Cette page a été un peu chahutées en passant de l’ancien au nouveau site, les corrections sont en cours.  
Non classé

Ricard SA depuis 1932

29 Mar - 26 Août 2012
Vernissage le 29 Mar 2012

«L’Abus d’alcool est dangereux pour la santé». Depuis l’interdiction de l’absinthe en 1915, la consommation d’alcool et la publicité qui en est faite sont soumises à une législation très stricte. Se faire connaître tout en respectant les lois, tel est le cas d’école retenu par Les Arts Décoratifs pour décrypter la communication de la société Ricard.

Communiqué de presse
Garouste et Bonetti, Olivier Gagnère, Radi Designers, Marc Newson, Ronan & Erwan Bouroullec
Ricard SA depuis 1932

À l’origine un homme, Paul Ricard (1909-1997); des couleurs, un graphisme, des slogans célèbres: «Garçon, un Ricard !» ou «un Ricard, sinon rien», de nombreux objets (cendrier, broc, pichet), la chanson, le sport, l’écologie, l’art contemporain, le design… sont par mi les modes de communication successifs mis en place depuis 1932 par le fondateur de la marque. En interrogeant les acteurs et les archives de l’entreprise, l’exposition retrace ainsi 80 ans de communication créative.

Tout comme Michelin, Citroën, Poulain, Hermès, Paul Ricard a donné son nom au produit qu’il a inventé et à l’entreprise qu’il a créée.
Forte personnalité, Paul Ricard se trouve naturellement au centre de la communication. Il dessine l’étiquette de son pastis en 1932, imagine sans cesse et anime les innombrables manifestations publicitaires qui font de
Ricard une marque omniprésente dans la mémoire collective. A commencer par le choix des couleurs: le bleu et le jaune, qu’il impose comme code identitaire de la marque évoquant le ciel et le soleil de Marseille. Il travaille personnellement avec le publicitaire Yves Alexandre à la première campagne de la marque dont le slogan «Garçon un Ricard!» anime des affiches à l’esprit du sud et est largement diffusé par les annonces et par les affiches. Toujours prête à innover, la marque confiera quelques années plus tard à l’agence Young et Rubicam en 1984 une nouvelle campagne, qui restera l’une des plus fameuses de l’histoire de la publicité. Destinée à revaloriser l’image de marque du produit «Un Ricard sinon rien», elle s’est poursuivie sur plusieurs années, jusqu’aux restrictions imposées par la loi Evin en 1991.
Pourtant, déjà la loi du 6 janvier 1951 interdisant la publicité des spiritueux anisés par affichage et voie de presse avait contraint la société à imaginer d’autres ressources de communication. Un studio de création intégré est alors créé, comprenant un bureau d’études avec architectes, décorateurs, graphistes chargés de réaliser des animations, des maquettes d’affiches pour les lieux de vente, des dépliants, des brochures etc.
La société développe aussi la communication par l’objet. Un atelier de céramique conçoit et produit d’innombrables objets aux couleurs et au logo de la marque qui inondent les cafés de la France entière. Parmi ceux là, le plus emblématique reste le broc à eau, dessiné par Paul Ricard en 1935, spécialement adapté pour retenir les glaçons. Il fera l’objet, grâce aux suggestions de l’agence Kreo, de l’attention des designers les plus fameux tels que Marc Newson et les frères Bouroullec qui feront évoluer sa forme.
Bien au-delà de leur usage, carafes, verres, cendriers, pendules, jeux de cartes, pistes de dés et jetons, collectionnés avec passion font aujourd’hui partie du patrimoine commun. L’objet s’impose dans le quotidien et renforce la pérennité de la marque dans la sphère privée.