logo
160520ArtAbordable
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Ed Templeton
The Essential Disturbance
03 oct.-17 nov. 2002
Paris 16e. Palais de Tokyo
À la fois graphiste, skateur professionnel et photographe, Ed Templeton propose une œuvre corporelle et violente ancrée dans la culture skate entre Sex, Drugs and Rock, entre intimité et exhibition. Où la culture urbaine du skate sature d'un coup l'espace du musée. 
fleche suivante1/2
Par Clément

Ed Templeton nous est présenté comme une des figures majeures de la scène skate internationale, à la fois graphiste et directeur de la Toy Machine Bloodsucking Skateboard Company, skateur professionnel et photographe immergé dans son sujet. Exposé au Palais de Tokyo, à deux roulettes d'un des spots parisiens les plus fréquentés, il nous fait entrer dans son univers mental, dans un monde où la triade Sex, Drugs and Rock possède encore toute sa pertinence.

Au milieu de l'espace dédié à The Essential Disturbance, trône une rampe de skate, peinte par l'artiste.
Nouvel objet emblématique d'une génération, et plus particulièrement des adolescents dont l'artiste dévoile le quotidien, la rampe remplace le lit au cœur de l'accrochage intime — Templeton se propose de recréer une chambre d'adolescent-type. Et désire faire état de sa mémoire personnelle.
Objet autour duquel tout se joue et tout se détermine, à l'intérieur du musée comme dans cet extérieur codifié auquel elle renvoie, la rampe est ce totem qui explique la «folie» et la «violence» des images qui l'entourent, qui conditionne les codes vestimentaires, qui justifie les blessures exhibées sur les images, comme autant de trophées de cette culture ici en représentation.

C'est donc à une plongée dans l'intime et le quotidien que nous sommes conviés, résultat de sept années de travail photographique et artistique d'Ed Templeton. Voir et lire le journal intime, à la fois fictif, exemplaire et brut, d'un skater élevé au rang de modèle.
Les murs du Palais de Tokyo sont traités comme ceux d'une chambre : personnaliser le white cube en y faisant figurer la culture skate.

Sur un fond vert, des nuages de couleurs et une pluie arc-en-ciel, inégalement répartis, constitue un arrière-plan qui, malgré sa fadeur, apparaît comme a priori plus poétique que les images qu'il soutient. Cette couche «naturelle» s'efface progressivement derrière les images-icônes accrochées serrées les unes contre les autres. La culture urbaine du skate sature d'un coup l'espace brut de la ville/du musée. Expression/vision de l'angoisse d'une existence qui tourne en rond: le mouvement du skate sur la rampe est celui du ressassement — la même scène apparaît souvent plusieurs fois — tandis que la vacuité est, peut-être, ce qui se dégage de ces portraits d'adolescents, de ces scènes du quotidien.

Par ailleurs, l'accrochage rappelle étrangement celui des expositions telles qu'elles étaient présentées il y a deux siècles, conduisant à un flou et un trop-plein favorables à l'impression d'ensemble. Images du temps officieuses devenues officielles quoique toujours choquantes, comme nous l'indique un panneau à l'entrée de l'exposition.
Au début non saturé, l'espace le devient progressivement en même temps qu'il se «flouise». Les murs et les images se mêlent, la pluie arc-en-ciel faisant office de relai. Le milieu skate s'approprie l'espace urbain/muséal et le détourne à ses propres fins.

Deux séries de photos, à part, semblent constituer le début de l'installation : l'une, encadrée, propose seize portraits de fumeurs; l'autre, tenue à un fil par des pinces à linge nous fait découvrir une ville, un couple qui s'embrasse. Voici les protagonistes de la scène skate, les sujets du travail de Templeton, les objets de l'art exposés, les éléments de la saturation à suivre.
Puis, le chaos prend forme. Le «Nothingness» s'installe en même temps que les supports se multiplient: peintures, photos, croquis, esquisses, dessins, fragments d'écriture… Chaque image appelle une histoire et contient toutes celles qui lui répondent dans cette volonté d'accumuler les preuves d'une existence, de diversifier la prise anecdotique sur le monde (entreprise semblable à la vocation du Palais de Tokyo ?)

Et c'est là justement que se dessine l'interrogation face à cette frénésie, à cette nouvelle Fureur de vivre. Où se situe la part du posé ? Quelle mesure de la «Real Life» ces documents nous donnent-ils à voir ?
Ni photo-reportage, ni recherche esthétique pour magazines spécialisés, le travail d'Ed Templeton peut alors se situer dans un entre-deux où la posture est une attitude, partie intégrante du quotidien. Accéder à la reconnaissance de ses pairs, adhérer aux codes de la culture skate.

Il s'agit de se montrer au risque/au plaisir de choquer et d'intriguer. Exhibition des blessures, monstration de la nudité, omniprésence des succédanés sexuels : la présence du corps, paradoxalement rendu par le flou des contours, est peut-être cette perturbation essentielle que vise le titre. A moins que celui-ci ne se réfère à l'étrange poésie que distillent ces images esquissées, proposées dans un Palais ...

fleche suivante1/2



ANNONCES


160513Abordable
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160517Le104impatience
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA

Florent Corlay, lampe Opce, 2010. L’Ecole de design Nantes Atlantique.
Théodora Marcadé, Fatima, 2015. Photo numérique 1/5. 21x29 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales