ART | EXPO

Mark Dion

26 Août - 24 Sep 2017
Vernissage le 25 Août 2017

L’exposition « Mark Dion » au FRAC Provence-Alpes Côte d’Azur, à Marseille, dévoile une facette méconnue de l’œuvre de l’artiste américain : ses dessins. Plusieurs de ses célèbres cabinets de curiosité témoignent également de son travail autour des conventions scientifiques et de la façon dont elles formatent notre vision de la nature.

L’exposition « Mark Dion » au plateau expérimental du Fonds régional d’art contemporain Provence-Alpes Côte d’Azur, à Marseille, présente des cabinets de curiosité et des dessins de l’artiste américain.

Un versant moins connu de la production de Mark Dion : ses dessins

L’exposition, qui se déroule dans le cadre de la quatrième édition de Paréidolie, Salon international du dessin contemporain à Marseille et de la Saison du dessin qui le prolonge, a pour but de dévoiler, outre ses célèbres cabinets de curiosités, un versant moins connu de la production de Mark Dion que sont ses dessins.

L’environnement de type white cube du FRAC constitue un écrin moderne et aseptisé qui sied à l’exploration menée par Mark Dion depuis les années 1990 des croisements entre art et science. L’axe principal de la démarche de l’artiste est en effet l’étude du rapport entre l’homme et la nature, un rapport qui a selon lui été conditionné par des conventions scientifiques et idéologiques qu’il tente de déconstruire.

Mark Dion remet en question les méthodes scientifiques

Les cabinets de curiosité sont au cœur de la production de Mark Dion : composés d’objets des plus divers tels que des squelettes, des végétaux, des bocaux, des animaux empaillés, des livres, des pendules, des peignes, des balais ou encore des peluches, ils imitent les codes visuels des classifications scientifiques sans en suivre aucune logique. Les cabinets de curiosités et autres collections de Mark Dion, souvent constituées d’objets abandonnés ou jetés, ne respectent aucune des hiérarchies traditionnellement admises en sciences : entre les époques, entre les styles ou les valeurs. A travers ces installations, l’artiste remet en question les méthodes scientifiques et l’idéologie sur laquelle elles reposent ainsi que le rôle de la collection dans la constitution des connaissances.

L’exposition dévoile également la production de dessins de Mark Dion, une facette moins connue de son œuvre qui y qui tient pourtant une place tout aussi importante que les cabinets de curiosités. S’ils ne lui servaient au départ qu’à décrire les sculptures et installations qu’il était en train de réaliser, ces dessins sont peu à peu devenus pour Mark Dion un vrai outil de réflexion nécessaire dans son processus de création et finalement nombre d’entre eux constituent aujourd’hui des œuvres à part entière, entièrement autonomes.