ART | EXPO

Minute papillon

23 Sep - 25 Mar 2018
Vernissage le 23 Sep 2017

L’exposition « Minute Papillon » au Frac Grand Large ­- Hauts-de-France présente des œuvres et objets de Florence Doléac : des tables, assises et luminaires entre art et design qui injectent une dimension fantastique et humoristique dans l’univers domestique.

L’exposition « Minute Papillon » au Frac Grand Large ­- Hauts-de-France regroupe des œuvres et objets de Florence Doléac dont la pratique entre art et design est internationalement reconnue.

Florence Doléac, une pratique entre art et design

Le titre de l’exposition, « Minute Papillon », forme un clin d’œil poétique à l’univers de Florence Doléac qui, depuis un peu plus de vingt ans, réalise des objets qui semblent jaillir de façon inattendue dans le quotidien comme pour interrompre le cours du temps. Oscillant entre fonctionnalité et inutilité, ces objets qui s’inscrivent souvent dans l’univers domestique occupent un espace entre le design et l’art.

L’exposition propose une vision rétrospective de l’œuvre de Florence Doléac à travers l’œuvre intitulée La chambre des rêves, réalisée en 2017. Ce dispositif composé d’un lit entouré de rideaux place le travail de l’artiste et designer dans un environnement inspiré par l’univers magique de Max et les maximonstres, le livre pour enfants écrit en 1963 par Maurice Sendak.

Sur les pans de tissu qui enferment le lit comme dans une pièce sont imprimées des images évoquant les réalisations passées de Florence Doléac, qui s’y mêlent à des vues de paysages, du plus sérieux au plus amusant ou symbolique. Par ce mélange, la hiérarchie entre culture savante et culture populaire se trouve contredite, tandis que le visiteur est immergé dans un monde onirique où les perceptions et la mémoire sont réévaluées. C’est cette approche renouvelée, flottante, qui guide la redécouverte d’œuvres plus anciennes de Florence Doléac.

Un univers traversé par l’humour où notre rapport aux objets est affaire de récits

Sur un mur s’étalent, disposées régulièrement, des marques de peinture jaune appliquée au pinceau plat que quelques coulures prolongent systématiquement. Intitulée Touché coulé, en hommage à Niele Toroni, cette fresque murale réalisée en 2016, clin d’œil à Empreintes de pinceau n°50 à intervalles réguliers de 30 cm de Niele Toroni, est une réponse au manifeste du groupe BMPT qui dans les années 1960 réunissait Niele Toroni, Daniel Buren, Olivier Mosset et Michel Parmentier, entre art conceptuel et minimalisme.

Plus loin est disposé, sous la Lampe Emmeline Avery, le fauteuil Adada, réalisé en 2010. Constitué de balles gonflables de deux tailles intercalées telles des perles et glissées dans une housse de textile et de filet, il offre des places circulaires sur lesquelles les personnes peuvent s’asseoir face à face, dos à dos, voire en chenille. La forme globale de l’œuvre et le rebond provoqué par les balles gonflées génère un sentiment de régression.

Cet attrait de Florence Doléac pour les formes molles et les postures régressives s’observe dans plusieurs de ses propositions d’assises comme Patapouf, qui incite à glisser naturellement vers le sommeil, Floating Minds ou encore Vague à l’âme. Traversé par l’humour, l’univers de Florence Doléac témoigne aussi d’un intérêt pour les sciences cognitives, l’ethnopsychiatrie et le shamanisme. Ses œuvres reposent sur la conviction que notre rapport aux objets est avant tout une affaire de récits.