logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Dana Schutz
Self Eaters and the People who Love Them
10 janv.-28 fév. 2004
Paris 3e. Galerie Emmanuel Perrotin
Dana Schutz fait événement à New York comme à travers le monde. Cette jeune artiste de vingt-huit ans peint comme on respire. Coqueluche des médias et des biennales, elle expose une peinture figurative qui, sans innover, synthétise toute une histoire de la peinture gestuelle et expressive du XXe siècle.
fleche suivante1/1
Par Pierre-Évariste Douaire

Dans la rue Louise Weiss, les surprises sont souvent au rendez-vous. La concentration des galeries, leur branchitude autoproclamée, leur vernissage commun, font de ce petit pôle parisien une attraction où le meilleur se dispute avec l'évanescence du moment. La Galerie Emmanuel Perrotin est pour cette cession encore au rendez-vous pour provoquer le décalage.

Comme les expositions itinérantes, qui voyagent de Washington à Tokyo en passant par Paris, le galeriste a laissé ses murs à Zach Leuer, le directeur de la LFL Gallery de Chelsea à New York. En contrepartie ce dernier, lui a laissé les clefs de son espace. Échange de bons procédés qui pourront se poursuivre si l'opération se trouve rentable.

Dana Schutz est la nouvelle coqueluche des médias outre-atlantique. Elle est considérée comme totalement branchée. Elle est peintre et ne s'excuse pas de l'être. Elle peint d'une façon très énergique, sans aplats, sans à-coups, sans touches, mais avec des bandes de peintures. Sa touche est nerveuse, la jeune femme est ambitieuse. La toile n'est pas un tract, encore moins un manifeste, mais une manifestation de couleurs et d'énergies. Alors que les fossoyeurs de l'art contemporain parlent depuis vingt ans de la mort de la peinture — une ineptie — Dana Schutz du haut de ses vingt-huit ans produit frénétiquement une œuvre au rouleau compresseur.

L'énergie et le dynamisme se retrouvent dans ces hachures de couleur. A l'opposé d'une peinture gestuelle gratuite, ou d'une "bad painting" désuète, cette jeune artiste, diplômée en 2002, trace sa propre voie. Sans être nouvelle, ni révolutionnaire, l'avantage des pièces exposées se trouve dans l'effervescence ambiante.

Les toiles ne sont pas léchées, le souci du détail en est exclu, mais la brosse du pinceau vient strier la surface comme un râteau. Les figures, les personnages peints sont peignés de couleurs: le résultat final se donne comme une coiffure afro déglinguée, ou une permanente lissée et grasse, version grunge.

Cette manifestation d'énergie n'est pas un manifeste pour la peinture, mais la démonstration d'une soif de peindre. Le but est de faire voir la peinture, de la montrer telle qu'elle est, de l'exposer dans sa vérité nue. La chair de la peinture est un tube non rebouché. Le liquide se répand dans un petit filet qui vient permanenter les coiffures des personnages. Les traits de peinture peuve t-être brossés, hâchés, ou déposés à la main, l'essentiel est de marquer une présence. La toile n'est pas biffée mais paraphée par le geste de l'artiste.
Cette énergie, cette soif de peinture, à quelque chose de primitif. Comme un rituel paganiste, le châssis sert d'autel à toutes les offrandes. Pris entre Nolde et De Kooning, Dana Schutz distille une peinture matée d'essence primitive.
Locomotive d'une avant-scène en quête de reconnaissance, modèle d'une peinture sans tabou ni limite, elle apparaît sur l'avant-scène artistique comme une start-up nouvellement introduite en bourse: les paillettes, le champagne et les strass sont au rendez-vous, espérons qu'elle ne subisse pas un krach artistique.

Dana Schutz
Selfeater, 2003. Huile sur toile. 90 x 81 cm.
Big Arms r, 2003. Huile sur toile. 230 x 170 cm.
Console r, 2003. Huile sur toile. 167 x 152 cm.
E.S.G. r, 2003. Huile sur toile. 167 x 152 cm.
New legs r, 2003. Huile sur toile. 167 x 152 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
DIAPORAMA

Martin Barré, 91 - 44 x 200 - A, 1991. Acrylic on canvas. 44 x 200 cm
Jocelyn Cottencin, Bilboard, 2012. Installation.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales