DANSE | SPECTACLE

Montpellier Danse | Nederlands Dans Theater

06 Juil - 07 Juil 2018

Réunissant trois pièces récentes, Nederlands Dans Theater plonge dans la chair des émotions. Également connue sous le nom de Savoir Faire, cette soirée-carte blanche au Nederlands Dans Theater rassemble Shut Eye,Woke up Blind et Partita for 8 Dancers.

Sous la direction de Paul Lightfoot, le Nederlands Dans Theater s’empare de Montpellier Danse. Triptyque chorégraphique, la soirée réunit trois pièces : Shut Eye (2016) de Sol León et Paul Lightfoot ; Woke up Blind (2016) de Marco Goecke et Partita for 8 Dancers (2018) de Crystal Pite. Moment de danse virtuose, chaque pièce explore la texture des sentiments, entre gravité du propos et légèreté des mouvements. Fondé en 1959, le Nederlands Dans Theater (NDT) cultive un répertoire néo-classique. Associé depuis 2002 au duo de chorégraphes Sol León et Paul Lightfoot, le NDT travaille régulièrement avec des chorégraphes internationaux — tels Johan Inger, Jiri Kylian, Ohad Naharin, Alexander Ekman, Hofesh Schechter. Tout en ayant deux chorégraphes associés : Marco Goecke et Crystal Pite. Présentée aux Pays-Bas sous le titre Savoir Faire, la soirée Nederlands Dans Theater permettra de découvrir, en première française, Partita for 8 Dancers de Crystal Pite.

Nederlands Dans Theater (alias Savoir Faire) : triptyque chorégraphique sensible et acéré

Intitulée Savoir Faire pour sa tournée européenne, la soirée Nederlands Dans Theater se place sous le signe de l’excellence. Chaque mouvement, chaque souffle y rayonne d’une absolue maîtrise. Et ce, dans des décors simples et construits, où rien n’est laissé au hasard, sans temps faibles. Avec Shut Eye, Sol León et Paul Lightfoot livrent ainsi une pièce pour huit danseurs, soulignée d’un film de Rahi Rezvani et Sol León. Tandis que la musique d’Ólafur Arnalds et Bryce Dessner entrelace notes de piano et violon. Flèche atteignant sa cible, Shut Eye se plante là où l’amour fait mal. Mais avec une mélancolie si douce que la peine en devient presque belle. Titre (supposément) emprunté à Paul Gauguin, « Pour voir, je ferme les yeux », Shut Eye fait naître deux couples qui s’enlacent et se défont. Autant de figures silencieuses, modernes, peuplant ainsi la scène d’une poésie anguleuse, aux gestes acérés.

Avec Shut Eye (Sol León et Paul Lightfoot), Woke up Blind et Partita for 8 Dancers

Autre flèche non moins précise et affûtée, Woke up Blind, de Marco Goecke. Pièce pour sept danseurs, ici ce sont deux chansons de Jeff Buckley qui serpentent en guise de colonne vertébrale. Soient You and I et The way young lovers do. Réveil aveuglé ou aveuglant, Woke up Blind plonge avec passion dans la pulsation des émotions. Flot ininterrompu, les affects des danseurs semblent prendre le contrôle de leurs mouvements. Suivant leur seuls désirs, refusant tout répit et insouciants des conséquences, les danseurs de Woke up Blind frissonnent d’une fièvre chorégraphique, sensuelle et complexe. Enfin, première française, Partita for 8 Dancers de Crystal Pite. Une pièce tout en souffle et fluidité, qui scrute les liens entre groupes et individus. Une dynamique de contagion, où même les intervalles entre les corps continuent de résonner du mouvement des danseurs. Avec Savoir Faire, le Nederlands Dans Theater risque ainsi d’ensorceler gravement le Corum.