logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Baptiste Debombourg, Lionel Sabatté
Quelques secondes roses
27 mars-30 avril 2010
Paris 4e. Galerie Patricia Dorfmann
Doués d'une grande maîtrise plastique, Lionel Sabatté et Baptiste Debombourg sont réunis pour une exposition à deux voix, qui fait de la différence entre leurs œuvres un creuset créatif et fécond.
fleche suivante1/1
Par Céline Piettre

Si le lien formel entre leur travail respectif n'est pas immédiat — et reste relativement lâche même après la visite de l'exposition — Lionel Sabatté et Baptiste Debombourg n'en demeurent pas moins remarquablement bien assortis. Peut-être à force de se côtoyer au quotidien, dans l'atelier qu'ils partagent depuis quelques années? Ou encore en raison de leur intérêt commun pour les rebuts, mégots de cigarettes (Baptiste Debombourg) ou poussière (Lionel Sabatté), élevés à une dimension autre. Tous deux, à leur manière, ont le don des métamorphoses critiques et poétiques.

En point de départ, de mire et de convergence, une œuvre de petite dimension, Hells Angels, qui exhibe les restes d'un pigeon écrasé rehaussé de plumes de couleur, arc-en-ciel déchirant la grisaille.
Cette farce morbide est le résultat d'une collaboration entre les deux artistes, capables d'extraire une forme signifiante du quotidien le plus trivial. Cœur symbolique de l'exposition, elle en dessine les contours sémantiques.

Vanité de carnaval, d'une insoutenable légèreté, la «toile» est aussi ambiguë que son titre en oxymore et que ce rose cher à Lionel Sabatté, intégré par touches infimes mais vives. Couleur tape-à-l'œil, associée volontiers au vulgaire et au superficiel, elle est aussi celle des rêveries édulcorées de petite fille et des exubérances libertaires des minorités sexuelles.

Paradoxe à lui seul, le rose donne à cet enfer des airs de paradis artificiels. Ces mêmes paradis terrestres que recherchent les bikers du Hells Angels Motorcycle Club, fondé en 1948 en Californie, et qu'ils pensent atteindre par la pratique de la moto et la consommation régulière de stupéfiants. L'œuvre, par son titre et sa facture, est tout à la fois la synthèse plastique de cette low philosophy et la preuve de son caractère dérisoire.

Dans ce travail réalisé en commun, on retrouve l'obsession de Baptiste Debombourg pour l'urbanité, les idéologies populaires contemporaines et la customisation, et celle de Lionel Sabatté pour un certain expressionnisme pictural.
Sociologie des identités collectives d'un côté et jaillissement de la couleur de l'autre, les deux artistes se rejoignent en déclinant tous les registres de l'humour, de la franche drôlerie à l'ironie la plus cinglante. Qu'il s'agisse d'un loup reconstitué en moutons de poussière (Lionel Sabatté) ou de sculptures emprisonnant un seau ménager dans un pare-brise (Baptiste Debombourg), leur travail est loin de tout académisme et semble se moquer gentiment de la pratique artistique, dont les hautes aspirations ne la préservent en rien du grotesque et de la précarité.

Incontestablement, Patricia Dorfmann a eu une bonne intuition. Les deux œuvres se répondent et s'harmonisent parfaitement dans l'espace, le gris et le rose de la série de tableaux grands formats Quelques secondes roses (Lionel Sabatté) contrastant subtilement avec la transparence des précieux Sans titre avec un seau, sauvés de leur médiocrité d'origine par un processus de sublimation propre à Baptiste Debombourg.

Et si ce dernier s'inscrit davantage dans une perspective sociopolitique, fort d'un intérêt pour «les codes d'identifications de masses» (Claude Lévêque) et nanti d'une faculté aigüe d'observation, Lionel Sabatté charge la poussière, emblème de l'immatériel et du temps qui passe, d'une pesanteur organique.
Sale, dense, constituée de poils et de cheveux, elle évoque un quotidien poisseux, une vie égrenée de petites morts, à l'image de ses escargots géants, peints à l'huile, qui laissent derrière eux les traces adipeuses de leur passage.


Liste des œuvres
— Baptiste Debombourg, Tradition of excellence VI, 2010. Mine de plomb sur papier Vinci. 30 x 40 cm
— Baptiste Debombourg, Code article 2, 2009. Bois mélaminé imitation hêtre. 140 x 104 x 60 cm
— Baptiste Debombourg, Sans titre avec seau, 2010. Pare-brise verre feuilleté avec seau. 150 x 112 x 30 cm
— Baptiste Debombourg, Sans titre avec seau II, 2010. Pare-brise verre feuilleté avec seau. 135 x 90 x 30 cm
— Baptiste Debombourg et Lionel Sabatté, Hells Angels n°1, 2009. Pigeon naturalisé et plumes artificielles. OEuvre unique. 50 x 60 cm
— Baptiste Debombourg, Social Philosophy, Chui immortel, 2010. Installation documentée, photographie diasec. Edition 1/3. 53,5 x 80 cm
— Baptiste Debombourg, Tradition of excellence V, 2010. Mine de plomb sur papier Vinci. 42 x 110 cm
— Baptiste Debombourg, La Redoute n°3, 2009. Catalogue découpé sous plexiglas. Oeuvre unique. 26,7 x 22,2 cm
— Lionel Sabatté, Conversation intercoquilles, 2009. Technique mixte sur toile. 200 x 300 cm
— Lionel Sabatté, Repères et cicatrices, 2009. Technique mixte avec poussière sur papier. 29 x 40 cm
— Lionel Sabatté, Le dompteur, 2010. Technique mixte avec poussière sur papier. 29 x 40 cm
— Lionel Sabatté, Tri-cot (la progression totémique), 2009. Technique mixte avec poussière sur papier. 29 x 40 cm
— Lionel Sabatté, Quelques secondes roses, Véhicules tout terrain (la tentative de fuite), 2008. Technique mixte avec poussière sur toile. 250 x 200 cm
— Lionel Sabatté, Quelques secondes roses, Le roi Rêne, 2008. Technique mixte avec poussière sur toile. 200 x 160 cm
— Lionel Sabatté, Quelques secondes roses, Transport en commun : le serpent à plumes, 2008. Technique mixte avec poussière sur toile. 250 x 200 cm
— Lionel Sabatté, Quelques secondes roses, Véhicules tout chemin. 2009. Technique mixte avec poussière sur toile. 200 x 250 cm
— Lionel Sabatté, Février, 2006. Loup en moutons de poussière. 136 x 50 x 70 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



140707LyonBiennaleDanse
ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
DIAPORAMA




pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales