PHOTO | EXPO

Fam

05 Nov - 09 Fév 2019
Vernissage le 05 Nov 2018

L’exposition « Fam » revient à la galerie parisienne Agathe Gaillard sur les vingt ans d’existence de l’agence du même nom, où se croisèrent des photographes majeurs comme Martine Barrat, Guy Bourdin, Peter Lindbergh, Sarah Moon, Helmut Newton ou encore Paolo Roversi, et qui marqua de son esthétique singulière le monde de la mode entre 1977 et 1997.

L’exposition « Fam » à la galerie Agathe Gaillard, à Paris, présente une série de photographies historiques qui ont marqué le monde de la mode de 1977 à 1997.

Une exposition historique qui revient sur l’agence Fam

Cette exposition historique revient sur les vingt ans d’existence de l’agence de modèles et de photographes Fam qui, de 1977 à 1997, incarna, selon les vœux de sa fondatrice Fabienne Martin, « une alternative à l’image du modèle classique, [rompant] avec le mythe de la femme dont la seule plastique parfaite compte ». Commissaire de l’exposition, Fabienne Martin propose de redécouvrir une série de photographies iconiques qui ont marqué le monde de la mode.

Un vivier créatif pour Robert Mapplethorpe, Sarah Moon, Helmut Newton…

L’agence Fam, très vite reconnue internationalement, fut en effet un vivier créatif de mannequins singuliers et de photographes légendaires, comme Martine Barrat, Elliott Erwitt, Horst P. Horst, Robert Mapplethorpe, Sarah Moon, Jean-Loup Sieff ou encore Deborah Turbeville. Elle a permis des collaborations historiques entre mannequins et photographes, comme celle qui se noua entre Arielle Burgelin et Helmut Newton, qui en fit sa muse, comme en témoigne l’étonnante photographie Arielle After Haircut, prise en 1982, où l’on voit le buste nu de la jeune mannequin recouvert de petits bouts de cheveux après une coupe.

Les photographies de l’agence Fam ont marqué le monde de la mode

Les photographies issues de l’agence Fam se caractérisaient par une recherche particulière dans la mise en scène, les mannequins étant souvent immortalisés dans des décors inspirés par la littérature, le cinéma ou l’histoire de l’art qui renvoyaient à des scénarios fictifs. L’esprit Fam reposait sur une nouvelle vision de la féminité, qui prenait en compte la personnalité et le style des sujets. Il en ressort une esthétique particulière qui conjugue poésie, romantisme et irrévérence.