logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Adel Abdessemed
Practice Zero Tolerance
14 sept.-19 nov. 2006
Paris 19e. Le Plateau
A travers une série d'oeuvres plus ou moins distancées, Adel Abessemed aborde les tensions du monde actuel. Entre sculpture et installation, ses oeuvres évoquent l'idée d'une fermeté aveugle, exprimée par la notion de «tolérance zéro».
fleche suivante1/2
Par Philippe Coubetergues

Adel Abdessemed signe l'exposition de rentrée du Plateau. C'est aussi sa première exposition personnelle dans une institution parisienne. Elle reprend et augmente un ensemble d'œuvres exposées cet été à la Criée de Rennes.
Son titre anglais, qui peut se traduire par «pratiquer la tolérance zéro» cite une démarche, un mot d'ordre largement répandu dans le monde occidental à l'égard des actions terroristes et plus généralement criminelles.

L'idée d'une fermeté aveugle, sourde au cas particulier, n'est pas nouvelle. Mais l'expression, empruntée au registre militaire, inquiète ou séduit, en suggérant tout à la fois la discipline, l'auto-conviction, le systématique, et une justice directe, radicale et non négociable qui fascine le politique par son efficacité supposée.

Il faut donc aborder l'exposition sous l'angle de cette problématique revendiquée qui renvoie directement à une actualité sociale et politique, à laquelle l'artiste d'origine algérienne serait particulièrement sensible. Pour autant, il ne faut pas s'attendre à ce que toutes les œuvres se prêtent explicitement à cette interprétation. Sans doute est-ce plutôt dans les interconnexions qui rapprochent ou opposent les œuvres entre elles qu'il conviendrait de reconstituer – utilement ou non - les intentions sensibles et conceptuelles du projet d'ensemble.

C'est une pratique assez répandue, devenue une sorte d'évidence contemporaine, un incontournable de l'exposition personnelle: un titre générique souvent en anglais (y compris quand ce n'est pas justifié, ce qui n'est pas exactement le cas ici) vient qualifier le rassemblement de quelques œuvres en les plaçant dans une perspective, qu'elles aient été conçues ou non à dessein. Une façon sans doute d'insister sur ce qui les fédère au-delà - ou en deçà - du disparate des apparences. C'est au visiteur d'opérer des liens, de «croiser les regards». L'ensemble peut-être perçu à la fois comme une vaste installation occupant tout l'espace d'exposition et comme la somme d'œuvres autonomes et potentiellement indépendantes. Ajoutons que dans le cas qui nous occupe, Dazibao - schéma réalisé à la craie sur fond de mur noir dans l'entrée de l'espace d'exposition - vient affirmer de façon didactique la nature organique d'un ensemble où chaque œuvre est en interrelation avec les autres.

Au sein de ce vaste projet, l'œuvre éponyme de l'exposition, Practice Zero Tolérance est un formidable trompe-l'œil, une épave de voiture calcinée entièrement réalisée en terre cuite. L'effet est saisissant car l'illusion matérielle résonne avec d'autres types d'illusions, plus idéologiques sans doute. Tout repose sur cette parfaite adéquation entre le jeu de la transsubstantiation (le passage d'un matériau à un autre - simulé ou effectif - de la tôle à la terre puis de la terre au charbon) et le jeu de la transfiguration (le passage d'une figure à une autre, du statut de l'objet à un autre, selon son contexte et son inscription). Et cette fascination pour une correspondance si habilement décelée, cette séduction irrépressible qu'exerce sur nous le mouvement même de cette métamorphose, nous prend au piège de notre propre rapport à la réalité et ses illusions, notre propre perception de l'actualité et ses détournements.

Pluie noire est une série de forets de perceuse, sculptés dans le marbre noir, surdimensionnés à différentes hauteurs d'hommes et disposés à la verticale. Autre métamorphose, du métal au marbre cette fois, autre déviation signifiante de statut, puisqu'à travers cette verticalité associée à cette disposition des objets, est évoqué un groupe humain. Cette sorte de portrait collectif et anonyme suggère des rapports d'agressivité contenue, de jeux de pouvoir, de relations hiérarchiques, etc. Une fois encore, le trivial et le noble cohabitent par le biais d'une matérialité rejouée. La tôle calcinée était rendue par la céramique, l'acier l'est ici par le marbre. La référence contingente et profane est transférée vers une matérialité anoblie, l'artiste recourt ainsi aux stratégies classiques de la métamorphose en sculpture pour servir un propos au faîte de l'actualité.

Autour de ces deux pièces maîtresses qui s'imposent par leur matérialité et leur mise en œuvre, se répartissent d'autres œuvres moins spectaculaires, peut-être plus légères. Schnell est une boucle vidéo de 11 secondes qui témoigne de la chute d'une caméra à 700 mètres d'altitude au-dessus de Berlin: tourbillon illisible d'images, ponctué par quelques ...

fleche suivante1/2



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140214MacLyon01Moto
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140331ArchiUrgence
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Claude Viallat, 2011-182, 2011. Acrylique sur toile en demi cercle. 200 x 400 cm
Compagnie Tpo, Babayaga. Danse. 50 min
Jean-Claude Gallotta, L’Enfance de Mammame, sd. Danse, jeune public



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales