logo
141115CracSeteArchipel
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Guillaume Leblon
Réplique de la chose absente
10 sept.-31 oct. 2009
Paris 20e. Galerie Jocelyn Wolff
Guillaume Leblon mime à travers sept sculptures-structures des lieux quotidiens, à l'aide d'objets courants, mais désertés par l'homme: des «répliques» d'un monde absent ou disparu. On oscille indistinctement entre réalité et fiction.
fleche suivante1/1
Par Agathe Cancellieri

Dans un espace extrêmement sobre, éclairé par une série de néons blancs suspendus au plafond, sont disposés divers objets, de l'ordre de la sculpture et de la structure qui, par leur emplacement, créent chacun un espace distinct dans l'exposition.

Dès l'entrée, on est confronté à ce qui pourrait être la réplique d'un jardin au mois de septembre comme le suggère le titre de l'une des œuvres. D'une part, Septembre, un transat en bois et verre. D'autre part, Pomme suspendue, une corde accrochée au plafond, pendante jusqu'au sol et ornée d'une sculpture en argile en forme de pomme.
Cet espace commun produit pourtant d'emblée un sentiment d'étrangeté. L'arbre est une corde, la pomme est en argile, et le tissu qui recouvre habituellement les transats, a été ici remplacé par du verre. Cet espace devient de fait inaccessible, vacant, comme une illusion.

Un autre espace, intérieur cette fois, est intitulé Réversibilité. C'est un atelier d'artiste composé d'une série d'étagères sur lesquelles sont juxtaposés des objets hétéroclites. Au-dessus de l'atelier, une simple latte de bois à laquelle est accolée un morceau de toile tient lieu de chevalet. Une sculpture en argile représentant une jambe humaine est également placée à côté de ce dispositif. Enfin, des outils, du verre, de la terre, du carton, un chiffon, sont disposés sur les autres étagères.

Réplique de la chose absente forme un troisième espace. Trois planches en bois sont juxtaposées les unes sur les autres. Deux cônes en émergent. Le plus grand des deux semble inachevé. Alors que sa base est en métal, son extrémité, en carton, indique qu'il s'agit d'une esquisse.
D'autre part, une rampe d'escalier fixée au-dessus des trois planches ne commence et ne s'arrête nulle part. L'œuvre ainsi inachevée n'évoque qu'un signe de ce qu'elle est censée représenter.

Accrochés aux murs, Connivence I et Connivence II sont des films en plastique contenant des poils et des cheveux, comme autant de traces, d'empreintes d'un monde absent.
Enfin, seul indice temporel, un son de cloche retentit toutes les heures. Il est là comme pour perturber un peu plus les repères spatio-temporels auxquels le visiteur pourrait tenter de se raccrocher.

Avec un dispositif minimal, hors de tout sentimentalisme, Guillaume Leblon construit un environnement déserté par l'homme dont les cheveux et les poils sont les seules traces. Cet environnement est celui d'une maison avec un espace extérieur (le jardin), et deux espaces intérieurs: un atelier et un rez-de-chaussée.

A travers ce dispositif, Guillaume Leblon engage une réflexion sur la trace. Au bas de l'atelier, se trouve un agglomérat de terre et de cailloux comme des vestiges.
Les objets exposés font partie du quotidien, et pourtant ils sont réduits à de simples répliques, des copies rafistolées d'un monde absent. L'œuvre est conçue comme un indice, susceptible d'évoquer un faisceau de références, une construction, une histoire, un univers.

Les objets quotidiens sont à la fois exposés aux effets du temps (symbolisé par le son de cloche) et paradoxalement enfouis, cachés, de l'ordre de la réminiscence. Réplique de la chose absente plonge le visiteur dans un environnement incertain, vacant, sorte de tableau métaphysique qui dévoile des lieux intimes comme autant de vestiges d'un monde à la fois présent et absent, de l'ordre de la fiction et du réel.


Guillaume Leblon
— Réversibilité, 2009. Métal, carton, plastiline, bois aggloméré, divers matériaux. 240 x 90 x 45 cm.
Pomme suspendue, 2009. Corde, argile crue, peinture. 5m de corde, 8 cm de diamètre.
 Septembre, 2009. Bois, verre. 220 x 70 x 90 cm.
Réplique de la chose absente, 2009. Bois aggloméré, inox, papier, métal, terre. 200 x 95 x 200 cm.
Connivence I, 2009. Papier, film plastique, poils et cheveux. 78 x 58,5 cm.
Connivence II, 2009. Papier, film, poils et cheveux. 58,5 x 80 cm.
16h, Frévent, 2009. Œuvre sonore.

Publications
— Manuel Olveira, Dieter Roelstracte, Guillaume Leblon, Parallel Walk, Frac Bourgogne, Les presses du réel, Dijon, 2009.
— Eva Gonzalez-Sancho et Marianne Lanavére, Guillaume Leblon, Frac Bourgogne, Les Presses du réel, Dijon, 2004.


fleche suivante1/1



ANNONCES


141215Le104Koning
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141204MacValTaniaMouraud
141120Limoges
141104Le104OrtizSpricigo


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Ministère de l’éducation et de la recherche économise sur le budget de l’ESAV Toulouse: une pétition en ligne.
puce rouge  Direction de l’ENSA de Bourges, l’épilogue: Hilde Teerlinck se retire et publie un communiqué
puce rouge  Plateforme, menacée de fermeture en 2015
puce rouge  Coupes budgétaires: la biennale de Bourges annulée, la Scène Nationale d’Orléans dans le viseur. (MAJ)
puce rouge  Des étudiants en vente sur Ebay pour protester contre la fermeture de la Haute Ecole d'Art de Perpignan
puce rouge  A partir de 2016, le Centre Pompidou consacrera un espace d’exposition aux quatre finalistes du prix Marcel Duchamp
puce rouge  Exhibit B ne porte pas atteinte à la dignité de la personne humaine
puce rouge  Lancement du numéro zéro de la revue Facettes par 50° nord
puce rouge  L’hécatombe continue: le Wharf fermé, le Lieu Commun menacé, le Frac Normandie en suspens
puce rouge  La polémique «Exhibit B»: le théâtre Gérard Philippe et le CentQuatre face à la violence des protestations
puce rouge  Après le Forum, le CAC-Bretigny, La Panacée et Les Eglises menacés: l’hécatombe des lieux d’art.
puce rouge  Ce 22 novembre 2014, décès du photographe américain Lewis Baltz
DIAPORAMA

Pierre-Olivier Arnaud, Plans, 2000-2010 . 112 feuilles A4, impression numérique sur papier.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales