ART | EXPO

Michael Heizer

16 Oct - 02 Fév 2019
Vernissage le 16 Oct 2018

L’exposition « Michael Heizer » à la galerie Gagosian du Bourget revient sur le parcours de Michael Heizer à travers des documents d’archives et des sculptures et peintures réalisées de 1968 à aujourd’hui. Elle met en lumière l’évolution de cet artiste américain unique célèbre pour ses sculptures à grande échelle et ses œuvres de land art.

L’exposition « Michael Heizer » à la galerie Gagosian, au Bourget, présente des sculptures et des peintures de l’artiste américain datant de 1968 à nos jours.

Retour sur le parcours de Michael Heizer de 1968 à aujourd’hui

La pratique de Michael Heizer se concentre sur l’exploration de la taille, de la masse et du processus. Elle prend sa source à New York, dans les années 1960, lorsque, alors jeune artiste, il commença à réaliser des toiles géométriques contrastées associant tons clairs et sombres décrites comme des « peintures de déplacement ». C’est vers la fin de cette décennie, dans les déserts de la Californie et du Nevada, que l’artiste se mit réaliser des œuvres à grande échelle qui aboutirent à la sculpture Double Negative, une sculpture négative résultant de deux immenses failles creusées dans la terre.

Les sculptures négatives de Michael Heizer, sortes de « sculptures inversées » et même de « non-sculptures » qui sont les adaptions en trois dimensions des peintures réalisées à New York, sont devenues la base d’un vocabulaire sculptural inédit dans lequel la terre et son retrait sont le médium de référence. Michael Heizer a ensuite poursuivi son œuvre dans le champ du land art à travers de monumentaux projets comme City, une véritable « ville-sculpture » et d’autres sculptures à grande échelle.

Michael Heizer a créé un nouveau vocabulaire sculptural

L’exposition présente pour la première fois au public les versions permanentes en acier des sculptures Cilia (1968–90) et Slot Mass (1968–2017), dans la même configuration qu’en 1968. La première est un volume rectangulaire de terre évidée, dans lequel des pièces en bois saillantes évoquent des cils cellulaires. La seconde se compose de rails parallèles inclinés et creusés dans le sol, ces formes négatives soutenant un rocher. Une sculpture créée en 2016, Scoria Negative Wall Sculpture, reproduit quant à elle la l’opposition entre positif et négatif de l’œuvre Displaced/Replaced Mass réalisée par Michael Heizer en 1969. Cette masse de roche sombre fichée dans un profond cadre en acier est présentée à l’intérieur d’un mur adjacent de la galerie.

Trois peintures géométriques abstraites des années 1970 fondées sur le contraste clair-foncé sont exposées ainsi qu’un triptyque de peintures de 2017 présenté pour la première fois. Enfin, on découvre dans des vitrines des documents d’archives comme des études de peintures, des photographies et des croquis préparatoires qui permettent de visualiser des œuvres de Michael Heizer de la fin des années 1960 qui ont été conçues comme des installations temporaires et se sont détériorées par la suite.