logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Wang Ziwei
Wang Ziwei
08 avril-07 mai 2006
Paris 3e. Galerie Hussenot
Le peintre chinois Wang Ziwei est un maître en hybridations. Il mêle les États-Unis à la Chine par de surprenants raccourcis plastiques. Il joue avec les références iconiques, et nous sert un morphing de Marilyn et de Mao !
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Post-Communist Pop

Par Nicolas Bauche

La Chine dit «pop» avec Wang Ziwei ! Ses tableaux déclinent les couleurs flashy de Warhol et consorts, étalent sur les murs les figures de Marilyn Monroe et des cartoons de la Warner. Une bien joyeuse bande ! Mao saluant et deux jeunes filles qui exhortent à respecter la Révolution Culturelle. Ziwei adapte Warhol, Lichtenstein… C'est très bien pour l'export.

Depuis la gigantesque exposition (cent quarante-cinq œuvres) que l'Espace Pierre Cardin avait consacrée à l'avant-garde chinoise en 2002, le «political pop art» et ses représentants, Wang Ziwei en tête, ont prouvé aux plus dubitatifs, qu'en Chine, les canons de l'art ne sont plus édictés par l'État.

La palette du Chinois tonifie l'iris de ses violets, bleus et verts. De toutes les couleurs, c'est pourtant le rouge carmin, dense et passionné, qui prédomine. Une tonalité symbolique: avec elle, c'est la révolution, le sang versé pour la liberté et Tien an Men qui emplissent soudain l'espace.

Cette impression étrange persiste devant les hybridations inédites de Wang Ziwei. Il mêle les États-Unis à la Chine par de surprenants raccourcis plastiques. L'artiste joue avec les références iconiques, et nous sert un morphing de Marilyn et de Mao! A moitié chauve — il ne reste rien du halo opalin de l'actrice hollywoodienne —, brun et la lèvre légèrement pendante, voilà l'enfant né des amours virtuelles des deux grands de ce monde. Avec, en prime, un air de ressemblance avec Liz Taylor, autre modèle de Warhol.

Persistance rétinienne, motif graphique ou idée fixe, «le petit père du peuple» est de toutes les toiles, de toutes les œuvres. Ziwei voit des Mao partout. Sur le vélin, le peintre brasse les références graphiques, Titi, le canari de dessin animé, rencontre le Grand Timonier.
Il copie trait pour trait la Girl With Ball de Lichtenstein pour y insérer une baigneuse sexy: un Mao en bikini, mouture incongrue des belles qui s'effeuillaient dans les pages des calendriers.
Dans un autre tableau, le père du Roi Lion, un rugissant monarque, s'agrippe à un pic rocheux avant de tomber dans le vide. Émanant des vapeurs grisées, une tête de mort –Mao !-, annonce son sort funeste.

Situé dans les années 50, le travail de Wang Ziwei pourrait se perdre dans la chromo facile si, derrière ses jeux esthétiques et faussement ludiques, ne se cachait la critique virulente de la société chinoise. Instrumentaliser le faciès de Mao, brocarder l'ouverture économique et la plastique sanguine du communisme, voilà des bravades à applaudir ! L'export a bon dos…

English translation : Nicola Taylor

Wang Ziwei
Untitled (Marylin & Mao), 2006. Acrylique sur toile. 180 x 210 cm.
Untitled (Head «Marylin & Mao»), 2006. Acrylique sur toile. 180 x 180 cm.
Untitled (Lion King), 2006. Acrylique sur toile. 180 x 210 cm.
Untitled (Mao & Titi), 2006. Acrylique sur toile. 180 x 260 cm.
Untitled (Marylin & Black Mao), 2006. Acrylique sur toile. 180 x 210 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
puce rouge  Soutien au Quartier, centre d art contemporain de Quimper
puce rouge  Lauréats du Prix Émile Hermès 2016
puce rouge  L’État au secours de la danse et du cirque
puce rouge  Une avancée législative majeure pour tous les métiers d’art
puce rouge  Marc Le Glatin à la tête du Théâtre de la Cité internationale
DIAPORAMA

George Brecht, Portfolio, 1969. Collages et dessins sur papier
Vue de l’exposition au Centre Pompidou Patrick Jouin, scénographie,  2010.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales