logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Nedko Solakov
Mirrors
20 janv.-01 mars 2003
Paris 6e. Galerie G.-Ph & N Vallois
En faisant parler les miroirs, Nedko Solakov retourne les rapports entre le visiteur et l'objet d'art. On ne contemple plus, on est placé sous le regard de l'objet, questionné et jugé par lui. Une manière d'interroger l'art et d'ébranler des certitudes.
fleche suivante1/1
Par Katrin Gattinger

« Miroir, gentil miroir, dis moi… » Ce que la reine dans Blanche Neige nomme gentillesse est plus exactement l'honnêteté du miroir, son impossibilité à lui mentir. Ce qui d'abord la rassure, l'inquiète quand le miroir ne répond plus exactement ce qu'elle attend, quand il proclame qu'une femme plus belle qu'elle existe hors du royaume, au-delà des monts. Ce miroir voit la vérité hors cadre !

Les miroirs de l'artiste bulgare Nedko Solakov sont autrement plus déconcertants. Sept miroirs, placés dans d'opulents cadres dorés, disposés en vis-à-vis dans la galerie, ne reflètent que la blancheur des murs. En s'approchant, on peut cependant apercevoir quelques mots inscrits en anglais sur le bord intérieur du cadre : « Puis-je voir votre dos, s'il vous plaît ? Je suis un miroir très sophistiqué et je suis fermement opposé à servir votre visage ordinaire. Néanmoins restez dans le coin au cas où je changerais d'avis. »
Comme le « gentil miroir » qui trahit Blanche-Neige un peu malgré lui, ceux-ci ne reflètent pas de visages sans émettre de commentaire. Loin de complimenter ou rassurer, ils irritent ou parfois injurient. Plus encore, les textes écrits à la main sur chaque cadre invitent le visiteur à faire des grimaces : « Ouvrez votre bouche ! Plus… plus… un peu plus encore. Plus ! Restez ainsi aussi longtemps que possible et tout va s'arranger. » Comme si le miroir voulait intervenir sur la réalité qu'il est censé seulement refléter.

D'un miroir à l'autre, sont en fait interrogées les notions de visible, vision, visibilité, reflet, réalité et vérité. Il apparaît ainsi tour à tour que la Vérité n'est pas dans le reflet (« Vous êtes tellement moche ! Heureusement ce miroir est suffisamment poli pour ne pas vous dire la vérité »), et que la vision ne prouve rien (« Fermez vos yeux, s'il vous plaît. Votre reflet sur mon visage sera toujours là. Quel heureux miroir, suis-je. »). Dans leur toute puissance, deux miroirs prétendent même être pourvus d'odorat (« Vos pieds puent, n'est-ce pas ? ») et connaître d'autres espaces-temps.

En faisant parler les miroirs, Nedko Solakov retourne les rapports entre le visiteur et l'objet d'art. Le visiteur ne contemple plus, il est placé sous le regard de l'objet, questionné et jugé par lui : « Vous aimez-vous ? Hein ? Et si oui, pourquoi ? », demande Mirror n° 2.

L'œuvre de Nedko Solakov prend largement l'univers de l'art comme thème : The Collector of Art (1992), Mr Curator, please… (1994), The Thief of Art (1994-1996). En 1999, il a été à l'initiative de la participation de la Bulgarie à la Biennale de Venise en envoyant quinze mille exemplaires d'une carte postale qui annonçait justement cette participation : Announcement désignait la situation de l'art contemporain en Bulgarie et révélait les stratégies utilisées par les artistes bulgares, dix ans après la fin du totalitarisme.

À la Biennale de Venise en 2001, Nedko Solakov a fait repeindre par deux hommes les murs d'un espace en noir et en blanc : l'un peignant au rouleau sur la peinture de l'autre. On pouvait croire que la salle n'était pas prête, toujours en chantier. Durant la durée de la Biennale, les murs n'ont jamais été entièrement d'une seule couleur. Ni en noir, ni en blanc. Il s'agissait d'éviter la vision unique, de briser le manichéisme du bien et du mal, d'ébranler les certitudes et les attentes.
Une démarche qui se poursuit dans Mirrors, avec le brouillage des rôles convenus entre les choses et leurs reflets…

Nedko Solakov
Mirror # 4, 2003. Bois, feuille d'or, miroir, encre permanente : « Bye ! bye ! May I see your back please (…) ». 62,50 x 42 x 6 cm.
Mirror # 5, 2003. Bois, feuille d'or, miroir, encre permanente : « Open your mouth ! More… more… a little bit more ! Stay like that as long as you can and everything will be okay. » 56 x 49 x 4 cm.
Mirror # 3, 2003. Bois, feuille d'or, miroir, encre permanente : "Your feet smell, don't they ? Don't worry — I still like you ». 88,50 x 52,50 x 10,50 cm.
Mirror # 1, 2003. Bois, feuille d'or, miroir, encre permanente : « Close your eyes, please. Your reflection on my face will still be there. What a lucky mirror I am. » 60,50 x 44,50 x 6 cm.
Mirror # 7, 2003. Bois, feuille d'or, miroir, encre permanente : « You are so fucking ugly. Luckily this mirror is polite enough not to tell you the truth. » 60,50 x 44 x 6 cm.
Mirror #2, 2003. Bois, feuille d'or, miroir, encre permanente : « Do you like yourself ? Do you ? and if you do — why  ? » 100 x 62 x 10 cm.
Mirror # 6, 2003. Bois, feuille d'or, miroir, encre permanente : « Look at your face ! Shame on you ! Why do you secretly drop a tiny fart about an hour ago ? » 59,50 x 39,50 x 4 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
puce rouge  La galerie christian berst part à la conquête de New York
DIAPORAMA

Tacita Dean, vue d’exposition, 2014.
Alonzo King, Lines Ballet, Constellation, 2013. Danse. 1h10
Lorna Simpson, Chess, 2013. Installation video HD avec trois projections, noir et blanc, son, 10’25” (en boucle). Composition et interprétation par Jason Moran.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales