logo
160520ArtAbordable
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Louidgi Beltrame, Pierre Bismuth
Re-trait
06 mars-30 mars 2007
Paris 8e. Fondation d´entreprise Ricard
Re-trait: dans l'exposition conçue par Claire Staebler, sur le dessin est considéré dans une acception large, bien au-delà de l'alliage trait-papier. Au risque de la dilution.
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Par Nathalie Toulinat

Si le dessin désigne une pratique de représentation basée sur la ligne, l'exposition Re-trait propose d'en élargir la définition. Les supports et les outils du dessin sont abordés selon trois approches: ses formes, ses principes et ses métaphores. Le détournement des pratiques traditionnelles, comme le crayon ou le fusain au profit de la vidéo, la photo ou de la lumière rend l'approche plus analytique. Matériel ou immatériel, le dessin renvoie au parcours, à l'inachevé, à l'éphémère et au métalangage.

Les grandes tiges de papier journal tendues du sol au plafond de Katie Holten, à la fois forêt de fusain et sculpture hiératique, détournent l'idée de dessin vers une prise en compte de l'espace. De même, les néons de Pierre Malphettes jouent sur la simulation de la chute d'une feuille, dont la littéralité de l'écriture signale d'autres usages de la ligne comme langage.
Angela Detanico et Raphael Lain, dont l'œuvre Re-trait donne son titre à l'exposition, renvoie au logotype par le biais de lettres en néon blanc disposées en alphabet, entre graphisme industriel et protocole d'un langage visuel autonome.

Pour d'autres, le dessin traduit une position de retrait. Dans les papiers découpés de Ulla Von Brandenburg, excavation par soustraction, le motif se dessine en négatif et s'ouvre à la suggestion. Le dessin ne montre plus, il s'imagine et se pense comme processus lié au temps.
Avec la reconstitution en grand format des gestes tirés du film The Misfits de Marilyn Monroe, Pierre Bismuth convoque une pratique du dripping à la Pollock. Des lignes blanches sur fond noir dessinent un parcours pour aveugles, véritable suivi des mouvements d'une main. Placés judicieusement en face, les mobiles de Robert Breer dessinent au sol un parcours; la lenteur de ces machines célibataires invite à anticiper ces formes de dessins automatiques.

Exposer du dessin ne revient pas à en montrer des pratiques usuelles. Dans le travail de Rainer Lericolais, le motif figuratif est accroché au mur sous forme d'entrelacements délicats d'encre et de colle, pour souligner la fragilité du médium, son concours à l'imperceptible fascinant. De même, la figure historique de Jonathan Borofsky et ses Phone Drawings lie le dessin à l'écriture automatique gribouillée au stylobille.

Avec Koki Tanaka, le dessin s'émancipe de son support d'origine et trace ses sillages dans le paysage urbain photographié, par le fait de bouteilles de lait écrasées au sol par une voiture. Les artistes dessinent à grands traits pour maîtriser les supports vierges de la nature et des villes. Même désir beaucoup plus romancé chez Abraham Poincheval et Laurent Tixador; l'acte performatif sert au tracé de parcours mentaux autour d'objets, comme des douilles d'obus gravées et des cartographies à reconstituer.

Ce panorama offre une vision élargie, au risque de trouver du dessin partout et d'en annuler l'idée même. What a Feeling de Sylvain Rousseau en est la métamorphose parfaite. Simulation d'une perspective de salle de danse, dont le miroir projette notre position de spectateur, cet espace représente le dessin. Il est le support de projections fictives, parcours dans l'espace et fragilité du médium à faire voir l'invisible.

Koki Tanaka
How to Draw a Line on the Road, 2007. DVD couleur, son. 31 secondes.

Katie Holten
The Black Tree, 2005-2007.

Rainier Lericolais
Elégantes, 2006. Encre et colle. Dimensions variables.

Jonathan Borofsky
Phone Drawing. Stylo et encre sur papier.

Ulla von Brandenburg
Net, 2006. Encre noire sur papier de soie, 107 x 148 cm.

Pierre Bismuth
Following The Right Hand Of Marilyn Monroe In The Misfits, 2005-2006. Digital print. 400x 300 cm.


Sylvain Rousseau
Palette, 2006. Vernis sur bois, 100 x 80 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160513Abordable
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160517Le104impatience
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA

Jean-Luc Bichaud, Sans titre (détail), 2013. Crayon, aquarelles et acrylique blanche sur photo. 17,4 x 23,7 cm.
Davide Balula, Burnt Painting, Imprint of the Burnt Painting (double cubes), 2013. Bois calciné, poussière de bois calciné sur toile. 195 x 130 cm chaque.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales