logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Lorna Simpson
Lorna Simpson
11 déc.-22 janv. 2005
Paris 4e. Galerie Nathalie Obadia, Cloître Saint-Merri
Pour sa première exposition personnelle en France, Lorna Simpson présente une double vidéo, un film et des photos sur le double thème de la race et du genre. La femme noire entre reconnaissance sociale et dépendance aux hommes.
fleche suivante1/1
Par Ariane Carmignac

Lorna Simpson, pour sa première exposition en France, présente deux courts films, Corridor et Cloudscape, qui mettent chacun en scène des personnages noirs américains, deux femmes et un homme.
Ce sont, d'abord, les images tirées de ces films — naturellement présentées, elles, en pleine lumière — qui attirent et séduisent l'œil, grâce à une beauté plastique convoquant tout un jeu de citations : Vermeer, Delacroix, etc.

Le premier film, Cloudscape, est une confrontation (muette, pourrait-on dire) entre deux espaces et deux temporalités, que seule rapproche peut-être l'unique actrice jouant les deux rôles d'une femme noire aux XVIIIe et XXe siècles, et par là incarnant une certaine immuabilité de la condition réservée aux Américaines noires (en un curieux palimpseste où les images se côtoient pour mieux montrer leurs décalages, mais aussi pour mieux provoquer d'irrésistibles échos).

L'écran est partagé en deux par une ligne verticale, qui délimite le jeu de deux scènes contiguës, où apparaissent respectivement deux femmes dans leurs intérieurs et « dans » leurs occupations quotidiennes : l'une, incarnation d'un « jadis » qui, à tout prendre, pourrait aussi bien n'être qu'un « naguère », l'autre, figure de proue d'une modernité enfin trouvée.

Deux musiques diffusées en simultané, où parfois l'une prend le pas sur l'autre — semblant ainsi marquer le lien secret, intime, qui marque ces deux univers —, accompagnent le film ; mais ces mélodies semblent tout aussi bien signaler le jeu (l'interstice), l'hiatus entre les deux séquences filmées, où l'œil aurait tendance à rétablir une symétrie inexistante.

Corridor présente un homme noir, debout, seul dans le brouillard de la nuit, sifflant un air du XVIIIe siècle, symbole de la désillusion et de la condition des esclaves noirs en Amérique : où la seule performance artistique rejoint la commémoration solennelle de la tradition, et surtout prolonge et renouvelle la manifestation de la révolte, à mi-chemin entre l'hommage et une lutte perpétuée.

Lorna Simpson :
Corridor (Night), 2003. Tirage chromogénique contrecollé sur plexiglass. 69 x 183 cm.
Corridor (Phone), 2003. Tirage chromogénique contrecollé sur plexiglass. 69 x 183 cm.
Corridor (Split), 2003. Tirage chromogénique contrecollé sur plexiglass. 57 x 115 cm.
Corridor (Inkwell), 2003. Tirage chromogénique contrecollé sur plexiglass. 50 x 102 cm.
Corridor (Night III), 2003. Tirage chromogénique contrecollé sur plexiglass. 69 x 183 cm.
Corridor (Chair), 2003. Tirage chromogénique contrecollé sur plexiglass. 50 x 102 cm.
Corridor (Bulb), 2003. Tirage chromogénique contrecollé sur plexiglass. 50 x 102 cm.
Corridor, 2003. Vidéo transférée sur DVD, double projection sonore. 13' 49.
Cloudscape, 2004. Tirage argentique. 48 x 47,5 cm.
Cloudscape, 2004. Film noir et blanc sonore en 16 mm transféré sur DVD. 4' 34.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160809Bruxelles
BethuneLaBanque
160729PicSaintLoup


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Jorge Pedro Nunez, TODO LO QUE MAM ME DIO, The Guard of Malevich, 2010. Installation. Portes de sécurité, néons.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales