logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Martin Kasper
Nouvelles Peintures
06 sept.-25 oct. 2008
Paris 3e. Galerie Eric Mircher
Les salles et halls de Martin Kasper sont des lieux de l'absence. Dans ces architectures froides et austères règnent le silence et le vide, l'attente. Une expérience angoissante de la réalité figée.
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Nouvelles peintures

Par Laura Houeix

Rien ne bouge, rien ne vit. Dans les toiles grands formats de l'artiste allemand Martin Kasper l'espace et le temps se figent. Vidés de leur contenu, ces musées, gymnases, salles d'attente d'aéroport, hall d'école ou atelier, s'exposent nus, faits de perspectives et de reflets maîtrisés. Les lieux publics deviennent des salles privées, huis clos dans lesquels l'artiste nous plonge d'une manière froide et radicale.
Comme dans une visite d'un lieu qui semble abandonné, la recherche d'un peu de vie se fait à tâtons, va-t-on trouver une trace d'humanité dans ces lieux aseptisés ? A première vue, seuls les murs s'exposent dans leur architecture parfaite, dans une géométrie cartésienne.

Dans cette réalité ancrée en ce qu'elle a de plus matériel, débarrassée du sensible et de l'humain, dans ces lieux tout à la fois familiers et étrangers, seule la trace du pinceau vient rappeler que la peinture peut se jouer des apparences et faire vivre l'expérience du réel. Et bien au-delà.

Il y a chez Martin Kasper l'héritage d'une peinture traditionnelle qui a continuellement interrogé ses limites et son rapport au monde sensible. Pousser à l'extrême, la rupture avec un mimétisme formel prend le contre-pied de sa volonté, il ne s'agit plus de s'abstraire du réel pour ne pas le montrer mais bien d'y plonger pour en faire l'expérience sensorielle et formelle.
Au-delà des technologies les plus poussées pour rendre la réalité, la peinture s'affirme ici supérieure à toute innovation, capable à la fois de se saisir de ces lieux avec perfection tout en dépassant la simple représentation.

Comme le peintre américain Edward Hopper, Martin Kasper rappelle que la peinture, transforme la nature de l'image, tout en la produisant. Il n'y a pas dans ces immenses toiles, que ces murs aux couleurs ocre et verte, que ces fenêtres irradiant le sol. Ces lieux d'enfermement deviennent irréels, angoissants et fictionnels. Et le pouvoir évocateur de la peinture se met alors en marche. Le monde empirique rencontre celui de la représentation formelle. Les halls et salles vides deviennent autant d'expériences de la solitude et de l'attente, du vide et de l'absurde. Ces «intérieurs» prennent alors tout leur sens à travers cette expérience subjective.

Ces natures mortes prennent vie dans le regard du spectateur, à la place du peintre. Un autre point de vue naît pour donner lieu à une nouvelle expérience toujours renouvelée, celle de la représentation par la peinture du réel et de son étrange pouvoir d'abstraction.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
DIAPORAMA

Angelika Markul, Bambi à Tchernobyl (détail), 2013. Installation vidéo, musique de Franck Krawczyk, Vue d’installation, Muzeum Sztuki, Lodz (Pologne).



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales