DANSE | SPECTACLE

That’s All Right Mama – 3/4 Solstice d’hiver

21 Déc - 21 Déc 2018

Après le solstice d'été et l’équinoxe d'automne, voici le solstice d'hiver. Soit pour le Corps collectif et Nadia Vadori-Gauthier le moment de proposer la troisième performance du cycle That's All Right Mama. Rendez-vous au Générateur pour un rituel païen et rock'n'roll : That's All Right Mama – 3/4 Solstice d'hiver.

Depuis juin 2018, le Corps collectif a amorcé la réalisation d’un cycle de quatre performances, That’s All Right Mama. Quatre rites païens coïncidant avec les deux solstices (été, hiver) et deux équinoxes (automne, printemps). Et voici venu le solstice d’hiver. C’est donc au Générateur que se tiendra le troisième opus ; ce troisième rituel pour treize danseurs. Chorégraphié par Nadia Vadori-Gauthier, That’s All Right Mama – 3/4 Solstice d’hiver offrira ainsi l’occasion de célébrer l’hiver. Rite culturel ou besoin viscéral de se sentir appartenir à un collectif, à un environnement, That’s All Right Mama propose un moment de contact avec le présent. Et effectivement, chaque paroxysme saisonnier vient avec des colorations différentes. Pour l’hiver, il y a ce farouche besoin de chaleur collective qui ne demande qu’à être assouvi. Et mêlant références atemporelles et ancrage localisé, That’s All Right Mama esquive l’écueil du folklore traditionnel par la voie du rock’n’roll.

That’s All Right Mama – 3/4 Solstice d’hiver du Corps collectif : un rite païen et rock’n’roll

Chanson fondatrice du rock’n’roll, That’s All Right Mama a été composée par le bluesman Arthur Crudup, en 1946. La chanson puise dans le répertoire blues des années 1920. Et c’est en 1954 qu’Elvis Prestley s’en empare pour en faire cet hymne du rock. Chanson métisse et pleine de mémoires, That’s All Right Mama sert ainsi de fil conducteur aux quatre performances. En tant que chanson porteuse d’idéaux et de protestations, notamment. Laboratoire de recherche et groupe de performance, avec ces quatre rituels le Corps collectif renoue une alliance avec la Terre-Mère. Entre magie et force de vie. Pour That’s All Right Mama – 1/4 Solstice d’été, (en juin 2018 à Mains d’Œuvres), le Corps collectif avait mis l’accent sur l’abondance et la fécondité. Sur la sensation de climax, quand l’ensoleillement est maximal. Ce point exact où culminent les forces solaires, avant d’entamer une descente vers les mondes souterrains.

Nadia Valori-Gauthier : des performances chorégraphiques pour renouer avec la Terre

La performance That’s All Right Mama – 2/4 Équinoxe d’automne s’était déroulée au Générateur. Pour ce deuxième opus, le Corps collectif avait célébré l’équilibre des énergies. Notant simplement qu’en automne, « les jours et les nuits sont d’une durée égale, le soleil s’adoucit et ses rayons tombent perpendiculairement sur l’équateur ». Invitation à se dépouiller des branches mortes, le rite d’automne aura été celui de la pourpre, manteau dont se pare la nature pour entrer en sommeil. Troisième opus, That’s All Right Mama – 3/4 Solstice d’hiver aura lieu au Générateur. Au moment où le soleil est au nadir (point le plus bas) et où la nuit est la plus longue. Pour un rituel célébrant la paix et la renaissance, comme les graines enfouies dans la terre, en attente de germer. Pour une fête chaleureuse, où le Corps collectif se réunit pour allumer un feu intérieur, au cœur des heures sombres.