logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Delphine Coindet, Jordi Colomer
Collection
18 déc.-14 fév. 2010
Villeurbanne. Institut d’art contemporain
L'exposition «Collection», à l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne, présente les acquisitions postérieures à 2008, et, à travers elles, un regard sur l'état et les enjeux de l'art contemporain.
fleche suivante1/2
Par Julie Silberberg

Par delà la singularité des œuvres, deux grandes orientations semblent se dégager dans «Collection» présentée à l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne, composée des deux dernières années d'acquisitions.
D'un côté, les explorations esthétiques de Delphine Coindet, Philippe Decrauzat et Pierre Malphettes; l'autre côté, Jordi Colmer, Laetita Echakhch et Delphine Reist s'orientent vers des recherches poétiques et sociocritiques.

Les œuvres Antimatière et Sans titre de Delphine Coindet procèdent à une réflexion sur le processus de création, sur l'inspiration plutôt que sur l'objet. Création qui, pour Delphine Coindet, est liée à l'abstraction.
Mais, loin de l'abstraction de la nécessité intérieure et de l'invisible ontologique chère à Kandinsky, l'abstraction est chez Delphine Coindet associée à l'acte instinctif ou au geste automatique tels qu'ils se présentent dans les dessins d'enfants.
D'où la simplicité formelle des cubes assemblés aléatoirement à la manière de lego et les couleurs pastel flashy participant à l'élaboration des gribouillages picturaux que la sérigraphie permettra, par la reproduction, de régulariser. La mise en œuvre apparaît, chez Delphine Coindet, comme une étape secondaire obéissant, à travers l'installation et la reproduction, à l'ordre d'une expression anomique.

Dans une autre approche de l'abstraction, Philippe Decreuzat crée des compositions géométriques complexes pour déstabiliser la perception, dans la veine de l'Op Art des années 1960.
Dans Can I Crash Here, Philippe Decreuzat occupe une pièce entière pour opérer, à l'aide de ruban adhésif noir collé au sol, une mise en abîme d'une forme circulaire ondulante, et créer ainsi une sensation de tourbillon susceptible de faire perdre l'équilibre au spectateur.
La distorsion de l'espace vient buter contre une barrière de bois plantée au sol (One Two Three, Four, Five) qui sert de point appui matériel au regard. Mais par son absence de fonctionnalité et l'incongruité de sa présence, la barrière se révèle être d'un secours inutile amplifiant le trouble de la perception.

A l'inverse de l'abstraction, Pierre Malphettes donne une figure à ce qui peut difficilement se stabiliser dans une forme. En matérialisant des phénomènes immatériels tels que l'arc-en-ciel, il nous plonge dans l'esthétique du décor théâtral et nous entraîne dans un monde de fantaisie poétique proche du Magicien d'Oz.
Trônant au centre d'une salle, l'œuvre de Pierre Malphettes intitulée Un Arbre en bois sous un soleil électrique consiste en un arbre grandeur nature construit à l'aide de planches et surplomblé d'un gros ballon lumineux en guise de soleil. Par la simplification extrême des formes de l'arbre et du soleil, Pierre Malphettes ne vise pas à plagier la beauté indépassable de la nature mais à en transmettre l'idée. Ce n'est pas la représentation qui importe ici, c'est l'imaginaire et la simplicité des moyens pour le stimuler.

Un autre aspect de la «Collection» est sa tonalité critique.
La première salle de l'Institut d'art contemporain présente un ensemble de vingt deux portes drapeaux noirs dépourvus de drapeaux qui semblent sortir du mur à la manière de lances. L'absence des drapeaux nationaux dans cette installation de Latifa Echakhch intitulée Fantasia (Empty Flags, Black) exprime l'inaptitude des pays à répondre aux problèmes mondiaux et le combat incessant qu'ils se livrent.

Dans la même salle, Latifa Echakhch réitère, avec Hospitalité, un de ses thèmes de prédilection, qui, en tant qu'artiste marocaine, fait écho à sa propre histoire: la mémoire collective, l'identité, l'intégration et l'accueil des étrangers en France. L'œuvre est basée sur une simple phrase «Espace à remplir par l'étranger», figurant sur les formulaires de demande de titres de séjour. Latifa Echakhch connaît l'administration dont la froideur et l'humanité tend à réduire la singularité des individus derrière l'appellation «étranger».

Dans une autre salle, on est attiré par un bruit effrayant provenant de l'installation de Delphine Reist. Habituée à détourner les objets de consommation par une personnification dérangeante, Delphine Reist crée avec Étagères un climat inquiétant en faisant s'animer un ensemble d'outils électriques posés sur des étagères métalliques derrière une vitrine de plexiglas.
Tels des animaux en cage, ces outils (perceuse, scie à métaux, etc.) protestent d'une certaine manière contre cette condition d'exposition qui leur est imposée, et revendiquent leur droit à la liberté. Métaphore de la société actuelle, cette installation témoigne d'une crise et de l'absence de revendications cohérente pour en sortir.

fleche suivante1/2



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Taro Izumi, Illegally digging, 2010. Vue de l’installation
Thierry Fournier, Point d’orgue, 2009. Installation interactive. Dimensions variables



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales