logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


PHOTO | AGENDA

Ernesto Sartori, Chez Gary et Duane, avec Hervé, Maquette, 2010-2011. Paint and pigments on wood. 51 x 103 x 60cm<br><br>Courtesy galerie 40mcube (Rennes), © Ernesto Sartori
Ernesto Sartori
Quand deux deviennent un
01 mars-27 avril 2013
Vernissage le 01 mars 2013
Paris 20e. Galerie Marcelle Alix
Ernesto Sartori se trouve animé par ce que l'on pourrait nommer une révolte logique. Il combine en effet la rationalité des calculs de l'architecture prospective, et le chaos narratif d'un univers fictionnel. Sans complexe, et sans essayer d'être particulièrement lisible, l'artiste entretient alors une multiplicité des points de vue et d'échelles.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Ernesto Sartori
Quand deux deviennent un

Ernesto Sartori atteint les signes d'une certaine maturité: la capacité à parler de sa propre voix, sans cesse renouvelée (potentiellement créatrice d'une impression de dissonance, de chaos, de perturbation de l'ordre établi), et l'élaboration d'une logique interne.

Cette logique, épine dorsale de l'œuvre, l'artiste en garde souvent les clefs. Il n'est pas nécessaire de l'expliciter (comme il n'est pas nécessaire de comprendre exactement quels calculs mathématiques sous-tendent ses assemblages de formes géométriques), c'est pourtant elle qui rend le travail accessible et lisible, même sous la forme d'objets isolés.

Je me suis souvent demandé comment se vendent la plupart des œuvres qui se trouvent sur le marché de l'art, ces fétiches, ces objets partiels, qui peinent à représenter une démarche artistique complexe et singulière. L'erreur est justement d'imaginer que ces objets seraient à même de représenter quoique ce soit. Au contraire, pour fonctionner en tant qu'œuvres, ils doivent s'inscrire dans une continuité avec la démarche de l'artiste et pouvoir procéder du même chaos, de la même révolte contre les normes que l'ensemble du travail. Les œuvres d'art que j'apprécie ne fonctionnent pas tant sur le mode de la synecdoque (partie représentant le tout) que sur la possibilité de contenir en elles tout le potentiel révolutionnaire d'un travail artistique.

J'estime la capacité d'Ernesto Sartori à s'exprimer à toutes les échelles: de l'environnement totalisant réalisé lors de son exposition «La fureur de l'atome» en 2010, aux maquettes qu'il montre aujourd'hui. Que l'on aime avoir un rapport concret aux objets, à leur matérialité et leurs couleurs délicates, ou que l'on préfère y voir la possibilité d'un projet monumental, il me semble que le travail d'Ernesto Sartori peut être apprécié pour ses différents sens de lecture, sans que ceux-ci ne se contredisent.

Avec ce travail, on peut admirer de la même façon, et dans une harmonie qui lui est propre, les figurines de dinosaures et la discontinuité du langage architectural de Claude Parent, les récits absurdes de Kurt Vonnegut, et la poésie des chansons des Spice Girls.

IA

Vernissage
Vendredi 1er mars 2013 à 18h







fleche suivante1/1

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
DIAPORAMA

Natacha Lesueur, Carmen Miranda, 2013.
Gareth Moore, Basement dashes, 2013. Grattoirs à allumette sur papier. 85 x 68,5 cm.
Ida Tursic & Wilfried Mille, Vintage 3D 3, 2008. Huile sur toile. 250 x 200 cm.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales