logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Julius Popp
Bit.flow
01 juin-01 juil. 2006
Paris 20e. Galerie Jocelyn Wolff
Les machines hybrides de Julius Popp, mi esthétiques, mi technologiques, semblent presque pouvoir donner des leçons d'éthique, d'amour, voir de politique, tant au spectateur qu'à l'artiste démiurge qui les invente…
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Invitation #1

Par Stéphanie Katz

Cette seconde présentation du travail de Julius Popp à la Galerie Jocelyn Wolff confirme la position de l'artiste à la frontière du scientifique et des arts plastiques. Sur une table blanche qui semble apprêtée pour une opération chirurgicale du visible, un tube translucide formant un nœud inextricable s'abandonne à des circonvolutions infinies.

Impossible, même si l'artiste s'en défend, de ne pas penser ici à l'évocation de l'un de ces organismes aliens, mi technologiques, mi humanoïdes, qui peuplent l'univers de la science fiction contemporaine. Surtout que, pour des raisons de visibilité, le liquide qui circule par séquence binaire dans la spirale de plastique est d'un rouge sanguin sans ambiguïté.

Toutefois, une fois cette première approche formelle dépassée, c'est davantage le dispositif technologique complexe qui permet de dégager le sens du projet. Alors qu'un logiciel tente d'envoyer dans les tubulures des séquences de couleurs irrégulières, une caméra de surveillance dominant la table des opérations observe en permanence la circulation du fluide.

Dans un projet de régulation fondée sur une auto-interprétation du mouvement, cette caméra tente de traduire sur un écran les invariants d'un cheminement pourtant chaotique et imprévisible. Entre l'aléatoire des déplacements du fluide et la recherche de synthèse visible sur l'écran, c'est toute l'amplitude d'un malentendu fondamental qui se joue.

En véritable professeur Frankenstein, Julius Popp semble chercher à construire un dialogue bilatéral avec le monde de la machine intelligente, comme si celle-ci devait parvenir à répondre aux questions métaphysiques de son concepteur.

Depuis les deux robots Micro.Adam et Micro.Eva, qui déjà tentaient de s'accorder autour d'un mouvement centrifuge commun et harmonieux, l'artiste conçoit des machines capables de construire un regard réflexif qui envisage d'améliorer progressivement son propre comportement. Si bien que ces machines hybrides, mi esthétiques, mi technologiques, semblent presque pouvoir donner des leçons d'éthique, d'amour, voire de politique, tant au spectateur qu'à l'artiste démiurge qui les invente.

On se prend, en effet, à rêver à ce monde imaginaire peuplé d'entités susceptibles de faire preuve de cette improbable bonne volonté auto-critique. L'auto-analyse menant à une amélioration du comportement individuel, chacun en viendrait à s'harmoniser avec son voisin, ne s'inquiétant plus des disjonctions et ne multipliant que les liens consensuels.

Sauf que voilà. Depuis que je visite les propositions de Julius Popp, je suis obligée de constater qu'une fois sur deux, les prototypes fonctionnent de façon irrégulière, parfois même chaotique.
Une fois encore, cette fois-ci, le couplage de l'œuvre relevait davantage du malentendu que d'une harmonie idéale et consensuelle. Si bien que, à y regarder de plus près, ce Faust d'un nouveau genre semble placer sous le regard du spectateur la longue liste des tentatives de conciliations manquées qui trament l'aventure de l'humanité.
«Les créations de Popp sont toutes des œuvres en construction, des enquêtes partielles d'un processus en cours, des études expérimentales sur le tâtonnement» explique Jan Thorn-Prikker.

C'est sans aucun doute dans cette fracture entre illusion scientifique et lucidité artistique que se situe toute la puissance révélatrice des recherches de Popp: ce qui provoque l'émotion esthétique ici, ce sont davantage les défaillances et les lacunes propres à l'expérimentation immémoriale de la nature humaine, que la perfection rationaliste d'un accomplissement scientifique accompli.

Julius Popp
Bit.flow, 2006. Acier inoxidable, plexiglas, logiciels, ordinateurs, dispositifs électroniques variés et impressions. Dimensions: Robot : H. 80 cm, L. 60 cm, E. 46 cm; Table: H. 90 cm, L. 180 cm, E. 100 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Geoffroy Mathieu, Canopée, 2009. Tirages jets d’encre, cadre noir sans verre. 26,6 x 40 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales