DESIGN | EXPO

Vice Versa

27 Oct - 19 Fév 2019
Vernissage le 27 Oct 2018 à partir de 15:00

Musée consacré au verre, dans ses pratiques traditionnelles ou contemporaines, le Musverre présente l'exposition "Vice Versa", de Sally Fawkes. Après dix semaines de résidence in situ, Sally Fawkes livre un ensemble de pièces frontalières, entre art et design, entre sculpture et peinture.

Entre art et design, la britannique Sally Fawkes travaille le verre. Accueillie courant 2017 en résidence au Musverre, dans l’Avesnois, Sally Fawkes y a entamé la création d’une série de sculptures en verre, à découvrir dans l’exposition « Vice Versa ». Et s’inspirant de la texture paysagère et humaine de cette région frontalière franco-belge, Sally Fawkes livre des pièces elles aussi limitrophes. Des œuvres conçues au fil d’une résidence en deux temps. Deux semaines estivales en juillet, puis huit semaines automnales d’octobre à novembre, au cœur du bocage du parc naturel de l’Avesnois, à Sars-Poteries. Pièces lacérées de stries, les œuvres créées par Sally Fawkes pour le Musverre explorent la porosité des frontières. Entre enfance et âge adulte, notamment. À l’instar d’Eternal Echoes (2018). Soient des marelles en miroir, au tain partiel, entreposées contre le mur. Jeux impraticables pour jeux de lumières, entre dentelles d’ombres et éclats réfléchis.

Exposition « Vice Versa » de Sally Fawkes au Musverre : le verre, entre art et design

Autre approche de la mémoire et du verre, la réinterprétation de la « glette ». Sorte de palet, galet ou galette, utilisée pour jouer à la marelle. Emblème ou mascotte du Musverre, les artistes invités en résidence sont invités à en donner une redéfinition contemporaine. Se prêtant au jeu, Sally Fawkes aura ainsi créé les Echo Stones (2018), en réponse aux Eternal Echoes. Soient des palets en pâte de verre incolore et transparente, aux motifs quasi-floraux. Jeux trop fragiles pour être joués, les marelles de Sally Fawkes évoquent un passé qui, tout à la fois, tarde à disparaître en perdurant résolument. Au tain gratté des miroirs viennent également répondre les griffures de peintures colorées. Avec les pièces Motion I et Motion II (2018), ainsi que Paths Between (2018), ce sont les chemins, routes et linéaments du bocage qui semblent se dessiner. De croisements en sentiers parallèles et bifurcations.

Cristallisations frontalières : conjugaison de motifs, par transparence ou réflexion

Creusant le sillon des limites, Sally Fawkes livre également une sorte de frontière en double vitrage et triple épaisseur. La sculpture Between Rhythms (2018). Une porte-grille en ferronnerie amplement ajourée, prise entre deux panneaux de verre différemment peints. Chaque panneau vertical, de part et d’autre de la grille, annonçant ainsi ses couleurs. Amples rayures verticales jaunes et bleues pour l’un. Alternance en miroir et transparence d’entrelacs de motifs géométriques (cercles, carrés, points) pour l’autre. Motifs inconciliables, ils se retrouvent pourtant associés par transparence ou réflexion. Exposition attachée à explorer les frontières, « Vice Versa » de Sally Fawkes s’inscrit dans la continuité de son travail bicéphale. Avec l’artiste Richard Jackson, elle cultive effectivement une œuvre conjointe, signée Jackson Fawkes. Chacun d’eux poursuivant par ailleurs une activité créatrice personnelle. À l’instar des pièces de « Vice Versa » pour le Musverre. Un ensemble de pièces ayant toutes en commun une quête du double, ou du redoublement réflexif.