ART | EXPO

Avis de grand frais

23 Juin - 25 Nov 2018
Vernissage le 22 Juin 2018

L’exposition « Avis de grand frais » au Suquet des Art(iste)s, à Cannes, regroupe les installations, vidéos, peintures et sculptures d’onze jeunes artistes contemporains sélectionnés par La Station. Un ensemble d’œuvres inédites représentatif des questionnements esthétiques et sociaux qui traversent la création artistique la plus actuelle.

L’exposition « Avis de grand frais » au Suquet des Art(iste)s, à Cannes, regroupe les œuvres d’onze jeunes artistes contemporains qui offrent un aperçu des questionnements esthétiques et sociaux qui traversent le champ artistique le plus actuel.

« Avis de grand frais » : la création artistique la plus contemporaine

Pour l’exposition « Avis de grand frais », le Suquet des Art(iste)s, l’espace d’exposition et de création de la Mairie de Cannes, accueille les œuvres d’une sélection d’artistes issus de l’espace d’exposition niçois ouvert et géré par des artistes La Station. Sont ainsi présentées les œuvres de huit artistes résidents de La Station, Tom Barbagli, Arnaud Biais, Tom Giampieri, Alexandra Guillot, Ludovic Lignon, Omar Rodriguez Sanmartin, Justin Sanchez et Agathe Wiesner, accompagnée de celles d’artistes dont les valeurs esthétiques et sociales sont proches de celles de l’association : Pauline Brun, Mathieu Schmitt et Anne-Laure Wüillai.

Fidèle à la philosophie de La Station, l’exposition n’a pas été conçue sous l’autorité d’un commissaire ni selon une thématique précise : elle vise au contraire à refléter son caractère complexe et plurielle à travers une sélection pluridisciplinaire construite autour d’une multitude de pratiques et de personnalités. Comme son titre « Avis de grand frais » l’indique, l’exposition entend rendre compte de la création artistique la plus contemporaine : la plupart des artistes ont moins de trente ans et présentent des œuvres présentées inédites, spécifiquement réalisées pour l’exposition.

Pauline Brun, Tom Giampieri, Omar Rodriguez Sanmartin : avis de grand frais sur l’art contemporain

La vidéo Étalon par Défaut de Pauline Brun s’inscrit dans une pratique à la croisée de la création plastique, de la performance et de la vidéo. A partir de gestes quotidiens et fonctionnels, se construisent des micros-fictions absurdes dans lesquelles le corps de l’artiste, maladroit, se heurte aux objets et matériaux qui l’entourent. Prenant à contre-pied la définition de la performance comme acte efficace et productif, Pauline Brun révèle à travers la lutte du corps les possibilités mentales et physiques de l’espace créatif, tout en insufflant de la poésie dans le champ scénique.

Le tableau La cotte de maille ou la cage de Faraday de Tom Giampieri, impression sérigraphie de laque automobile sur teinture magnétique, est représentative d’une pratique picturale qui, dans la lignée de Supports / Surfaces, analyse les composants essentiels de la peinture pour revenir à son essence, la couleur, en n’utilisant ni couleur en tube ni vernis mais des encres textiles, des pigments issus de plantes et de coquillages, de la limaille de fer ou encore des acides.

L’œuvre intitulée Pinceaux d’Omar Rodriguez Sanmartin se présente comme un pot contenant des pinceaux et d’un autre outil, dont l’observation plus détaillée révèle qu’ils sont faits à partir de queues de poissons tannées et d’une corne de cerf. Elle résulte de la pratique sculpturale singulière d’Omar Rodriguez Sanmartin qui utilise des objets, des outils et des éléments préexistants, ensuite repensés et retravaillés, selon une logique d’hybridation et de chimérisation, entre sacrifice et tentative de réanimation.