logo
160520ArtAbordable
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Robert Devriendt
Les Amants de la forêt
09 mars-28 avril 2007
Paris 6e. Galerie Loevenbruck
Devriendt cultive le (très) petit format à l'outrance: de quatre à douze centimètres de longueur. Pour entrer dans son monde, il faut approcher son visage au plus prêt de la toile, tendre l'œil…
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge A Voyeur’s Devotion

Par Nicolas Bauche

Un seul mot vient à l'esprit au sortir de l'exposition Les Amants de la forêt à la galerie Loevenbruck: Hopper. Tout chez Robert Devriendt rappelle le peintre américain, de la touche sensuelle et pleine de son pinceau couvrant entièrement la toile en une couche homogène et fine jusqu'aux sujets qui occupent l'esprit du plasticien. Pourtant l'Américain et le Flamand ne semblent pas avoir le même sens des proportions. Devriendt cultive le (très) petit format à l'outrance: de quatre à douze centimètres de longueur, dans le meilleur des cas.

Pour entrrer dans son monde à la sensualité engourdissante et mensongère, il faut donc approcher son visage au plus près de la toile, tendre l'œil comme d'autres l'oreille pour discerner le moindre bruit. Le peintre a modelé chaque vignette d'arrondis aux couleurs chaleureuses, des violets, verts et bleus derrière lesquels se dissimulent les fantasmes de nos contemporains.

En usant de la série comme d'un montage cinématographique, Devriendt crée le mouvement d'une vignette à l'autre et ce travelling en peinture déploie la morbidité sous-jacente de ses thématiques. Sur trois toiles, un paysage de montagnes révèle un crâne comme dissimulé dans les massifs rocheux. C'est là tout le malaise que distillent ses œuvres.
Les séquences mettent en branle des détails arrachés au réel, décadrés — on ne perçoit que très rarement les visages figurés, tout au plus une chevelure ou des chevilles chaussées d'escarpins — et qui livrent ainsi des scènes dont la décontextualisation ajoute à la force.

Des routes goudronnées et des aigles, des femmes et des volcans fumants, les hommes et la nature s'appellent dans la grammaire picturale de Devriendt: peut-être est-ce un vieux reste d'écriture automatique ou tout simplement l'envie de forger un érotisme panthéiste dans l'art contemporain. Chez Devriendt, l'appel des corps cimente la peinture.

Robert Devriendt
Séquence (Passion et Crime), 2006. Huile sur toile. 6,5 x 8,5 cm.
Séquence, 2006. 3 huile sur toiles. Formats divers. 75 x 5,5. 11 x 7,5. 7 x 8 cm.
Conte intime, 2007. Série de peintures.
Klein Beweging (Petit Mouvement) N°2, 2005, Séquence de 3 peintures. Huile sur toile. 7,5 x 9 cm chacune.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160513Abordable
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160517Le104impatience
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA

Geraldo de Barros, Photoforme, Pampulha, Belo Horizonte, 1951. Photographie
Yan Duyvendak et Roger Bernat, Please, Continue (Hamlet). Théâtre
Pierre Rigal, Asphalte



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales