logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Véronique Boudier
Nuit d’un jour
22 nov.-27 déc. 2008
Paris 3e. Galerie Valentin
Véronique Boudier n'avait pas réexposé à la galerie Chez Valentin depuis 2002. Un temps conséquent qu'elle a mis à profit pour explorer la vidéo, enfin détachée de la photographie et de l'installation, ses corrélats traditionnels. Une exposition pour se poser la question de la vidéo justement: son rapport au temps, à la narration, au texte et bien entendu au spectateur.

 

fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Nuit d’un jour

Par Emmanuel Posnic

L'artiste n'en est pas à ses premières réalisations. La vidéo parcourt son œuvre depuis l'origine. Comme pour la photographie et l'installation, elle met généralement son propre personnage au centre de la narration à travers des scènes tragi-comiques aux effets tant soignés que spontanés qui tentent d'introduire la complexité de la condition féminine à l'heure de la confusion des genres.

Le travail de Véronique Boudier explore les facettes de cette indétermination, de ce désenchantement qui opèrent dans toutes les strates de la société.

 

Nuit d'un jour associe deux vidéos, l'une au titre éponyme et la deuxième intitulée Deu vie.

 

Deu vie montre en plan quasiment fixe un site sur la corniche d'Ostende en Belgique. Une foule dispersée franchit le champ de la caméra dans le même sens vers une destination qui ne nous est pas révélée. Ce qui nous est révélé en revanche, c'est sa provenance: le feu d'artifices des bords de mer. Nous l'apprenons en voyant défiler sur l'image les paroles de l'artiste, dans le flux de sa pensée, comme un retour sur l'événement au moment du montage vidéo.

Des mots chuchotés et aussitôt écrits, puis des silences, avant la reprise de l'écriture. Véronique Boudier y décrit le paysage, les gens qui le traversent, ses sentiments, ses envies et les paroles de son compagnon que l'on imagine à côté d'elle au moment du tournage.

 

On y découvre en filigrane une femme désabusée, aux antipodes du spectacle qui s'offrait alors à ses yeux. Une soirée de fête que rien ne vient réellement animer, pas l'ambiance d'Ostende encore moins son compagnon malhabile avec elle.

Filmer le ratage, l'échec sans le faire paraître à l'image. Comme si celle-ci, dans sa neutralité brutale, couvrait les tourments et les revers les plus cinglants. Ou comme si elle les devançait, et préparait le terrain aux mots, plus à même d'exacerber les tensions.

 

Un échec, des non-dits encore persistants, une vie qui s'épuise en lambeaux. Véronique Boudier étire l'étrange impression de malaise qui nous étreint comme défile sans discontinuer ce flot d'inconnus, des couples, des familles réunis pour le spectacle.

 

Dans Nuit d'un jour, c'est le temps qu'elle étire, là aussi à travers les lambeaux d'une vie qui s'éteint. Etirer le temps ou au contraire le rétrécir, la distinction n'est pas si évidente.

Nuit d'un jour, c'est une heure en plan fixe, le temps pour qu'une pièce d'habitation soit réduite en cendres. C'est peu pour les souvenirs qui s'y rattachent. C'est beaucoup pour le spectateur. Véronique Boudier retient ce clivage majeur pour interroger la distance qui sépare la narration de celui qui la regarde, pour questionner l'effroyable beauté de ce conte au ralenti qui fait fi du passé et s'achève sur un spectacle de ruines fumantes.

Hormis la correspondance avec l'autre vidéo (il est dans les deux cas question de feu) Nuit d'un jour, c'est aussi par extension l'anéantissement de l'intime, du cocon familier, de la part de féminité qui, dans la compréhension générale, inspire l'espace domestique.

 

D'autres correspondances s'affichent entre les deux vidéos : l'échec, le doute, une certaine forme de mise à nu dans la destruction. Des thèmes qui animent souvent les autofictions de Véronique Boudier et qui rencontrent ici une réflexion précieuse sur le temps, l'attente, le mouvement à l'intérieur de l'image immobile et bien entendu sur les mécanismes de la narration.

 

On a connu Véronique Boudier plus démonstrative, plus sauvage, plus directe. On la découvre ici de manière plus subtile mais aussi plus sèche, plus rude. Plus nue finalement peut-être.



Véronique Boudier
Nuit d'un jour, 2008. Vidéo. 59 min.
Deu vie, 2008. Vidéo. 17 min 11s.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
DIAPORAMA

David McDermott et Peter McGough, Strenuous briefness, 1965. 2011-2012. Huile sur toile de lin. 152,4 x 122,5 cm
Perrine Valli, portrait dans le cadre de Je ne vois pas la fille cachée dans la forêt, création 2010. Pièce pour trois interprètes.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales