logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Guillaume Leblon
Réplique de la chose absente
10 sept.-31 oct. 2009
Paris 20e. Galerie Jocelyn Wolff
Guillaume Leblon mime à travers sept sculptures-structures des lieux quotidiens, à l'aide d'objets courants, mais désertés par l'homme: des «répliques» d'un monde absent ou disparu. On oscille indistinctement entre réalité et fiction.
fleche suivante1/1
Par Agathe Cancellieri

Dans un espace extrêmement sobre, éclairé par une série de néons blancs suspendus au plafond, sont disposés divers objets, de l'ordre de la sculpture et de la structure qui, par leur emplacement, créent chacun un espace distinct dans l'exposition.

Dès l'entrée, on est confronté à ce qui pourrait être la réplique d'un jardin au mois de septembre comme le suggère le titre de l'une des œuvres. D'une part, Septembre, un transat en bois et verre. D'autre part, Pomme suspendue, une corde accrochée au plafond, pendante jusqu'au sol et ornée d'une sculpture en argile en forme de pomme.
Cet espace commun produit pourtant d'emblée un sentiment d'étrangeté. L'arbre est une corde, la pomme est en argile, et le tissu qui recouvre habituellement les transats, a été ici remplacé par du verre. Cet espace devient de fait inaccessible, vacant, comme une illusion.

Un autre espace, intérieur cette fois, est intitulé Réversibilité. C'est un atelier d'artiste composé d'une série d'étagères sur lesquelles sont juxtaposés des objets hétéroclites. Au-dessus de l'atelier, une simple latte de bois à laquelle est accolée un morceau de toile tient lieu de chevalet. Une sculpture en argile représentant une jambe humaine est également placée à côté de ce dispositif. Enfin, des outils, du verre, de la terre, du carton, un chiffon, sont disposés sur les autres étagères.

Réplique de la chose absente forme un troisième espace. Trois planches en bois sont juxtaposées les unes sur les autres. Deux cônes en émergent. Le plus grand des deux semble inachevé. Alors que sa base est en métal, son extrémité, en carton, indique qu'il s'agit d'une esquisse.
D'autre part, une rampe d'escalier fixée au-dessus des trois planches ne commence et ne s'arrête nulle part. L'œuvre ainsi inachevée n'évoque qu'un signe de ce qu'elle est censée représenter.

Accrochés aux murs, Connivence I et Connivence II sont des films en plastique contenant des poils et des cheveux, comme autant de traces, d'empreintes d'un monde absent.
Enfin, seul indice temporel, un son de cloche retentit toutes les heures. Il est là comme pour perturber un peu plus les repères spatio-temporels auxquels le visiteur pourrait tenter de se raccrocher.

Avec un dispositif minimal, hors de tout sentimentalisme, Guillaume Leblon construit un environnement déserté par l'homme dont les cheveux et les poils sont les seules traces. Cet environnement est celui d'une maison avec un espace extérieur (le jardin), et deux espaces intérieurs: un atelier et un rez-de-chaussée.

A travers ce dispositif, Guillaume Leblon engage une réflexion sur la trace. Au bas de l'atelier, se trouve un agglomérat de terre et de cailloux comme des vestiges.
Les objets exposés font partie du quotidien, et pourtant ils sont réduits à de simples répliques, des copies rafistolées d'un monde absent. L'œuvre est conçue comme un indice, susceptible d'évoquer un faisceau de références, une construction, une histoire, un univers.

Les objets quotidiens sont à la fois exposés aux effets du temps (symbolisé par le son de cloche) et paradoxalement enfouis, cachés, de l'ordre de la réminiscence. Réplique de la chose absente plonge le visiteur dans un environnement incertain, vacant, sorte de tableau métaphysique qui dévoile des lieux intimes comme autant de vestiges d'un monde à la fois présent et absent, de l'ordre de la fiction et du réel.


Guillaume Leblon
— Réversibilité, 2009. Métal, carton, plastiline, bois aggloméré, divers matériaux. 240 x 90 x 45 cm.
Pomme suspendue, 2009. Corde, argile crue, peinture. 5m de corde, 8 cm de diamètre.
 Septembre, 2009. Bois, verre. 220 x 70 x 90 cm.
Réplique de la chose absente, 2009. Bois aggloméré, inox, papier, métal, terre. 200 x 95 x 200 cm.
Connivence I, 2009. Papier, film plastique, poils et cheveux. 78 x 58,5 cm.
Connivence II, 2009. Papier, film, poils et cheveux. 58,5 x 80 cm.
16h, Frévent, 2009. Œuvre sonore.

Publications
— Manuel Olveira, Dieter Roelstracte, Guillaume Leblon, Parallel Walk, Frac Bourgogne, Les presses du réel, Dijon, 2009.
— Eva Gonzalez-Sancho et Marianne Lanavére, Guillaume Leblon, Frac Bourgogne, Les Presses du réel, Dijon, 2004.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Un sursis pour le Musée des Tissus de Lyon
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
puce rouge  Soutien au Quartier, centre d art contemporain de Quimper
puce rouge  Lauréats du Prix Émile Hermès 2016
puce rouge  L’État au secours de la danse et du cirque
puce rouge  Une avancée législative majeure pour tous les métiers d’art
DIAPORAMA

Valérie Jouve, Sans titre (Les Figures avec Tania Carl), 2011-2012. Tirage C-print. 160 x 200 cm.
Yves Bélorgey, Les Avanchets à Genève, architectes Steiger Partner AG, Benjamin Förderer, Franz Amrhein, construction 1973-1977, 2011. Huile sur isorel. 240 x 240 cm.
Fernanda Gomes, Vue de l’installation, Sao Paulo, 2012.
Edward Clug, Stabat Mater, 2013. Danse, pièce pour 16 danseurs



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales