logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Thomas Hicks
Thomas Hicks. The Dream Stuff
08 janv.-01 mars 2008
Paris 3e. La Bank
Dessins animés sans story-boards : dans l'univers entièrement graphique du jeune artiste anglais Thomas Hicks, le trait remplace les mots pour mieux traduire les émotions. C'est entre un romantisme torturé et un style hautement saccadé que se loge, à la Bank Galerie, sur papier et vidéo, cette intimité crayonnée. 
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Créateurs
puce rouge Thomas Hicks

Lieu
puce rouge La Bank





Par Maud de La Forterie

Une  affaire de rêve pour un quotidien revisité. A l'évidence, Thomas Hicks dessine plus qu'il ne bâtonne, laissant deviner dans une courbe mouvementée un sombre trait noir sinueux à souhait.
L'esquisse de saynètes hybrides parfois relevées par de subtiles aquarelles participe pleinement à l'ébauche de films d'animation sans temps morts ni même répit, distillant ci-et-là des tensions tout à la fois légères et pathétiques.

Matière première de ces défilés animés, les dessins ne se confondent en aucun cas avec les story-boards et fixent des atmosphères bien plus que de volatiles instants. Etape essentielle du processus de création, ces dessins constituent de véritables matières à penser auxquelles s'adjoint la musique, à l'image du premier film de Thomas Hicks, Susuma Yokota réalisé en 2004 à l'occasion d'un projet étudiant.
Comme l'avait fait à son époque son compatriote d'Outre-Manche David Shrigley pour le groupe Blur, Thomas Hicks a participé à la promotion de ce groupe électro japonais par le biais d'un petit film d'animation inspiré du monde du cirque, à la facture rapide en un rien accélérée.

Ici, à la Bank Galerie, le film Neurotik laisse apparaître des personnages à l'allure fantomatique, se succédant par plans agiles, sans réel fil narratif. A ses côtés, ribambelles de dessins témoignent d'une recherche personnelle qui puise ses sources dans un quotidien familier aux relents néanmoins exotiques, reconnaissable par tous.
Thomas Hicks lève le voile sur ses préoccupations et sur ses sentiments par le prisme du crayon. Ce travail très personnel retentit comme une invitation au voyage, un voyage bohème où le temps, comme dilaté, n'existe plus.
Couples, cyclistes, scènes de cirque ou de tangos constituent l'armature d'une imagerie en perpétuel devenir, à la fois intime et incessamment tournée vers autrui.

Thomas Hicks travaille actuellement sur un film d'animation dont la sortie est prévue en septembre 2008. L'occasion de découvrir quelques bribes en avant-première.

    


fleche suivante1/1



ANNONCES


BethuneLaBanque
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Jean Laube,  Découpage N°18, 2015. Gouache sur carton. 45 x 40 x 8 cm.
Mickaël Phelippeau, Chorus. Danse et Musique. 1 heure.
Alexandre Gérard, Stupeur bleue (Moi à 18 ans découvrant un monochrome d’Yves Klein de 1960 exposé au Centre Pompidou en 1993; reconstitution), 2010. Photographie couleur contrecollée sur aluminium Dibon. 40 x 56 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales