logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Anselm Kiefer
Monumenta 2007. Chute d’étoiles
30 mai-08 juil. 2007
Paris 8e. Grand Palais
La première édition de Monumenta, dont la volonté déclarée est de «faire rayonner l'art et la création dans le monder entier», accueille un ensemble d'œuvres de l'Allemand Anselm Kiefer, auteur d'une œuvre de mémoire et de douleur.
fleche suivante1/1
Par Magali Lesauvage

Un an après «La Force de l'Art», le ministère de la Culture, soucieux de diffuser de la manière la plus large possible la création contemporaine, a décidé de consacrer chaque année une exposition à un grand créateur actuel, reconnu et célébré de part le monde. L'honneur d'inaugurer cette série d'expositions, intitulée «Monumenta» (référence sans équivoque à la fameuse «Documenta» de Kassel qui débute actuellement), revient à l'artiste allemand Anselm Kiefer, peintre archi-célébré pour son œuvre que d'aucuns qualifient d'«universelle».
Suivront l'an prochain Richard Serra, l'un des plus grands sculpteurs vivants, puis, en 2009, Christian Boltanski, sans doute l'artiste français le plus reconnu internationalement aujourd'hui. Par «accès de tous à la création contemporaine», le ministère de la Culture entend donc en premier lieu favoriser l'«accès de tous à l'œuvre de quelques-uns», jugés les meilleurs de leur génération.

L'écrin somptueux du Grand Palais est un véritable défi muséographique. Anselm Kiefer, principalement peintre, assume cette architecture grâce à l'ingénieuse mise en place d'immenses blocs de béton et de tôles, dénommés «maisons», mais qui ressemblent plus à des bunkers géants qu'à des lieux chaleureux d'intimité. Entre ces maisons se dressent des tours de béton armé paradoxalement fragiles, dont l'une s'est effondrée (Verunglükte Hoffnung, Espoir accidenté, 2007). Dès son arrivée sous l'immense nef de verre et d'acier du Grand Palais, le spectateur est saisi par cette vision de ruines, référence visible à l'Allemagne effondrée dans laquelle grandit Kiefer, né en 1945.

Dans les «maisons» sont exposées des toiles récentes de l'artiste. La plupart sont des hommages à de grandes figures littéraires du XXe siècle ayant placé la terreur de la guerre au centre de leur œuvre. Comme Paul Celan, Louis-Ferdinand Céline (dont Voyage au bout de la nuit est évoqué par un bateau de bois assez anecdotique flottant sur la matière picturale) et Ingeborg Bachmann, Kiefer fait de son œuvre un champ d'action, un travail mémoriel. Mais celui-ci n'est pas mélancolique car le travail de deuil (après la «chute d'étoiles») est passé. Seules en restent des traces.

Kiefer dit ne pas vouloir faire de monument, pourtant chaque ensemble de toiles constitue une sorte de monument mémoriel. Les thèmes de ses séries, plus ou moins explicites, ont pour vocation l'universalité. Nebelland (Pays de brouillard), citant un poème de Bachmann, évoque les paysages dévastés de l'horreur vécue par les prisonniers du «Nacht und Nebel»; le cœur doré qui pend au centre de la toile immense joue sur le registre du symbolisme, cher à la sensibilité allemande qui inventa le romantisme. La matière épaisse est celle de la sédimentation de la mémoire.
On retrouve cette manière d'appliquer largement la peinture au couteau dans toutes les œuvres de Kiefer. Associé au thème de la nature, elle permet à l'artiste de former un monumental herbier (Geheminis der Farne, Secret des fougères), ou d'évoquer l'immensité du cosmos, thème cher au peintre (La Voie lactée). Le peintre ainsi matérialise des thèmes historiques et universels, de l'histoire intime à la grande Histoire commune.

L'œuvre la plus marquante de l'exposition pourtant n'est pas une peinture. Sternenfall (Chute d'étoiles), qui donne son nom à l'exposition, est une gigantesque bibliothèque constituée de livres en métal (le plomb provient du faîte de la cathédrale de Cologne récemment restaurée), entre lesquels sont insérées des plaques de verres à peine scellées menaçant de se briser au sol. La mémoire, fragile comme ces livres qui semblent carbonisés, est synonyme de danger, une fois le travail de deuil achevé.
Si Anselm Kiefer récuse l'idée d'«esthétique de ruines» accolée à son œuvre, c'est pour revendiquer la construction d'une nouvelle mémoire et de nouvelles mythologies.

Anselm Kiefer
Sternenfall, 2007. Plomb. Béton. Dimensions variables.
Verunglükte Hoffnung, Espoir accidenté, 2007. Béton. Dimensions variables.
Nebelland (Pays de brouillard), 2007. Béton. Dimensions variables.
Geheminis der Farne, (Secret des fougères), 2007. Béton. Dimensions variables.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
DIAPORAMA

Pierre Mabille, Antidictionnaire BZ, 2010. Technique mixte sur papier, 21 x 29,5 cm.
Zimoun, Woodworms, wood, microphone, sound system, 2009-2012.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales