logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Louidgi Beltrame, Pierre Bismuth
Re-trait
06 mars-30 mars 2007
Paris 8e. Fondation d´entreprise Ricard
Re-trait: dans l'exposition conçue par Claire Staebler, sur le dessin est considéré dans une acception large, bien au-delà de l'alliage trait-papier. Au risque de la dilution.
fleche suivante1/1
Par Nathalie Toulinat

Si le dessin désigne une pratique de représentation basée sur la ligne, l'exposition Re-trait propose d'en élargir la définition. Les supports et les outils du dessin sont abordés selon trois approches: ses formes, ses principes et ses métaphores. Le détournement des pratiques traditionnelles, comme le crayon ou le fusain au profit de la vidéo, la photo ou de la lumière rend l'approche plus analytique. Matériel ou immatériel, le dessin renvoie au parcours, à l'inachevé, à l'éphémère et au métalangage.

Les grandes tiges de papier journal tendues du sol au plafond de Katie Holten, à la fois forêt de fusain et sculpture hiératique, détournent l'idée de dessin vers une prise en compte de l'espace. De même, les néons de Pierre Malphettes jouent sur la simulation de la chute d'une feuille, dont la littéralité de l'écriture signale d'autres usages de la ligne comme langage.
Angela Detanico et Raphael Lain, dont l'œuvre Re-trait donne son titre à l'exposition, renvoie au logotype par le biais de lettres en néon blanc disposées en alphabet, entre graphisme industriel et protocole d'un langage visuel autonome.

Pour d'autres, le dessin traduit une position de retrait. Dans les papiers découpés de Ulla Von Brandenburg, excavation par soustraction, le motif se dessine en négatif et s'ouvre à la suggestion. Le dessin ne montre plus, il s'imagine et se pense comme processus lié au temps.
Avec la reconstitution en grand format des gestes tirés du film The Misfits de Marilyn Monroe, Pierre Bismuth convoque une pratique du dripping à la Pollock. Des lignes blanches sur fond noir dessinent un parcours pour aveugles, véritable suivi des mouvements d'une main. Placés judicieusement en face, les mobiles de Robert Breer dessinent au sol un parcours; la lenteur de ces machines célibataires invite à anticiper ces formes de dessins automatiques.

Exposer du dessin ne revient pas à en montrer des pratiques usuelles. Dans le travail de Rainer Lericolais, le motif figuratif est accroché au mur sous forme d'entrelacements délicats d'encre et de colle, pour souligner la fragilité du médium, son concours à l'imperceptible fascinant. De même, la figure historique de Jonathan Borofsky et ses Phone Drawings lie le dessin à l'écriture automatique gribouillée au stylobille.

Avec Koki Tanaka, le dessin s'émancipe de son support d'origine et trace ses sillages dans le paysage urbain photographié, par le fait de bouteilles de lait écrasées au sol par une voiture. Les artistes dessinent à grands traits pour maîtriser les supports vierges de la nature et des villes. Même désir beaucoup plus romancé chez Abraham Poincheval et Laurent Tixador; l'acte performatif sert au tracé de parcours mentaux autour d'objets, comme des douilles d'obus gravées et des cartographies à reconstituer.

Ce panorama offre une vision élargie, au risque de trouver du dessin partout et d'en annuler l'idée même. What a Feeling de Sylvain Rousseau en est la métamorphose parfaite. Simulation d'une perspective de salle de danse, dont le miroir projette notre position de spectateur, cet espace représente le dessin. Il est le support de projections fictives, parcours dans l'espace et fragilité du médium à faire voir l'invisible.

Koki Tanaka
How to Draw a Line on the Road, 2007. DVD couleur, son. 31 secondes.

Katie Holten
The Black Tree, 2005-2007.

Rainier Lericolais
Elégantes, 2006. Encre et colle. Dimensions variables.

Jonathan Borofsky
Phone Drawing. Stylo et encre sur papier.

Ulla von Brandenburg
Net, 2006. Encre noire sur papier de soie, 107 x 148 cm.

Pierre Bismuth
Following The Right Hand Of Marilyn Monroe In The Misfits, 2005-2006. Digital print. 400x 300 cm.


Sylvain Rousseau
Palette, 2006. Vernis sur bois, 100 x 80 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
DIAPORAMA

Fabien Giraud et Raphaël Siboni, Sans titre, 2010. Ordinateur bi-processeur Xeon 3,06 Ghz. Vue de l’exposition, 2010



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales