DESIGN | EXPO

Rocks

22 Nov - 05 Jan 2019
Vernissage le 22 Nov 2018 à partir de 18:00

Jouant sur les contrastes, l'artiste sud-coréen Mun-Gi Yang compose des sacs à main... En pierre. Distinguées de logos luxueux (Chanel, Vuitton...), ses œuvres  confrontent l'éphémère au passager. Et pour son exposition "Rocks", à la Galerie Loft, Mun-Gi Yang a également conçu une pièce spéciale : Chic Rocks.

La Galerie Loft présente « Rocks », une exposition de l’artiste sud-coréen Mun-Gi Yang. Soit une exposition en forme de remise en question, où prédomine le motif du sac. Essentiellement celui du sac à main, avec sa double fonction. Réceptacle mobile d’une part ; marqueur social de l’autre. Le sac Vuitton, par exemple, est à ce titre l’un des marqueurs sociaux les plus mondialement connus et reconnus. Jouant sur le décalage, Mun-Gi Yang présente, avec « Rocks », des sacs à main en pierre. Ornés de signes sculptés, dont les célèbres logo et fleur Louis Vuitton, ainsi que des caractères alphabétiques coréens, ou encore des peintures rupestres. Et à l’opposé de la légèreté mobile que promet et promeut le sac à main, affleure ici la gravité des siècles, la pesanteur de la culture, gravée dans la roche. Comme une collision entre les façons de marquer le territoire, des grottes paléolithiques à l’époque contemporaine.

Exposition « Rocks » de Mun-Gi Yang : le luxe chic et rock à la Galerie Loft

Pour la série Luxury Stones, Mun-Gi Yang a sélectionné des roches auxquelles il a conféré des formes moelleuses de pochon rempli. Sacs estampillés Vuitton ou Chanel, simplement posés sur un socle : toute l’aura du luxe s’y concentre. Avec sa cohorte de convoitises et jalousies attenantes. Objets utilitaires, Mun-Gi Yang les dépouille de leur fonctionnalité initiale. Soulignant d’autant mieux leur dimension de faire-valoir. Et déplaçant ces objets de la catégorie design à celle d’œuvre d’art, Mun-Gi Yang renverse également le rapport à la contrefaçon. Car s’il est des marchandises massivement contrefaites, ce sont bien les sacs de luxe et de marque. Allusions à l’âge de pierre, les fonctions des premières peintures rupestres font encore l’objet de nombreuses spéculations. Mais rituels religio-magiques ou modélisations d’entraînement à la chasse, les territoires ainsi marqués restent immobiles. Contrairement aux sacs à main.

Vuitton, Chanel… Des sacs à main en pierre, pour une culture poids lourd

Sans refaire la généalogie de la malle Vuitton, celle-ci a néanmoins accompagné l’essor du tourisme (Grand Tour) au XIXe siècle. Avec « Rocks », Mun-Gi Yang joue sur les paradoxes. Redonnant de l’immobilité aux symboles de mobilité. Ou ornant de marqueurs luxueux des roches humbles. Tout en laissant affleurer la question du marquage territorial, qu’il s’agisse de revendiquer une grotte, ou un statut social supérieur. Pour la Galerie Loft, à Paris, Mun-Gi Yang a également créé une pièce spéciale, éditée à cent-vingt exemplaires, Chic Rocks. Soit une sorte de balluchon en bois, corde et pierre (polyrésine). Et là encore, non sans humour, Mun-Gi Yang confronte goût du luxe et mobilité. Migrations choisies ou forcées, le sac permet d’emporter le plus précieux avec soi. Ici : un caillou estampillé de (faux ?) logos Vuitton. Entre lest mortifère et plaisanterie légère, Luxury Stones et Chic Rocks sont à retrouver dans l’exposition « Rocks ».