logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Stefano Bianchi
Stracci
16 déc.-15 fév. 2006
Paris 10e. Galerie Philippe Chaume
Stefano Bianchi photographie des serpillières. De cet objet banal et quotidien qu'il aborde avec subtilité et émotion, il fait des œuvres dont les dimensions, la composition et le travail plastique évoquent certains grands peintres modernes : Rothko, Fontana.
fleche suivante1/1
Par Gwénaëlle Plédran

Stefano Bianchi photographie des serpillières. Chiffons, tissus sales, traînant au sol. Le sujet se laisse aisément penser en relation avec l'aspect «trash» de toute une production contemporaine, photographies de guenilles et de sans logis, surfaces déjectives ou détritus urbain.

On connaissait par exemple, les photographies d'Alain Fleisher — photographies de chiffons sales traînant au sol, abordés comme des paysages selon une véritable approche topographique du tissu. Mais Stefano Bianchi, qui a travaillé pour des magazines de mode, adopte une toute autre démarche: il révèle la beauté des objets. Travaillant la qualité de l'image, et de la matière, il nous dévoile un objet troublant, engage quelque chose d'émouvant, comme un inconscient du temps.

Comment peut-on voir cette chose jetée en tas, non pas comme un rebus, mais au contraire comme un objet doué de qualités formelles et expressives, une véritable draperie du quotidien, un objet doté de mémoire.

Traces fugaces de vies passées, les serpillières ne sont que le reflet de nos vies dédiées à l'apparence et aux futilités. Pourtant, par un travail poétique et sensible, Stefano Bianchi révèle un coté inconnu de la serpillière.

Mais par un habile dispositif d'éclairage qui révèle la beauté de l'objet et toute la poésie du tissu, Stefano Bianchi les sculpte comme on le ferait de voiles ou de drapés, retenant alors dans leurs plis l'aura d'une autre vie.

Au-delà de la photographie, les gestes sont ceux du sculpteur et du peintre.
En effet, il existe une étrange similitude avec des tableaux de Rothko — surfaces colorées, nuances, dans un souci de composition — alors que les usures, les déchirures rappellent Fontana, dans une confusion de l'accidentel et du volontaire.

Surdimensionnée, la photographie évoque la forme-tableau et transforme la serpillière en un objet plastique. Immense. Beaucoup plus grande que nature, elle acquiert une présence particulière. Il faut voir les photographies dans l'espace, les regarder en face. Elles semblent encore habitées d'une énergie vivante et inconnue, hantées. Des formes se dessinent, vibrent, elles semblent bouger s'animer…
La serpillière nous fait face, laissant le spectateur s'abandonner à la contemplation, se perdre dans les plis du tissu.

Je retrouve alors ici, dit avec une grâce lumineuse, ce qui me semble essentiel dans toute création et qui, appliqué à la photographie, la situe dans la nécessité de conjurer le défi posé à l'esprit par ces deux mystères de nos vies : la merveilleuse présence au monde et son caractère éphémère, avec la mort prochaine.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
puce rouge  La galerie christian berst part à la conquête de New York
DIAPORAMA

Julien Carreyn, Erica Baum, Astrid Klein, vue de l’exposition «Journal d’une chambre» à la Galerie Crèvecœur, Paris, 6 juin – 25 juillet 2012.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales