logo
SerignanSeSouvenir
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Joël Bartoloméo
Portraits
12 juin-14 sept. 2008
Paris 16e. Musée d’art moderne de la Ville de Paris
La vidéo Portraits rassemble l'essentiel des recherches esthétiques et anthropologiques de Joël Bartoloméo: le fait divers, l'histoire, la guerre, le mensonge, lui, son intimité ; le regard qu'il porte sur tout cela.
fleche suivante1/1
Par Paul Brannac

En descendant dans l'obscurité de la salle Boltanski, on perçoit les accents d'une chanson célèbre de Lou Reed, puis, un peu plus loin dans le noir, la voix de Léonard Cohen et celle, plus grave, d'un inconnu.
Sur trois écrans, des photographies alternent avec des vidéos dont le cadrage terriblement serré sur le visage de l'inconnu coupe le front, la bouche et ne ménage que les grands yeux sombres et tristes — un peu fous peut-être — de Joël Bartoloméo.

La première photographie projetée est l'insoutenable cliché d'Eddie Adams qui montre ce Vietnamien anonyme une seconde avant sa mort, d'une balle dans la tempe tirée par le chef de la police sud-vietnamienne. La vue est coupée : du meurtrier on ne voit que le bras qui tend l'arme. Puis la figure de l'artiste paraît à l'écran, attend un peu et se lance dans une longue confession de fautes imaginaires.
Le mea culpa achevé, sa caméra capte l'intérieur de son petit appartement avant de s'arrêter une dernière fois sur ses yeux. L'essentiel des recherches esthétiques et anthropologiques de Joël Bartoloméo est dans cette vidéo: le fait divers, l'histoire, la guerre, le mensonge, lui, son intimité ; le regard qu'il porte sur tout cela.

Près des accumulations de Boltanski, Joël Bartoloméo développe sa propre mythologie personnelle, plus économe de moyens, moins spectaculaire mais non moins inquiétante.
Des œuvres en mouvement, brutales et dépouillées où le décor tient en un visage. Cependant, ce visage en détresse, les mots de l'artiste, ne vont pas assez loin, ne semblent pas dire assez. Si introspectives et intimes que ces œuvres se veuillent, si près que soit ce visage, l'émotion, ou tout autre sentiment, ne passe pas.

L'écran est là que l'on n'oublie pas, limite patente entre l'artiste et son public, entre l'œuvre et l'œil. Il faut dire que la scénographie paresseuse et frustre (à peine quelques photocopies présentent-elles en désordre l'artiste et son propos) n'aurait pu mieux nous isoler chacun. De la bouche de l'artiste sortent des mots impuissants tandis que son regard lui aussi se cogne contre l'écran. Pourtant c'est certain, ces yeux-là avaient quelque chose de plus terrible et de plus grand à nous dire.

Joël Bartoloméo
Little Snow White, 2006. Vidéo, 5mn29
The Revolver, 2006. Vidéo, 4mn32


fleche suivante1/1



ANNONCES


160202MaleterialiteInvisib
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
160210ChapelleCalvairienne
160121MarechalerieYvesBuraud


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La nouvelle liste des Métiers d’Art publiée au Journal Officiel
puce rouge  Décès du plasticien français Jean-Luc Vilmouth
puce rouge  Des donateurs de Nantes achètent un terrain à Marfa, au Texas, pour les artistes et étudiants des beaux-arts de Nantes
puce rouge  Charte sociale du ministère de la Culture et de la Communication concernant ses relations avec ses prestataires
puce rouge  Fleur Pellerin lance le programme «1 immeuble, 1 œuvre»
puce rouge  Clément Cogitore, lauréat du Prix Le Bal de la Jeune Création avec l’Adagp
puce rouge  Cipac : Pour la culture, contre le Front national
puce rouge  Artistes à la Une pour la liberté
puce rouge  L'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy entre dans le dispositif «Admission Post Bac»
puce rouge  L'art contemporain répond à Marine Le Pen
puce rouge  Isabelle Cornaro, commissaire invitée du Prix Fondation d'entreprise Ricard 2016
puce rouge  Les lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2015 annoncés
DIAPORAMA

Sylvie Mir, sans titre, 2015. Acrylique sur non-tissé. 130 x 123 cm.
Hideki Yoshimoto & Yoshinaka Ono, Inaho installation, 2013. Tige en fibre de carbone avec système de LED et tube perforé
Ryan Gander, The Poetics of Gig, 2012. Photographie couleur collée au mur



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales