ART | CRITIQUE

Part de jouissance

PElise Heinrich
@12 Jan 2008

En cette fin d’année, venez capter l’énergie positive de l’entreprise de Yann Toma, «Ouest Lumière», dans laquelle chacun trouvera sa place. Elle se chargera de vous irradier et de donner consistance à vos désirs.

Dans son œuvre protéiforme, Yann Toma cherche à capter les traces de la production et de la mise en œuvre des énergies générées par son entreprise, «Ouest Lumière», dont il est le perpétuel président. «Ouest Lumière» n’est pas seulement cette entreprise que sa nationalisation a transformée en Électricité de France, et voué à l’oubli. Son organigramme sophistiqué, ses nombreux actionnaires, ses agents, ses clients, et le rachat de son nom à l’Institut national de la propriété intellectuelle, ancrent l’entreprise dans la réalité actuelle, néolibérale, productive.

Tout d’abord, «Ouest Lumière» vante ses mérites par le biais d’une campagne publicitaire sur les murs de la ville de Neemrana, en Inde.
Cette campagne, «Walls of Neemrana», est composée de dix photographies couleurs présentées à l’entrée de la galerie, auxquelles répondent des ébauches de panneaux publicitaires conçus par les habitants de la ville avant d’être peints à même les murs.
Il s’agit de promouvoir des produits garantissant le clonage en une heure, l’invisibilité en une minute, ou la téléportation, mais aussi de populariser le produit-phare d’«Ouest Lumière», le Radion, en vente dans la galerie sous forme de boîtes aux couleurs vives.
Cette campagne promet l’éternité, invite à transmettre son esprit à son voisin, ou à produire son propre futur, tout en subvertissant le langage publicitaire. «Ouest Lumière» tente ainsi d’exploiter cette ressource sous-valorisée bien qu’essentielle: l’immatériel, cette «forme jusqu’à présent inconnue, et ayant une réalité objective» (Yann Toma).

Puis Yann Toma nous propose des «Good vibrations», ces ondes bénéfiques qu’il a captées dans ses photographies de nuit prises avec de longs temps de pause. Sur l’une d’elles, des flux radiants entourent un homme allongé sur une sorte de civière près d’une centrale électrique. C’est précisément ce que veut Yann Toma: projeter de l’énergie afin de capter l’essence des choses et des situations, «l’essence qui est pleine de lumière».

Enfin, la série des «Épopées» se compose de neuf toiles de grand format qui mettent en scène les protagonistes d’«Ouest Lumière»: les actionnaires et les membres de la société, dont les désirs et la présence constituent sa matière et son énergie.
Le principe est simple: chacun peut commander une toile, choisir un décor et une mise en scène. Yann Toma assiste les commanditaires dans leurs choix, et se charge de coordonner la réalisation qu’il confie à des ateliers d’affichistes en Inde. Le résultat, où l’on rencontre des célébrités de la presse people indienne, oscille entre la publicité, le mythe et l’histoire dans une forme qui oscille entre la peinture réaliste soviétique et une iconographie propre à Boollywood.
Dans l’une des toiles, ce n’est pas une star qui est figurée, mais un sorcier indien, un intercesseur entre les mortels et les dieux, qui côtoie Yann Toma, le grand chambellan de «Ouest Lumière».
Un principe: chaque acteur doit retirer de l’élaboration de l’œuvre «sa part de jouissance».

La «part de jouissance» de Yann Toma réside manifestement dans cette façon de métamorphoser l’autre en matière et énergie pour exprimer son essence. Il n’est donc pas surprenant de trouver un portrait du «doctor Yann Toma» en espèce de savant fou côtoyant celui du Dalaï Lama, élu conscience personnelle du président. Tous deux poursuivant le projet de capter le mouvement, l’énergie qui dépasse l’être.

Cette entreprise en pleine expansion, avide de produire de la vie, gourmande de tout, qu’est «Ouest Lumière», invite le visiteur à retirer sa propre «part de jouissance»…

Yann Toma
L’Epopée du Président, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 122 x 240 cm.
L’Epopée du Vice Président, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 153 x 243 cm.
L’Epopée de la Direction de la qualité totale et de la Direction de la stratégie énergétique, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 150 x 246 cm.
L’Epopée du Conseil d’administration, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 150 x 242 cm.
L’Epopée de la Direction des perturbations électriques, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 153 x 241 cm.
L’Epopée du Grand Chambellan, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 154 x 242 cm.
L’Epopée de la Direction du Protocole, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 152 x 248 cm.
L’Epopée de la Salle de Contrôle, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 151 x 246 cm.
L’Epopée d’Est-Lumière antipole, série «Les Epopées», 2006. Huile sur toile. 151 x 246 cm.
Ambassador, série «Good Vibrations», 2006. Photographie couleur. 124 x 124 cm.
Mr Matthews, série «Good Vibrations», 2006. Photographie couleur. 124 x 124 cm.
Temple de Surajgarth, série «Good Vibrations», 2006. Photographie couleur. 124 x 124 cm.
Transformateur de Surajgarth, série «Good Vibrations», 2006. Photographie couleur. 124 x 124 cm.
Undefine, série «Good Vibrations», 2006. Photographie couleur. 124 x 124 cm.
Pransmit your Mind to youre Neighbour !, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.
Be Invisible in 1 Minute!, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.
Be Teleporpaped Everywhere In the World !, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.
Clon your Self in Sixty Minute !, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.
Forget All with Radion !, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.
Find The Eternity !, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.
Produce your own Future !, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.
Be in the Flux Every Time !, série «Walls of Neemrana», 2006. Photographie couleur, tirage argentique. 60 x 75 cm.