PHOTO | EXPO

Paysages photographiques : réinventer le réel

24 Oct - 25 Nov 2017
Vernissage le 24 Oct 2017

L’exposition « Paysages photographiques : réinventer le réel » à la galerie Esther Woerdehoff, à Paris, dévoile les visions subjectives de neuf photographes contemporains sur le paysage. Elle prolonge l’exposition que consacre actuellement la BnF à la photographie de paysage en France depuis 1984.

L’exposition « Paysages photographiques : réinventer le réel » à la galerie Esther Woerdehoff réunit les clichés de neuf photographes contemporains qui ont en commun de préférer une vision imaginative plutôt que documentaire du paysage.

De Gregor Beltzig à Nikolas Tantsoukes, une autre vision des paysages photographiques

Alors que débute à la Bibliothèque nationale de France une vaste exposition consacrée à la photographie de paysage en France depuis 1984, la galerie Esther Woerdehoff, qui y expose les œuvres de deux de ses photographes, Xavier Dauny et Guillaume Martial, prolonge cette exploration du thème du paysage.

A travers la pratique de Gregor Beltzig, Thierry Cohen, Xavier Dauny, Sabine Guédamour, Iris Hutegger, Jens Knigge, Olivier Mériel, Jacques Pugin et Nikolas Tantsoukes, c’est une démarche à rebours de la photographie de paysage documentaire qui est présentée. Chacun à leur façon, ces neuf photographes proposent des œuvres qui se nourrissent du réel pour mieux le transformer par les outils de leur médium comme la prise de vue, le tirage et l’intervention picturale, jusqu’à créer une géographie imaginaire.

Photographier le paysage pour réinventer le réel

La nouvelle série photographique de Thierry Cohen, Forest, s’inscrit dans la continuité de sa série Villes éteintes qui révélait dans de somptueux noirs et blancs à quoi ressembleraient les grandes métropoles du monde sans leur pollution lumineuse, sous des cieux étoilés. Grâce aux technologies numériques, le photographe invite, au-delà de la beauté de ses images, à réfléchir sur interroger sur les problèmes environnementaux que posent nos sociétés occidentales. Avec Forest, c’est la forêt qu’il plonge dans une fascinante obscurité étoilée.

Les Graffiti rouges, une série de paysages réalisés en 1984 par Jacques Pugin, est un clin d’œil à la première mission photographique de la DATAR, qui a débuté en 1984 et qui est devenue une référence dans l’histoire de la photographie de paysage. Ces photographies utilisent la technique du light painting, qui consiste à déplacer une source de lumière ou à bouger l’appareil dans un environnement sombre au cours de la prise de vue, tout en utilisant un temps d’exposition long, pour qu’apparaissent ensuite toutes les traces lumineuses.

Les clichés de Gregor Beltzig pris au cours d’un voyage en Arménie témoignent d’une vision poétique du monde tandis que ceux de Sabine Guédamour, pris au fil d’un périple le long du Doubs, de sa source à la Saône, reflètent les éléments naturels, les saisons et le lien fragile entre l’humain et l’eau. Les photographies de la série Northern Light de Jens Knigge mettent à profit l’ancien procédé du platine-palladium pour offrir de magnifiques vues des paysages d’Islande en dégradés de gris.

Voir également
Paysages français. Une aventure photographique, 1984-2017
France augmentée