logo
160510SerignanMRACPeinado
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Gerhard Richter
Panorama
06 juin-24 sept. 2012
Paris 4e. Centre Pompidou
Organisée en collaboration avec la Tate Modern de Londres et la Nationalgalerie Staatliche Museen de Berlin, «Panorama» vient célébrer les 80 ans de Gerhard Richter. Cette rétrospective embrasse ainsi, via un formidable parcours, la carrière d'un artiste polymorphe qui aura abordé avec brio aussi bien art figuratif qu'art abstrait.
fleche suivante1/2
Par François Salmeron

«Panorama» se déploie autour d'un espace central triangulaire fort original, où trônent notamment d'imposants monochromes gris, des panneaux de verre et des miroirs, œuvres parfois méconnues de l'artiste, mais qui résument en somme la démarche de l'exposition: y contempler plus de cent-cinquante œuvres protéiformes, certes, mais avant tout, se faire le témoin d'un parcours artistique hors du commun qui n'a de cesse, depuis plus de cinquante ans, d'interroger notre perception et le schéma de notre vision.

Suivant un parcours à la fois chronologique et thématique, «Panorama» débute par les œuvres des années 60, auxquelles Gerhard Richter a donné le nom de «photos-peintures». Se démarquant du pop art alors en vogue ou de l'art purement informel, Gerhard Richter compose ses premiers tableaux en se rapportant directement à des images de presse ou à des photographies qu'il aura lui-même prises.
Le crédo de l'artiste est alors relativement simple, en proposant une sorte de duplicata agrandi de clichés originaux. Et, parmi ces «photos-peintures», deux thèmes ressurgissent particulièrement: le consumérisme (Ferrari, rouleau de papier-toilette, étendoir), et l'histoire (plus particulièrement allemande), avec notamment l'Escadrille de Mustang qui replonge dans le passé nazi, en présentant des avions de la Seconde Guerre mondiale.

Mais, parmi ces diverses thématiques, notre regard perçoit une unicité dans la manière dont Gerhard Richter aborde sa pratique picturale: les «photos-peintures» se revendiquant comme des reflets de notre monde et de ses réalités historiques, sont toutefois porteuses d'un effet stylistique admirable et tout à fait original: le «flou». En frottant la peinture encore fraîche avec une brosse, Gerhard Richter crée ainsi un style propre. En effet, les flous s'effectuent sur les contours des formes représentées, ou résultent de larges passages horizontaux formant des sortes de bandes traversant la toile.

Ainsi, Gerhard Richter apparaît comme un peintre enracinant ses créations dans le terreau du réel. Il se détache par là des courants abstraits nés sous l'impulsion de Marcel Duchamp. C'est d'ailleurs ce dont témoigne Ema (Nu sur un escalier) qui se rapporte explicitement à l'œuvre de l'artiste français datant de 1912. Dès lors, le travail de Gerhard Richter n'a pas la prétention de balayer «l'histoire de l'art», comme le revendique Marcel Duchamp et, bien au contraire, il se veut porteur d'une tradition passée.
Par exemple, Gerhard Richter reprend à son compte l'héritage du romantisme allemand, en s'attachant à représenter le sublime dans la nature, que ce soit le ciel avec le triptyque Nuage, ou la mer avec Marine (nuageux). Par conséquent, l'œuvre de Gerhard Richter adopte aussi bien le portrait, avec tout ce qu'il comporte d'intime et de sentimental, que le paysage, représenté à la manière d'un panorama grandiose et mélancolique.

Pourtant, un premier «virage» apparaît vers la fin des années 60, et voit Gerhard Richter s'essayer à l'abstraction. Ici, il n'y a plus de message comme dans les «photos-peintures» qui pouvaient sonder ou critiquer nos sociétés modernes. Il n'y a plus non plus de figuration comme dans le portrait ou dans le paysage. Gerhard Richter se concentre alors sur la couleur, spécialement dans 1024 couleurs et Six couleurs, qui s'attèlent à représenter des nuances de couleurs dans des rectangles ou des carrés découpés à partir d'un ordre géométrique strict.

Cette peinture totalement dépouillée s'enrichit cependant dans les années 80, où l'on découvre alors des toiles bariolées et alambiquées. Composées de couleurs vives (Jaune-vert, Juin) et de grands gestes puissants faisant tantôt gicler la peinture dans des éclaboussures, tantôt la raclant à même la toile et révélant ainsi au spectateur les différentes strates dont elles se composent, ces œuvres atteignent souvent des formats monumentaux et apparaissent comme le fruit d'un très long processus de création.
En perpétuelle évolution, ces peintures n'obéissent pourtant à aucune véritable logique, et ne suivent aucunement un plan qui aurait été préalablement déterminé par l'artiste. Ces grandes toiles abstraites peintes par phases successives misent davantage sur la spontanéité du geste artistique. Et encore, la pratique de Gerhard Richter ne s'y résume pas totalement… Au milieu d'elles, nous retrouvons des œuvres figuratives à l'image de Bougie, dont la luminosité ahurissante nous fait littéralement vaciller.

Dès lors, l'une des grandes forces de l'œuvre de Gerhard Richter est d'avoir su visiter — et d'avoir épousé avec brio — deux tendances de l'art ...

fleche suivante1/2



ANNONCES


160517Le104impatience
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160510MitterrandMcCollum
160408MarechalMarcJohnson


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Marc Le Glatin à la tête du Théâtre de la Cité internationale
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
DIAPORAMA

Patrick Tosani, Prise d’air IV, 2012. Photographie argentique contrecollée sur dibon et montée sur chassis affleurant rembordé. 262 x 216 x 4 cm
Lucian Freud, Le Jardin du peintre avec Eli, 2006. Photographie. 56,5 x 75,8 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales