logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | NOMADES

<br><br> Ana Apostolska
Ana Apostolska
Une série de photographies dans laquelle la lumière est à la fois sujet, technique et symbole. Condition de la perception des choses, matériau photographique, symbole de la connaissance puisqu’elle rend visible l’invisible, la lumière a ici également une valeur métaphysique.
imprimer



Par Harald Theil

Avec la série de photographies intitulée Toussaint, nous sommes confrontés à des images de grand format de lustres et de lampes lunaires accrochés à un plafond à peine visible. Par le cadrage et le format, ces sources de lumières sont d’une grande présence. La lumière qui les éclaire et en émane à la fois est impliquée sur trois niveaux différents: comme sujet, comme technique et comme symbole.

La lumière est déterminante pour notre perception des choses; elle est constitutive du fonctionnement de la photographie et elle est un symbole de la connaissance puisqu’elle rend visible l’invisible. La lumière a aussi une valeur métaphysique. Nous pensons aux vitraux des cathédrales gothiques, aux scintillements des mosaï;ques byzantines, à la lumière des bougies qui les éclairent, mais nous pensons aussi à la lumière de Rembrandt.

Tout comme la lumière dans la photographie est la cause d’une transformation réelle qui nous apparaît "miraculeuse", faisant resurgir sur le papier photographique une image, le surgissement du sacré transforme le profane, le rendant réel, selon Mircea Eliade, puisqu’investi de sens et saturé d’être. Ainsi, dans l’oeuvre d’Ana Apostolska, se superposent le vécu du quotidien et la mémoire du sacré. L’artiste interroge et réexamine par la photographie, moyen par excellence moderne, issu des "temps profanes", l’hétérogénéité du temps et de l’espace.

Elle a conçu une installation de 365 photographies d’assiettes-auréoles (1995), échos d’icônes de calendrier des Saints et variation du mythe de l’éternel retour. Par des affichages sauvages de ces mêmes photographies, elle est intervenue dans le domaine "profane" de la rue. La source de tout ce travail est toujours l’acte répétitif et le quotidien, parfaitement illustré par la série d’installations (Table lumineuse, 1995; Pains, 1995; Les Douze, 1995; Echarpe, 1995; Plats, 1999) ayant comme sujet la nourriture, le repas et ses ustensiles: pains, crêpes, assiettes, tables, torchons, nappes. Cette série revisite les pratiques eucharistiques mais est aussi une réflexion sur la transformation des matériaux hétérogènes utilisés pour la préparation de la nourriture, en analogie au fonctionnement de la photographie et de toute sa "cuisine".

L’interrogation sur l’hétérogénéité du temps et de l’espace se retrouve dans la série des Ephémérides, un travail débuté en 1998 qui se présente sous la forme de diptyques photographiques: les vues n’obéissant qu’à la seule contrainte de devoir faire des paires. Le jumelage d’images distinctes provoque une mobilité du regard qui fouille de l’une à l’autre les similitudes et les différences. Le va-et-vient entre les deux image produit un regard virtuel.

Des moments et des endroits quotidiens de l’artiste sont ainsi extraits de l’anonymat et de l’évanescence du temps pour acquérir une puissance de signification. Ces petites photographies deviennent de vrais "signes de vie" envoyés périodiquement, et ainsi offerts en partage, à un public sélectionné.

Les photographies de la série Toussaint sont des images issues de cette pratique quotidienne, hiérophanie en puissance de transformer le quotidien. S’agirait-il de portraits? Interprétation possible, surtout si nous considérons l’origine du mot Toussaint qui pourrait se lire ici "tous saints".

En revisitant les mythes d’origines, en interprétant les fondements des rituels que nous suivons toujours tout en ayant oublié ou dénaturé leur sens, Ana Apostolska utilise des moyens et un langage contemporain d’une grande cohérence formelle et conceptuelle pour révéler ce sens, pour montrer ce qui est caché.


Créateurs
puce rouge Ana Apostolska






site_com


ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
140912MarechalerieChapuisat
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
puce rouge  La galerie christian berst part à la conquête de New York
puce rouge  Heineken fait sa pub sur la façade de la Monnaie de Paris. Quid de la loi Evin?
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
DIAPORAMA

Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Les Bestiaires, 1997. Tirage sur papier barité, encadré. 30x40 cm (non encadré). Ed. 5 ex. (dont une série de 15 tirages indissociables) + 2 E.A



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales