DESIGN | EXPO

Motenasu

28 Oct - 25 Nov 2017

La Granville Gallery présente Motenasu de Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, un siège évoquant un idéogramme japonais ou une lettre de l’alphabet. Motenasu est l'exemple même d'une vision du design privilégiant la perception.

Jean-Baptiste Sibertin-Blanc présente Motenasu, un siège en chêne massif, après le miroir L’instant et le candélabre Night Bubbles, tous deux édités par la Granville Gallery. La conception de Motenasu marque un moment décisif dans son propre parcours de designer, où l’impératif de fonctionnalité s’efface devant l’art.

Motenasu : une idée du design

A la fois ébéniste et designer de formation, Jean-Baptiste Sibertin-Blanc n’a eu de cesse d’osciller entre design industriel et artisanal. Deux pratiques le conduisant à dessiner produits et pièces de mobilier, auxquelles s’ajoute celle de l’architecture. «Le design artisanal», selon l’expression de Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, regroupe un ensemble de métiers traditionnels dont la pérennité exigence de recourir aux méthodes du design industriel. Ainsi Jean-Baptiste Sibertin a-t-il pu concevoir un outil permettant de répondre de manière adaptée aux attentes et besoins des commanditaires qui tient compte de cinq facteurs : le client, le service, les émotions, le processus, et la matière. Par là, l’impératif d’adaptation se révèle donc essentiel : «Je crois profondément que les choses ont le devoir de s’adapter à l’évolution de nos perceptions. Le design est au cœur d’une société en mouvement et chaque projet est une équation ; chaque projet est l’assemblage d’énigmes multiples résolues… momentanément».

Si Jean-Baptiste Sibertin-Blanc semble ne pas avoir de méthode de travail véritablement définie, sa démarche trouve son origine dans la sculpture et le principe de fonctionnalité. Dès lors, le design tend à rejoindre l’art comme le montre certainement la conception du fauteuil Motenasu, sa dernière création éditée par la Granville Gallery.

Motenasu : souplesse des formes

Le siège en chêne Motenasu aujourd’hui présenté à la Granville Gallery naît d’un projet conduit trois ans auparavant à l’Académie des savoir-faire. Jean-Baptiste Sibertin-Blanc veut alors tirer parti de la flexibilité du bois et tenter de créer une sorte de tension entre l’assise et le dossier du siège au moment même où l’on s’assied. La souplesse recherchée conduit à vouloir faire oublier la présence du matériau utilisé. La massivité du chêne s’efface et laisse place à des lignes fluides. Motenasu se présente alors comme un objet aux formes sculptées, évoquant peut-être un idéogramme ou une lettre de l’alphabet. Redéfinissant le rapport à la matière et à l’espace, ce siège est la réalisation concrète de sa signification même puisque Motenasu signifie en japonais accueillir, être réceptif.