logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Adel Abdessemed
Practice Zero Tolerance
14 sept.-19 nov. 2006
Paris 19e. Le Plateau
A travers une série d'oeuvres plus ou moins distancées, Adel Abessemed aborde les tensions du monde actuel. Entre sculpture et installation, ses oeuvres évoquent l'idée d'une fermeté aveugle, exprimée par la notion de «tolérance zéro».
fleche suivante1/2
Par Philippe Coubetergues

Adel Abdessemed signe l'exposition de rentrée du Plateau. C'est aussi sa première exposition personnelle dans une institution parisienne. Elle reprend et augmente un ensemble d'œuvres exposées cet été à la Criée de Rennes.
Son titre anglais, qui peut se traduire par «pratiquer la tolérance zéro» cite une démarche, un mot d'ordre largement répandu dans le monde occidental à l'égard des actions terroristes et plus généralement criminelles.

L'idée d'une fermeté aveugle, sourde au cas particulier, n'est pas nouvelle. Mais l'expression, empruntée au registre militaire, inquiète ou séduit, en suggérant tout à la fois la discipline, l'auto-conviction, le systématique, et une justice directe, radicale et non négociable qui fascine le politique par son efficacité supposée.

Il faut donc aborder l'exposition sous l'angle de cette problématique revendiquée qui renvoie directement à une actualité sociale et politique, à laquelle l'artiste d'origine algérienne serait particulièrement sensible. Pour autant, il ne faut pas s'attendre à ce que toutes les œuvres se prêtent explicitement à cette interprétation. Sans doute est-ce plutôt dans les interconnexions qui rapprochent ou opposent les œuvres entre elles qu'il conviendrait de reconstituer – utilement ou non - les intentions sensibles et conceptuelles du projet d'ensemble.

C'est une pratique assez répandue, devenue une sorte d'évidence contemporaine, un incontournable de l'exposition personnelle: un titre générique souvent en anglais (y compris quand ce n'est pas justifié, ce qui n'est pas exactement le cas ici) vient qualifier le rassemblement de quelques œuvres en les plaçant dans une perspective, qu'elles aient été conçues ou non à dessein. Une façon sans doute d'insister sur ce qui les fédère au-delà - ou en deçà - du disparate des apparences. C'est au visiteur d'opérer des liens, de «croiser les regards». L'ensemble peut-être perçu à la fois comme une vaste installation occupant tout l'espace d'exposition et comme la somme d'œuvres autonomes et potentiellement indépendantes. Ajoutons que dans le cas qui nous occupe, Dazibao - schéma réalisé à la craie sur fond de mur noir dans l'entrée de l'espace d'exposition - vient affirmer de façon didactique la nature organique d'un ensemble où chaque œuvre est en interrelation avec les autres.

Au sein de ce vaste projet, l'œuvre éponyme de l'exposition, Practice Zero Tolérance est un formidable trompe-l'œil, une épave de voiture calcinée entièrement réalisée en terre cuite. L'effet est saisissant car l'illusion matérielle résonne avec d'autres types d'illusions, plus idéologiques sans doute. Tout repose sur cette parfaite adéquation entre le jeu de la transsubstantiation (le passage d'un matériau à un autre - simulé ou effectif - de la tôle à la terre puis de la terre au charbon) et le jeu de la transfiguration (le passage d'une figure à une autre, du statut de l'objet à un autre, selon son contexte et son inscription). Et cette fascination pour une correspondance si habilement décelée, cette séduction irrépressible qu'exerce sur nous le mouvement même de cette métamorphose, nous prend au piège de notre propre rapport à la réalité et ses illusions, notre propre perception de l'actualité et ses détournements.

Pluie noire est une série de forets de perceuse, sculptés dans le marbre noir, surdimensionnés à différentes hauteurs d'hommes et disposés à la verticale. Autre métamorphose, du métal au marbre cette fois, autre déviation signifiante de statut, puisqu'à travers cette verticalité associée à cette disposition des objets, est évoqué un groupe humain. Cette sorte de portrait collectif et anonyme suggère des rapports d'agressivité contenue, de jeux de pouvoir, de relations hiérarchiques, etc. Une fois encore, le trivial et le noble cohabitent par le biais d'une matérialité rejouée. La tôle calcinée était rendue par la céramique, l'acier l'est ici par le marbre. La référence contingente et profane est transférée vers une matérialité anoblie, l'artiste recourt ainsi aux stratégies classiques de la métamorphose en sculpture pour servir un propos au faîte de l'actualité.

Autour de ces deux pièces maîtresses qui s'imposent par leur matérialité et leur mise en œuvre, se répartissent d'autres œuvres moins spectaculaires, peut-être plus légères. Schnell est une boucle vidéo de 11 secondes qui témoigne de la chute d'une caméra à 700 mètres d'altitude au-dessus de Berlin: tourbillon illisible d'images, ponctué par quelques ...

fleche suivante1/2



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

kishin Shinoyama, from the book Accident 1/ water fruit, 1991.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales