ART | EXPO COLLECTIVE

mono poly

17 Oct - 03 Fév 2017
Vernissage le 17 Oct 2016

L’exposition « mono poly » au FRAC Poitou-Charente rassemble les œuvres de quatorze artistes contemporains : peintures, photographies, sculptures et installations. Leur dénominateur commun est le monochrome, dont elles incarnent des formes et des visées très diverses.

L’exposition « mono poly » au FRAC Poitou-Charente réunit les œuvres de quatorze artistes contemporains autour de la monochromie. La peinture bien sûr mais aussi la photographie, la sculpture et l’installation sont abordées, pour refléter la grande versatilité de l’approche monochrome.

Les multiples approches du monochrome

Huit dalles carrées en fibre de verre sont accolées deux par deux, chaque paire portant une teinte uniforme : bleu, jaune, orange et vert. Ainsi accrochées en duo à la manière de tableaux, elles forment l’œuvre M.O.N.O.B.L.O.C., résultat de l’approche sculpturale du monochrome par Étienne Bossut. Chez Jean-Louis Garnell, l’approche se fait photographique : l’œuvre Catalogues se compose de soixante photographies, des rectangles et carrés de multiples couleurs, chacun étant apparemment monochrome. Mais en regardant de plus près, on découvre l’objet photographié : non des surfaces de couleur mais des couvertures de catalogues d’exposition. L’illusion du monochrome met en perspective la valeur d’un tel catalogue qui participe de la reproduction des œuvres d’art, de leur vaste diffusion et de leur vulgarisation.

L’installation Cabinet de pulsions de Dominique Gonzalez-Foerster est constituée de différents objets plages dans un éclairage rouge : des chaussures, des lacets étalés sur un tapis, des photographies et trois cabines d’essayage. L’œuvre, organisée autour de références à la maison de Freud est une représentation de la pulsion de collectionner et du fétichisme qui y est associé. Ici, la monochromie permet d’immerger le visiteur dans un espace mental précis.

Monochromes polysémiques

L’exposition rappelle combien, depuis le tableau Carré blanc sur fond blanc, premier monochrome de la peinture contemporaine réalisé par Kasimir Malevitch en 1918, la peinture monochrome a endossé de multiples statuts, rôles et finalités. Si elle constitue à son origine une forme d’achèvement de l’expérience moderniste et de l’abstraction, elle est ensuite devenue un genre à part entière. L’évolution du modernisme et de l’abstraction a renouvelé leurs formes, leur champ d’application et leurs enjeux. Ainsi les buts du monochrome ont-ils également évolué et se sont-ils diversifiés : exploration de la matière, des gestes et des techniques, soustraction radicale aux exigences de composition et de figuration, recherche spirituelle ou sensorielle, abolition du regard critique…