logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Robert Devriendt
Les Amants de la forêt
09 mars-28 avril 2007
Paris 6e. Galerie Loevenbruck
Devriendt cultive le (très) petit format à l'outrance: de quatre à douze centimètres de longueur. Pour entrer dans son monde, il faut approcher son visage au plus prêt de la toile, tendre l'œil…
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge A Voyeur’s Devotion

Par Nicolas Bauche

Un seul mot vient à l'esprit au sortir de l'exposition Les Amants de la forêt à la galerie Loevenbruck: Hopper. Tout chez Robert Devriendt rappelle le peintre américain, de la touche sensuelle et pleine de son pinceau couvrant entièrement la toile en une couche homogène et fine jusqu'aux sujets qui occupent l'esprit du plasticien. Pourtant l'Américain et le Flamand ne semblent pas avoir le même sens des proportions. Devriendt cultive le (très) petit format à l'outrance: de quatre à douze centimètres de longueur, dans le meilleur des cas.

Pour entrrer dans son monde à la sensualité engourdissante et mensongère, il faut donc approcher son visage au plus près de la toile, tendre l'œil comme d'autres l'oreille pour discerner le moindre bruit. Le peintre a modelé chaque vignette d'arrondis aux couleurs chaleureuses, des violets, verts et bleus derrière lesquels se dissimulent les fantasmes de nos contemporains.

En usant de la série comme d'un montage cinématographique, Devriendt crée le mouvement d'une vignette à l'autre et ce travelling en peinture déploie la morbidité sous-jacente de ses thématiques. Sur trois toiles, un paysage de montagnes révèle un crâne comme dissimulé dans les massifs rocheux. C'est là tout le malaise que distillent ses œuvres.
Les séquences mettent en branle des détails arrachés au réel, décadrés — on ne perçoit que très rarement les visages figurés, tout au plus une chevelure ou des chevilles chaussées d'escarpins — et qui livrent ainsi des scènes dont la décontextualisation ajoute à la force.

Des routes goudronnées et des aigles, des femmes et des volcans fumants, les hommes et la nature s'appellent dans la grammaire picturale de Devriendt: peut-être est-ce un vieux reste d'écriture automatique ou tout simplement l'envie de forger un érotisme panthéiste dans l'art contemporain. Chez Devriendt, l'appel des corps cimente la peinture.

Robert Devriendt
Séquence (Passion et Crime), 2006. Huile sur toile. 6,5 x 8,5 cm.
Séquence, 2006. 3 huile sur toiles. Formats divers. 75 x 5,5. 11 x 7,5. 7 x 8 cm.
Conte intime, 2007. Série de peintures.
Klein Beweging (Petit Mouvement) N°2, 2005, Séquence de 3 peintures. Huile sur toile. 7,5 x 9 cm chacune.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole des Arts décoratifs (Ensad)
DIAPORAMA

Julio Le Parc derrière une Cloison à lames réfléchissantes, 1966. Photographie noir et blanc.
Roland Cognet, Sans titre, Lion, 2012. Bois gravé. 155x105 cm.
Portrait d’André S.Labarthe au Centre Pompidou. Photographie couleur



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales