logo
160131LouviersTelemaque
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Robert Devriendt
Les Amants de la forêt
09 mars-28 avril 2007
Paris 6e. Galerie Loevenbruck
Devriendt cultive le (très) petit format à l'outrance: de quatre à douze centimètres de longueur. Pour entrer dans son monde, il faut approcher son visage au plus prêt de la toile, tendre l'œil…
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge A Voyeur’s Devotion

Par Nicolas Bauche

Un seul mot vient à l'esprit au sortir de l'exposition Les Amants de la forêt à la galerie Loevenbruck: Hopper. Tout chez Robert Devriendt rappelle le peintre américain, de la touche sensuelle et pleine de son pinceau couvrant entièrement la toile en une couche homogène et fine jusqu'aux sujets qui occupent l'esprit du plasticien. Pourtant l'Américain et le Flamand ne semblent pas avoir le même sens des proportions. Devriendt cultive le (très) petit format à l'outrance: de quatre à douze centimètres de longueur, dans le meilleur des cas.

Pour entrrer dans son monde à la sensualité engourdissante et mensongère, il faut donc approcher son visage au plus près de la toile, tendre l'œil comme d'autres l'oreille pour discerner le moindre bruit. Le peintre a modelé chaque vignette d'arrondis aux couleurs chaleureuses, des violets, verts et bleus derrière lesquels se dissimulent les fantasmes de nos contemporains.

En usant de la série comme d'un montage cinématographique, Devriendt crée le mouvement d'une vignette à l'autre et ce travelling en peinture déploie la morbidité sous-jacente de ses thématiques. Sur trois toiles, un paysage de montagnes révèle un crâne comme dissimulé dans les massifs rocheux. C'est là tout le malaise que distillent ses œuvres.
Les séquences mettent en branle des détails arrachés au réel, décadrés — on ne perçoit que très rarement les visages figurés, tout au plus une chevelure ou des chevilles chaussées d'escarpins — et qui livrent ainsi des scènes dont la décontextualisation ajoute à la force.

Des routes goudronnées et des aigles, des femmes et des volcans fumants, les hommes et la nature s'appellent dans la grammaire picturale de Devriendt: peut-être est-ce un vieux reste d'écriture automatique ou tout simplement l'envie de forger un érotisme panthéiste dans l'art contemporain. Chez Devriendt, l'appel des corps cimente la peinture.

Robert Devriendt
Séquence (Passion et Crime), 2006. Huile sur toile. 6,5 x 8,5 cm.
Séquence, 2006. 3 huile sur toiles. Formats divers. 75 x 5,5. 11 x 7,5. 7 x 8 cm.
Conte intime, 2007. Série de peintures.
Klein Beweging (Petit Mouvement) N°2, 2005, Séquence de 3 peintures. Huile sur toile. 7,5 x 9 cm chacune.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160202MaleterialiteInvisib
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
160121MarechalerieYvesBuraud


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La nouvelle liste des Métiers d’Art publiée au Journal Officiel
puce rouge  Décès du plasticien français Jean-Luc Vilmouth
puce rouge  Des donateurs de Nantes achètent un terrain à Marfa, au Texas, pour les artistes et étudiants des beaux-arts de Nantes
puce rouge  Charte sociale du ministère de la Culture et de la Communication concernant ses relations avec ses prestataires
puce rouge  Fleur Pellerin lance le programme «1 immeuble, 1 œuvre»
puce rouge  Clément Cogitore, lauréat du Prix Le Bal de la Jeune Création avec l’Adagp
puce rouge  Cipac : Pour la culture, contre le Front national
puce rouge  Artistes à la Une pour la liberté
puce rouge  L'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy entre dans le dispositif «Admission Post Bac»
puce rouge  L'art contemporain répond à Marine Le Pen
puce rouge  Isabelle Cornaro, commissaire invitée du Prix Fondation d'entreprise Ricard 2016
puce rouge  Les lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2015 annoncés
DIAPORAMA

Camille Mutel, Go, go, go, said the bird, 2015. Danse. 60 mn.
Holger Trülzsch, Cracking Lines, 1986-1988. Papier émulsion au chloro-bromure d’argent. 100 x 70 cm Marseille/Paris
Alix Cléo Roubaud, Si quelque chose noir 7/17 (Saint Félix), 1980. Epreuve argentique



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales