la matérialité de l'espace et construit des lieux sensibles, pensé comme de véritables décors qui animent et soutiennent l'intrigue. Il compose avec parcimonie, animé de cette volonté de transcrire les traits de caractère et la conscience des personnages à travers une gestuelle propre au vocabulaire de la danse. Il soulève aussi des problématiques oubliées ou inexplorées de la grammaire chorégraphique actuelle, comme celle de la représentation de la mort sur scène. Comment donner corps à cette présence de la mort symboliquement et physiquement ? Un corps mort, qui n'est plus un corps qui danse, mais qui reste un corps réel, une dépouille, avec une densité, un poids, une existence.

Succombant au charme de la féerie, mais pas seulement, Angelin Preljocaj s'est appuyé sur le célèbre ouvrage de Bettelheim consacré à l'analyse des contes de fées pour développer la symbolique du récit. Certains aspects suggérés par l'histoire traduisent pour le chorégraphe des problématiques très contemporaines. Avec notamment cette thématique de la relation mère-fille, cette tension existentielle entre la beauté pure et limpide de la jeunesse face à la beauté affirmée et arrogante de la femme mure. Aujourd'hui, compte tenu des progrès de la science et de la médecine, les femmes peuvent rivaliser de beauté avec leurs jeunes filles et incarnent de plus en plus cette volonté narcissique de ne pas renoncer à la séduction et au sortilège. Le conte traduit ainsi le déni du vieillissement, vécu comme une déchéance, une perte. Notre société qui, pour ne pas se voir vieillir, prodigue la vertu d'une jeunesse éternelle à travers mille antidotes miraculeux n'a-t-elle pas encore à dialoguer avec les contes ?


 

— Chorégraphie: Angelin Preljocaj
— Musique: Gustav Mahler
— Costumes: Jean-Paul Gaultier
— Décor: Thierry Leproust
— Vidéo: Gilles Papain
— Assistant, adjoint à la direction artistique: Youri Van den Bosch
— Assistante répétitrice: Claudia de Smet
— Choréologue: Dany Lévêque
— Interprétation: Ballet Preljocaj, avec 26 danseurs (Nagisa Shirai, Virginie Caussin, Zaratiana Randrianantenaina, Sergio Diaz, Alexandre Galopin, Céline Galli, Emma gustafsson, Craig Dawson, Gaëlle chappaz, Caroline Finn, Ayo Jackson, Emilie Lalande, Lorena O'Neill, Yurie Tsugawa, Neal Beasley, Hervé Chaussard, Damien Chevron, Baptiste Coissieu, Jean-Charles Jousni, Bruno Péré, Julien Thibault, Yan Giraldou, Yang Wang, Céline Marié, Isabelle Arnaud).


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160809Bruxelles
BethuneLaBanque
160729PicSaintLoup


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Christophe Pillet, Table basse, 1990s. 38 x 56 x 56 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales