logo
141115CracSeteArchipel
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Kasimir Malévitch, François Morellet
Carrément
17 mars-30 avril 2011
Paris 6e. Galerie Kamel Mennour
Tandis que François Morellet se réinstalle au Musée d'art moderne, la galerie Mennour expose une dizaine de ses œuvres, œuvres carrées et pseudo carrées qui paient à Malevitch leur dette de quadrimaniaque.
fleche suivante1/1
Par Paul Brannac

Rien donc ici des aimables antiennes dadaïstes de Morellet (sa Joconde déformée de 1964), rien non plus de ses avalanches de lumière suspendue des années 1990; ici rien que du carré, rien que du cadré, mais du cadré en torsion, de la droite tangente. Ici le carré noir sur fond blanc s’excède, s’échappe à angle droit (Négatif n°11, 1990), ou bien se rencogne en un temps (Négatif n°12, 1990) pour se croiser en un autre (Négatif n°12, 2011); bref, son blanc griffe et son noir zigzague aux cimaises (Négatif n°8, 2010), le trait sans maître martèle, en s’astreignant il s’outrepasse.

Car Morellet a l’espièglerie stricte et la géométrie rigoureuse, ses variations s’ordonnent. Les trois panneaux en relief néoné de la série «sous-prématisme» (2010) n’ont de malicieux que le titre. Au reste, ils sont blancs, secs, et dans la galerie de la rue Saint-André-des-Arts, ils chauffent bien trop.
Ils échauffent même les petits croquis de leur paternité, les crayonnages ésotériques et légiférant de Malevitch, trop vieux aujourd’hui pour supporter tant de crue lumière.

Ainsi du clou de l’exposition, le Quadrilatère noir de 1915, dont Morellet dit qu’il est un portrait, portrait moins émouvant en réalité par l’approximative sévérité de ses contours que par l’estompement de son blanc, par cet exsudat de céruse qui fuit de la toile comme du visage fatigué d’un vieux mime.
Le néon lui ne vieillit pas — il ronfle; c’est au début qu’il vacille; ensuite il brille méchamment, d’un éclat migraineux. Peut-être est-ce un effet des enseignes et des placards de rue, mais les néons installés ou agencés de Morellet retiennent l’œil lorsqu’ils sont à mi-sol, lorsqu’un suspens retient leurs glissades — fragilement.

Mais dès lors qu’ils signifient ils détonnent, ils rappellent leur géométrie d’usage, leur sempiternelle nouvelleté et leur incapacité à vieillir. Certes Morellet ouvre les carrés, joue des approximations, des contrastes et des répétitions, mais ses sculptures ou ses installations «veulent dire». Et c’est une chose bien étonnante que de voir comme sa géométrie ne s’abstrait pas, comme l’abstraction reste toute attachée, non pas tant à la géométrie elle-même qu’à la mimésis; comme elle cite la réalité et l’histoire de l’art et se vêt d’elles.

L’ennui, puisqu’il s’agit tout de même un peu de cela, n’est pas que Morellet désacralise l’art de Malevitch (car il n’est pas croyable qu’il y ait jamais eu de l’art sacré mais bien plutôt de l’art cru), non plus que Morellet revête, pour reprendre le titre de son installation de Chambéry en 1982, Le Fantôme de Malevitch, mais qu’il apparaisse lui-même en fantôme, hantant ses propres carrés.
Il y a, chez les vieux philosophes comme chez les vieux artistes, une tendance, une mode, une propension à se citer eux-mêmes comme s’ils avaient écrit auparavant, ou peint jadis, de saintes images et de saintes paroles, une façon en somme de s’esbaudir en se répétant qui, finalement, fait les célébrations mornes.

http://deloeiletdelamain.hautetfort.com



— François Morellet, Négatif n°8 (d'après π  Strip-teasing 1=10° sur la pointe, 2005), 2010. Acrylique on canvas mounted on wood, neon tubes. 203 x 190 cm.
— François Morellet, Négatif n°10 (from Steel life n°14, 1990), 2010. Acrylic on wood, white neon tubes. 165 x 144 cm
— François Morellet, Négatif n°11 (from Steel life n°11, 1990), 2010. Acrylic on wood, white neon tubes. 165 x 176 cm
— Kazimir Malévitch, Quadrilatère noir, s.d. Huile sur toile. 17 x 24 cm. Collection privée
— François Morellet, Steel life n°12, 1990. Acrylic on canvas and flat iron. 101 x 201 cm. Panel: 100 x 100 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


141116Le104sciarroni
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141106Le104IldiEldi
141111macparis2000


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Until Then: trois anciens de la galerie Yvon Lambert prévoient d'ouvrir un nouvel espace à St-Ouen
puce rouge  Polémique autour de la pièce Exhibit B de Brett Baileys, la liberté de création (encore) mise à mal
puce rouge  Décès du photographe Lucien Clergue, cofondateur des Rencontres d'Arles
puce rouge  Jours sombres pour la culture au Blanc-Mesnil (93): l’UMP étrangle le Forum
puce rouge  L'édition américaine de la Fiac reportée à 2016
puce rouge  Prochainement au Centre Pompidou, une nouvelle galerie sur le Design et l'Architecture
puce rouge  L'ex-directrice contestée du Frac Nord-Pas-de-Calais nommée à la tête de l’ENSA de Bourges?
puce rouge  5e édition d’Art Protects à la galerie Yvon Lambert, une vente au profit de l’Association AIDES
puce rouge  Inauguration du château de Rentilly, 2e lieu d’exposition du Frac Ile-de-France
puce rouge  SOON Paris: la nouvelle foire d’art contemporain consacrée à l’œuvre originale numérotée
puce rouge  Le Centre Pompidou inaugure une nouvelle galerie entièrement dédiée à la photographie
puce rouge  Esther Ferrer et Léa Barbazanges, lauréates du premier prix Marie-Claire, consacré aux artistes féminines
DIAPORAMA

Mona Hatoum, Worry Beads, 2009. Bronze patiné, acier doux. Dimensions variables. Edition de/of 5
Xavier Le Roy, Giszelle, 2014. Danse. 1h15
Tracey Emin, Wanting You, 2010. Neon. 95,1 x 112,6 cm



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales