ART | EXPO

Gramática de las ausencias/ Grammaire des absence

07 Juin - 28 Juil 2018
Vernissage le 07 Juin 2018

L’exposition « Gramática de las ausencias/Grammaire des absences » à la galerie In extenso de Clermont-Ferrand dévoile une installation vidéo de Noé Martínez qui explore le Mexique et l’Amérique à travers trois moments de l’histoire moderne et contemporaine, aussi cruciaux qu’ancrés dans des territoires spécifiques.

L’exposition « Gramática de las ausencias/Grammaire des absences » à la galerie In extenso, à Clermont-Ferrand, présente une installation vidéo de la jeune artiste mexicaine Noé Martínez.

Gramática de las ausencias, une installation vidéo de Noé Martínez

L’installation Gramática de las ausencias/Grammaire des absences se déploie autour de trois vidéos qui traitent de l’histoire du Mexique et de l’Amérique au sens large. Réalisées avec les outils du film documentaire, ces vidéos témoignent à travers différentes mises en forme et temporalités de trois épisodes majeurs de l’histoire moderne et contemporaine.

Les histoires minoritaires dont les vidéos de Noé Martínez se font l’écho sont toutes ancrées dans des territoires précis. La période du XVIe siècle est traitée sous l’angle des expéditions de colons entre l’Europe et les territoires américains et de la traite d’esclaves. Un angle qui renvoie aux enjeux politiques de la mer.

Noé Martínez explore avec Gramática de las ausencias l’histoire du Mexique

Les années 1970 sont quant à elles abordées à par le biais du travail d’un collectif d’artistes, le Taller de Investigación Plástica (Atelier de recherches plastiques) qui fut un acteur majeur dans le processus de reconnaissance des cultures indigènes. Les archives du groupe sont utilisées par Noé Martínez comme support textuel d’une vidéo.

Enfin, la période contemporaine est reflétée par des représentants du mouvement de lutte mené en 2011 pour l’autonomie du peuple de Cherán au Mexique, et par des rituels de l’ethnie Purépechas dont le territoire est situé dans le même état. En filmant ces deux communautés, Noé Martínez montre comment les traditions préhispaniques toujours vivaces se mêlent aujourd’hui aux luttes.