logo
160330RicardAllouche
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Philippe Ramette
Philippe Ramette
24 oct.-03 fév. 2008
Chamarande. Domaine de Chamarande
Le Domaine de Chamarande, dans l'Essonne, invite désormais chaque automne un artiste. Cette année, Philippe Ramette, un artiste qui utilise la photographie pour remettre en cause la validité des images. Ses œuvres précises, concises et lumineuses d'intelligence semblent avoir trouvé là un décor idéal.
fleche suivante1/1
Par Magali Lesauvage

Déployé dans les salles élégantes du château de Chamarande, les œuvres précises, concises et lumineuses d'intelligence de Philippe Ramette semblent avoir trouvé là un décor idéal.

A l'extérieur, une œuvre monumentale, Echelle 1 (2007), a été conçue spécialement pour le lieu. Faisant le lien entre les douves et le toit du château, la sculpture résume assez bien les tenants et aboutissants du travail de l'artiste : l'exploration des pièges du langage, notamment par le jeu sur les mots, ou sur les sens propre et figuré ; les illusions optiques dues aux changements d'échelle, ici le château paraissant démesurément petit ; la minutie obsessionnelle de l'exécution ; l'absurdité d'une mise en scène destinée, finalement, à remettre en cause la validité des images.
Chacun de ces éléments évoquant immanquablement le surréalisme à la belge d'un René Magritte, où les apparences comme les mots peuvent tromper.

Sculptures, installations, photographies et dessins forment un ensemble significatif du travail de Philippe Ramette, pour lequel cette exposition a été «l'occasion de lancer des pistes» et qui affirme chercher dans ses œuvres à «rationaliser l'irrationnel».
L'une des pistes majeures, suivie tout au long du parcours, est celle du thème du miroir. Le titre de la sculpture Cerveau réfléchissant (2002), en bronze chromé miroitant, joue lui aussi sur les sens figuré et propre: « Mon désir d'utiliser le miroir est ancien, déclare l'artiste, et né de l'idée de jouer avec le double sens du mot, entre la réflexion visuelle et le processus mental. Le langage est souvent pour moi le point de départ d'un travail, à travers un jeu de mots ou une expression, comme tirer sur la corde, le fil du rasoir, etc.».

Ce travail de sculptures et d'installations vient compléter celui, peut-être plus subtil, de photographies et dessins. Dans des images aujourd'hui bien connues, comme Socles à réflexion (1989-2002), ou la série des Exploration rationnelle des fonds sous-marins (2006), dont on retrouve des équivalents dessinés poétiques, Philippe Ramette défie les lois de la pesanteur comme celles de la rationalité.

Certaines œuvres, produites spécifiquement pour le Domaine départemental de Chamarande, constituent pour Philippe Ramette des projets en devenir. Ainsi, il analyse L'Ombre (de moi-même) (2007) en «référence au théâtre : un projecteur, un faisceau lumineux, une ombre au sol et un costume vide, comme la mise en scène d'une personne dématérialisée, ce costume qui est devenu un élément récurrent de [ses] photographies».
De nombreuses œuvres ont en effet pour point focal un personnage omniprésent, et pourtant invisible car n'étant pas le sujet véritable : l'artiste lui-même, dont Philippe Ramette affirme la position dans le dessin A contre-courant (Hommage à Buster Keaton) (2006), «en déséquilibre et en état de résistance», termes qui peuvent également définir le statut revendiqué des images.

Philippe Ramette
Sculptures et installations :
Cerveau réfléchissant, 2002
Espace meeting, 2007
Fauteuil Seatcom, 2007
La Traversée du miroir (image arrêtée), 2007
Le Miroir qu'on casse, 2000
Miroir à ciel, 1989-1990
Miroir déformé, 2002
Miroir rationnel, 2001
Objet à voir le chemin parcouru, 1991
Objet à se voir regarder, 1990
Vitrine, 2001 (et Dessin préparatoire, 2001, dessin)
Sans titre, 2007, installation
L'Ombre (de moi-même), 2007, installation
Echelle 1, 2007, sculpture

Photographies :
Boîte à isolement (utilisation), 1989-2004
Exploration rationnelle des fonds sous-marins : inversion, 2006
Exploration rationnelle des fonds sous-marins : la carte, 2006
Inversion de pesanteur, 2003
Objet à voir le monde en détail, (utilisation), 1990-2004
Promenade irrationnelle, 2003
Socles à réflexion (utilisation), 1989-2002

Dessins :
A contre-courant (hommage à Buster Keaton), 2006
Corps mort disproportionné, 2001
Corps mort (expérimentation métaphysique), 2002
Espace pour le futur (prototype de mobilier urbain), 1998
Lévitation de chaise (Projet Pommery), 2005
Projet pour le Grimaldi Forum, 2003
Rupture de pesanteur, 2002
Sans titre, 1998
Socle rationnel ("hommage à lamafia"), 2002


fleche suivante1/1



ANNONCES


160330Le104Orphelins
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160330JeuPaume
160411CorciaMoscona
160408MarechalMarcJohnson


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
puce rouge  Assemblée générale de l’ANdEA : pour une politique responsable des écoles supérieures d’art
puce rouge  La galerie Dukan déménage rue des rosiers au marché aux puces de Saint-Ouen
puce rouge  Le Centre national des arts plastiques met en ligne sa collection
puce rouge  Appel à candidatures bientôt ouvert pour l’Académie des savoir-faire de la Fondation Hermès
puce rouge  La 12ème édition de la Nuit européenne des musées aura lieu le 21 mai 2016
puce rouge  Les lauréats 2016 du Grand prix de la Ville de Vallauris annoncés
puce rouge  Marion Zilio, nommée directrice du YIA Art Fair
puce rouge  Cinq candidats en lice pour la direction du Théâtre de Cité internationale
puce rouge  «Galeristes»: un nouveau salon au Carreau du Temple
puce rouge  10e édition des Journées européennes des Métiers d’Art
puce rouge  Agnès Alfandari nommée Directrice du numérique à l’Institut français
DIAPORAMA

Alexandre Périgot, La Maison du Fada, 2013. Aluminium structure motorisée. 9 x 1,60 x 3,70 m.
Charles et Ray Eames, Zanotta, Undesignable, la brocante design d’Achille à Paris 2015



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales