logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Gregor Hildebrandt
Zum Wohl der Tränen.
08 sept.-11 oct. 2007
Paris 3e. Galerie Almine Rech
Gregor Hildebrandt est un romantique élevé au rock eighties. Sa «peinture» prend la musique comme motif récurrent, avec ses mythes et ses matériaux. Mais alors qu'elle se laisse envahir par le son, aucun bruit ne la traverse. C'est là toute l'ambiguïté de l'œuvre. Et son étonnante virtuosité.
fleche suivante1/1
Par Emmanuel Posnic

Gregor Hildebrandt revient chez Almine Rech après un passage remarqué dans l'exposition «Group Show» la saison dernière. Il dispose cette fois-ci de l'ensemble du rez-de-chaussée, ce qui n'est pas le moindre compte tenu de l'ampleur de ses pièces. Ampleur de la plupart des formats, ampleur également par l'autorité naturelle, la présence physique qu'elles insufflent.

Car ses «peintures», disions-nous, s'éloignent quelque peu des conventions. Ce sont en réalité des monochromes savamment construits à l'aide de bandes magnétiques contrecollées sur la toile. Les bandes proviennent de cassette audio, vestige d'une époque où la musique se piratait en se matérialisant. Une époque que Gregor Hildebrandt réifie constamment, ses références se portant généralement sur les grandes figures punk, folk et classique.
Des souvenirs, donc, pensés ici comme des accessoires que cristallise le piratage des sons. Sur ces toiles, le berlinois ne colle que les bandes de ses morceaux fétiches. Le End of Love de Leonard Cohen côtoie Marlène Dietrich dont la présence charismatique sur une plaque de granit envahit le fond de la salle. On la retrouve encore sur un disque transformé en réceptacle alors que plus loin c'est Judy Garland qui surgit à travers l'écho pénétrant d'une toile noire simplement animée par les fins de bandes multicolores. Gregor Hildebrandt l'intitule sobrement Over the Rainbow.

Gregor Hildebrandt fait résonner les souvenirs, il réhabilite la copie pour en faire l'ultime témoignage d'une vaste histoire des sons et des images. Avec lui, le son prend forme mais au-delà, c'est un panthéon personnel qu'il réactive, n'hésitant pas à le mythifier (la figure tutélaire de Marlène Dietrich) ou à le sacraliser (à l'entrée, les cils collés sous des scotchs disposés en croix). Il sait aussi le retourner, comme si la mémoire redistribuait l'histoire à la mesure de ses confusions : l'artiste installe un grand mur rempli de ses propres cassettes dont les tranches ont été repassées au pinceau, obturant les noms, les titres, les années.

Alors romantique, il l'est vraiment : son rapport à l'histoire et au témoignage, à la mémoire qui tangue et qui s'affiche, sa faculté à rendre ses œuvres souveraines et sobres à la fois et bien entendu l'émotion sincère qui les traverse, tout cela place son travail dans un sillon poétique sans nul autre pareil.

Gregor Hildebrandt
Gesternte Kassettenschallplatte, 2007. Bande magnétique et support de bande magnétique. 30 x 30 cm.
Joy Division – Substance, 2007. Bande magnétique sur toile. 174 x 134,7 cm.
Cheers for Tears (Tocotronic), 2007. Bande magnétique sur toile. 129 x 117 cm.
— Vue de l'exposition "Zum Wohl der Tränen", 2007. Galerie Almine Rech, Paris.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
puce rouge  Soutien au Quartier, centre d art contemporain de Quimper
puce rouge  Lauréats du Prix Émile Hermès 2016
puce rouge  L’État au secours de la danse et du cirque
puce rouge  Une avancée législative majeure pour tous les métiers d’art
puce rouge  Marc Le Glatin à la tête du Théâtre de la Cité internationale
DIAPORAMA

Jan Fabre, vue de l’exposition au musée du Louvre «L’ange de la métamorphose», 2008
Reconnaissance, 2012. Concours
Jean-Marie Perdrix, Yaba, 2002-2016. Plastique, 88 x 36 x 12 cm (chaque)



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales