logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DANSE | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Merce Cunningham
Hommage à l’oeuvre
03 nov.-13 nov. 2010
Paris 4e. Théâtre de la Ville
En deux soirées-hommage, la compagnie Merce Cunningham balise un parcours s’étendant des années cinquante à la toute fin des années 90, offrant comme un fragment visuel, en acte et en mouvement, du «Living Legacy Plan» du créateur visionnaire.
fleche suivante1/1
Par Céline Torrent

Pond Way, Second Hand, Antic Meet: le défi au temps

C’est sur Pond Way que s’ouvre la première soirée. Le rideau glisse sur l’étang scénique, où sont déjà en train de ricocher les silhouettes immaculées d’étranges albatros batraciens. Rêverie abstraite à l’épure idéale, laissant transparaître à travers la fluidité des tissus les traits marquants de l’art cunninghamien: danseurs comme absents, ou plutôt absorbés, ailleurs, entièrement dans leur mouvement, dos arqués entre les bras tendus vers le ciel, faisant du buste une voile de navire mue et gonflée par un vent imaginaire… Bonds spatiaux, pris sans élan autre que celui insufflé par l'énergie corporelle interne… auxquels succèderont deux grands sauts temporels!

Car de la création la plus récente à la plus «antic», nous remontons le cours du temps, des années 90 aux années 50: de Pond Way à Second Hand, de Second Hand à Antic Meet.

En seconde place donc, Second Hand donne à voir un spectacle de formes déclinées en autant de couleurs issues de la palette textile de Jasper Johns. Arc-en-ciel se mouvant sur le tableau scénique, «étude» dont le sujet serait le geste même du pinceau cunninghamien, appliquant sur la toile les signes multicolores d’une mathématique ésotérique…

Enfin, l’explosif Antic Meet vient clôturer cette première soirée. Musique-bruitage, crissante et stridente de John Cage, plaquée insolemment sur des mouvements d’un classicisme parfaitement décalé et pastiché. Danseurs défilant sur scène comme des personnages de dessin animé, arborant sur leurs sobres justaucorps noirs les accessoires loufoques signés Rauschenberg...

De là à déceler dans ces mouvements qui tordent les membres, faisant de la colonne vertébrale un organe plastique, suspendant le corps dans le vide de façon quasi irrationnelle au gré de saynètes absurdes, comme la préfiguration de l’ambition futuriste de Lifeform, peut-être n’y a-t-il qu’un pas? L’inspiration du chorégraphe n'a pas attendu les progrès de la technologie pour être innovante...

En ce sens, nul sentiment de retour en arrière, encore moins de régression, dans cette rétrospective à rebours. Au contraire, tout se passe comme si l’inversion chronologique visait à nous rappeler que l’œuvre du chorégraphe avait de tous temps défié, dépassé le temps.

Roaratorio, jeu rhapsodique

Roaratorio semble surgir en cette seconde et dernière soirée comme l’idéale synthèse de la poétique cunninghamienne, véritable mise en abyme de cette phrase: «La danse, c’est la danse elle-même»!

Tout n’est que bigarrure dans cette pièce rapiécée, où sont collés les uns aux autres la musique invraisemblable de John Cage — chevauchements d’instruments et chants gaéliques, cris d’oiseaux ou de bébés, bruits fracassants de la ville —, les costumes de Jasper Johns — rapetassages hasardeux de tissus et de couleurs aussi vives que dépareillées —, et bien sûr la chorégraphie de Cunningham, croisement hybride de pas traditionnels folkloriques et de mouvements à l’avant-garde de la modernité, déstructurant les corps devenus figures cubistes! Sous-jacent à tout ceci, le texte déjanté de James Joyce, métamorphosé en poème sonore et visuel!

Patchwork de patchworks, Roaratorio apparaît comme la célébration de la danse comme jeu, ainsi conçue par le chorégraphe adepte du hasard.

Sur les partitions des corps, c’est l’euphorie du mouvement pour le mouvement qui s’écrit. Et ce sont bien des rôles de danseurs qu’interprètent les danseurs dans la folie de cet « irish circus ». Se faisant eux même spectateurs, ils entrent en scène avec leurs tabourets, attendant leurs tours pour entrer dans la danse. Farandoles, mazurkas bondissantes et rebondissantes, solos, pas de deux, puis de quatre, puis de trois puis de six, se superposent bien plus qu’ils ne s’enchaînent, selon des combinaisons aussi infinies qu’imprévisibles, faisant voler en éclat perspective et symétrie. Le collage rhapsodique contre l’harmonie symphonique!

Le tout sous le regard du spectateur-danseur par excellence qu’incarne Robert Swinston, héritier incontesté de la pensée du maître de cérémonie absent, apparaissant sur scène dans le rôle tenu jadis par ce dernier, un peu comme le garant de cet art poégraphique, vibrant hommage au visionnaire parnassien de la danse (pour la danse)!
















Premier programme (3-6 novembre)



Pond Way (1998)
— Chorégraphie: Merce Cunningham
— Musique: Brian Eno, New Ikebukuro for Three CDs 1998
— Décors: Roy Lichtenstein, Landscape with Boat

— Costumes: Suzanne Gallo

— Lumière: David Covey

— Avec: Brandon Collwes, Dylan Crossman, Julie Cunningham, Emma Desjardins, Jennifer Goggans, John Hinrichs, Daniel Madoff, Rashaun Mitchell, Marcie Munnerlyn, Krista Nelson, Silas Riener, Jamie Scott, Melissa Toogood, Andrea Weber



Second Hand (1970)

— Chorégraphie: Merce Cunningham
— Musique: John Cage, Cheap Imitation

— Costumes: Jasper Johns

— Lumière: Richard Nelson

— Avec: Brandon Collwes, Julie Cunningham, Emma Desjardins, Jennifer Goggans, John Hinrichs, Rashaun Mitchell, Daniel Madoff, Krista Nelson, Jamie Scott, Robert Swinston
ou Brandon Collwes, Dylan Crossman, Emma Desjardins, Jennifer Goggans, Rashaun Mitchell, Marcie Munnerlyn, Silas Riener, Robert Swinston, Melissa Toogood, Andrea Weber
— Musicien: David Behrman

— Reprise et mise en scène par: Carolyn Brown, Merce Cunningham, Sandra Neels
— Lumière (2008) par: Christine Shallenberg



Antic Meet (1958)
— Chorégraphie: Merce Cunningham
— Musique: John Cage, Concert for piano and orchestra

— Décors et costumes: Robert Rauschenberg
— Avec 6 danseurs (distribution en cours)
— Adaptation (2010) par: Sandra Neels, assistée par Robert Swinston



Deuxième programme (9-13 novembre)



Roaratorio (1983)

— Chorégraphie: Merce Cunningham

— Musique: John Cage, Roaratorio, an Irish Circus on Finnegans Wake

— Décors et lumière: Mark Lancaster
— Avec: Brandon Collwes, Dylan Crossman, Julie Cunningham, Emma Desjardins, Jennifer Goggans, John Hinrichs, Daniel Madoff, Rashaun Mitchell, Marcie Munnerlyn, Krista Nelson, Silas Riener, Jamie Scott, Robert Swinston, Melissa Toogood, Andrea Weber

— Adaptation (2010) par: Patricia Lent et Robert Swinston


fleche suivante1/1



ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
puce rouge  Soutien au Quartier, centre d art contemporain de Quimper
puce rouge  Lauréats du Prix Émile Hermès 2016
puce rouge  L’État au secours de la danse et du cirque
puce rouge  Une avancée législative majeure pour tous les métiers d’art
puce rouge  Marc Le Glatin à la tête du Théâtre de la Cité internationale
DIAPORAMA

Cyril Verde en collaboration avec Mathis Collins, Études préparatoires au forage du puits artésien du Palais de Tokyo, 2010
Camille Henrot, Robinson Crusoé, Daniel Defoë (série Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs?), 2012. Installation: Techniques mixtes. Dimensions variables. Vue de l’exposition.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales