logo
140319JeuPaumeNika
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Stefano Bianchi
Stracci
16 déc.-15 fév. 2006
Paris 10e. Galerie Philippe Chaume
Stefano Bianchi photographie des serpillières. De cet objet banal et quotidien qu'il aborde avec subtilité et émotion, il fait des œuvres dont les dimensions, la composition et le travail plastique évoquent certains grands peintres modernes : Rothko, Fontana.
fleche suivante1/1
Par Gwénaëlle Plédran

Stefano Bianchi photographie des serpillières. Chiffons, tissus sales, traînant au sol. Le sujet se laisse aisément penser en relation avec l'aspect «trash» de toute une production contemporaine, photographies de guenilles et de sans logis, surfaces déjectives ou détritus urbain.

On connaissait par exemple, les photographies d'Alain Fleisher — photographies de chiffons sales traînant au sol, abordés comme des paysages selon une véritable approche topographique du tissu. Mais Stefano Bianchi, qui a travaillé pour des magazines de mode, adopte une toute autre démarche: il révèle la beauté des objets. Travaillant la qualité de l'image, et de la matière, il nous dévoile un objet troublant, engage quelque chose d'émouvant, comme un inconscient du temps.

Comment peut-on voir cette chose jetée en tas, non pas comme un rebus, mais au contraire comme un objet doué de qualités formelles et expressives, une véritable draperie du quotidien, un objet doté de mémoire.

Traces fugaces de vies passées, les serpillières ne sont que le reflet de nos vies dédiées à l'apparence et aux futilités. Pourtant, par un travail poétique et sensible, Stefano Bianchi révèle un coté inconnu de la serpillière.

Mais par un habile dispositif d'éclairage qui révèle la beauté de l'objet et toute la poésie du tissu, Stefano Bianchi les sculpte comme on le ferait de voiles ou de drapés, retenant alors dans leurs plis l'aura d'une autre vie.

Au-delà de la photographie, les gestes sont ceux du sculpteur et du peintre.
En effet, il existe une étrange similitude avec des tableaux de Rothko — surfaces colorées, nuances, dans un souci de composition — alors que les usures, les déchirures rappellent Fontana, dans une confusion de l'accidentel et du volontaire.

Surdimensionnée, la photographie évoque la forme-tableau et transforme la serpillière en un objet plastique. Immense. Beaucoup plus grande que nature, elle acquiert une présence particulière. Il faut voir les photographies dans l'espace, les regarder en face. Elles semblent encore habitées d'une énergie vivante et inconnue, hantées. Des formes se dessinent, vibrent, elles semblent bouger s'animer…
La serpillière nous fait face, laissant le spectateur s'abandonner à la contemplation, se perdre dans les plis du tissu.

Je retrouve alors ici, dit avec une grâce lumineuse, ce qui me semble essentiel dans toute création et qui, appliqué à la photographie, la situe dans la nécessité de conjurer le défi posé à l'esprit par ces deux mystères de nos vies : la merveilleuse présence au monde et son caractère éphémère, avec la mort prochaine.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA

Willy Ronis, Le Nu provençal, Gordes (Vaucluse), 1949. Tirage argentique. 40 x 30 cm
Noam Toran, Desire Management, 2006. Film 16mm, HD.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales