PHOTO

Œuvres en papier

A l’entrée deux aquarelles de Jeanne Susplugas représentent un dentier dont trois dents sont cariées,  et la main d’une femme tenant un pot de collagène. La simplicité de la feuille blanche et sa subtile transparence rompt, tout en l’accentuant, avec la mise en scène d’un corps artificiel.

Jeanne Susplugas explore les possibilités signifiantes du papier. Ainsi The End of the Green Parot s’ouvre comme un dépliant. Dans ce carnet de croquis, l’artiste a recours à des techniques mixtes, telles que le collage ou le dessin aux crayons de couleurs. Les images se succèdent par association d’idées. Entre des dessins au trait un peu naïf viennent s’insinuer des éléments perturbateurs. Comme le papier, une fable se déplie qui mêle cruauté et poésie teintée d’humour.
 
Carolyn Castano fait presque disparaître le papier sous ses collages, couvrant la nudité de la page blanche de strass et de paillettes. Parmi les volutes d’aquarelle se cachent des mains gantées, des bouches peintes et maquillées, des yeux fardés aux longs cils qui nous observent. Comme la peau nue, le papier se fait surface à souligner ou voiler; la représentation de la femme est dissimulée sous une floraison d’artifices brillants. Sur cette page blanche masquée, Carolyn Castano interroge l’image de la féminité.

Chez Gilles Balmet, le papier sert de matière première aux oeuvres de. Son geste est minimal : à partir de feuilles de papier d’un blanc immaculé et de quelques agrafes, il donne forme à des «pierres de papier». Disposées au sol et de tailles variables, elles occupent l’espace, entre installation et sculpture. Matière à modeler, le papier apparaît dans toutes ses qualités de couleur, de grain, d’épaisseur… La fragilité du papier affronte la dureté de la pierre, les feuilles si légères se heurtent au poids du minéral.
Gilles Balmet utilise aussi le papier en tant que pochoir dans ses acryliques, où des motifs de pétales se multiplient pour finalement disparaître dans le grain de la feuille.

Thomas Lélu utilise le papier en tant que support photographique. D’anciennes photographies de femmes nues issues de magazines se font surfaces à peindre. L’artiste suit les courbes des corps et repeint la chair. Sous ces aplats de peinture colorée les formes s’estompent tout en étant paradoxalement soulignées. La photographie est omniprésente mais s’efface pourtant afin de faire naître une nouvelle image sous le pinceau.

Les oeuvres au stylo bille de Renato Orara sont traversées d’objets banals qui, grâce aux couches successives d’encre, acquièrent peu à peu une véritable aura. En regard de ces dessins particulièrement minutieux, rappelant la calligraphie, les peintures sur mylar d’Ed Moses sont d’une grande vivacité. Les couleurs acryliques très vives se confrontent à de larges mouvements de noir. Le geste déployé et libre de l’artiste envahit le papier.

Avec les mises scène épurées les larges planches de Tania Mouraud figurant des espaces de méditation en pleine nature, se transforment en plans d’architectes. Ces espaces imaginaires propices à la contemplation transforment autant les plans architecture que son dessin.

Chacun des artistes  de l’exposition explore le papier à sa manière, et confirme que le papier reste un matériau aux multiples déclinaisons.

Publications
— Thomas Lélu, Lélu by, éd. Onestar press, 2007
— Tania Mouraud entretien avec Anne Tronche, La France de l’art, expo7: « Ecart », Beaux Arts Magazine, mai 2006
— Arnaud Pierre, Tania Mouraud, collection « La création contemporaine », Flammarion, Paris, 2004
— Christopher Knight, Adornment is Never Excessive (à propos de Carolyn Castano) Los Angeles Times Review, 2005

Œuvres en papier
Jeanne Susplugas
Collagene Touch, 2007. Technique mixte sur papier. 29,6 x 19,1 cm.
Hip Hop Smile, 2006. Technique mixte sur papier. 31 x 24 cm.
The end of the green parot, 2006. Technique mixte sur papier. fermé 15 x 10 cm.

Carolyn Castano
Sans titre, 2006. Encre, strass, aquarelle et technique mixte sur papier. 76,2 x 55,9 cm.

Gilles Balmet
Paper Stones, 2007. Papier découpé agrafé. Dimensions variables.
Sans titre, 2007. Acrylique sur papier. 50 x 70 cm.
Sans titre, 2007. Acrylique sur papier. 30 x 40 cm.

Tania Mouraud
Initiation space n°2, 1970. Tirage gélatine sur papier. 69 x 117 cm.
Initiation space n°3, 1970. Tirage gélatine sur papier. 69 x 117 cm.

Ed Moses
Sans titre, 2004. Acrylique sur Mylar. 66 x 86 cm.

Thomas Lélu
Sans titre, 2007. Acrylique sur papier. Dimension variable.

Renato Orara
Sans titre, 2004-2006. Stylo bille sur papier. 20 x 13,7 cm.