DESIGN | OBJET

Chair

Designer vénézuélien installé depuis près de trente ans à New York, Reinaldo Sanguino cultive une création colorée et joyeusement bancale. Sa série Chair prend ainsi les traits de chaises-tabourets en céramique émaillée, aux volumes imposants et irréguliers, aux couleurs explosives.

Céramiste basé à New York, Reinaldo Sanguino (RS Ceramics) développe des pièces de mobilier contemporain. Des pièces qui, au premier abord, ont tout de l’énergie du peintre Jean-Michel Basquiat. La série de chaises-tabourets Chair arborent ainsi des volumes massifs, zébrés de couleurs vives, appliquées à main libre et inspirées du graffiti. Artiste vénézuélien, Reinaldo Sanguino joue avec la séduction qu’exerce le tribal sur les imaginaires contemporains. Mais un esprit tribal qui, à la différence de l’engouement moderne pour les Arts dits Premiers, ne se situe pas seulement dans des contrées spatio-temporellement éloignées. Ici, le graffiti, art du présent toujours en passe d’être balayé, répond à la lointaine luxuriance associée aux cultures latino-américaines. Représenté par la galerie The Future Perfect, pilier du design contemporain sur le marché international, les Chair auront été exposées lors de la dernière Design Miami/ Basel (Bâle, juin 2018).

Les Chair de Reinaldo Sanguino : des tabourets-chaises en céramique émaillée

La série des tabourets Chair prend ainsi les traits de pavés massifs, cubes verticalement allongés, en céramique émaillée. Volumes approximativement géométriques, aux formes irrégulières loin d’être d’équerre, les Chair incluent un petit dossier. Comme un léger renfort décoratif. Pièces de squat (de luxe) ou de loft d’artiste, en plus de n’être ni symétriques, ni régulières, les Chair arborent des motifs joyeusement anarchiques. Sur fond blanc, y dansent des traits au pinceau ou au doigt. Ainsi que des surfaces colorées, aux contours hasardeux, parfois cerclés de doré. Pour une esthétique proche de la spontanéité des dessins  d’enfants. Avec des reflets d’or, renforçant le précieux de cette dynamique organique, foutraque, irrégulière et indisciplinée. Tandis qu’arrêtes arrondies et creux accueillants confèrent ici à la céramique un aspect moelleux. Pour des Chair aux allures de marshmallows gourmands et raffinés.

À la lisière du kitsch et du graffiti : un design qui défie joyeusement les clichés

Œuvres uniques, les pièces de mobilier de Reinaldo Sanguino s’inspirent également de la porcelaine de Meissen (porcelaine de Saxe). Soit une technique à base de kaolin [argile blanche], permettant d’obtenir une porcelaine solide et propice à la fixation des couleurs. Cultivant un univers bariolé (ou bigarré, pour utiliser un terme kantien), les pièces de Reinaldo Sanguino inclut elles aussi couleurs vibrantes et dorures. Mais avec des motifs moins figuratifs et des formes plus abstraites. Soit une façon de marier tradition et contemporanéité, imaginaires lointains et pur présent, dans des pièces qui frôlent le kitsch sans y basculer. Virevoltant entre les clichés, Reinaldo Sanguino réussit à faire tenir en une seule série tout un étirement spatio-temporel. Du New York plein de graffiti à l’Amérique latine pleine de couleurs, du renouveau arty de la céramique contemporaine à la porcelaine de Saxe.