logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Mauricio Dias, Walter Riedweg
Le Monde inachevé
22 sept.-27 nov. 2005
Paris 19e. Le Plateau
Le travail des artistes brésiliens Mauricio Diaz et Walter Riedweg oscille entre l'art, le documentaire et l'étude sociologique au travers d'installations vidéo. Pour interroger l'aspect inachevé de notre monde ils insufflent une nouvelle forme au documentaire.
fleche suivante1/1
Par Maxence Alcalde

Bien que l'exposition consacrée à l'œuvre collective de Mauricio Dias et Walter Riedweg s'inscrive dans le cadre des manifestations de l'année du Brésil (Brésils, Brésils, l'Année du Brésil en France) on n'y trouve ni cariocas, ni chirurgie esthétique, ni samba…

Le travail de ces deux artistes, qui collaborent depuis le début des années 1990, oscille entre le documentaire et l'étude sociologique au travers d'installations vidéo. Fuyant les facilités de l'exotisme pour évoquer des contrées lointaines, ils interrogent notre monde, plus exactement son aspect inachevé.

Leurs investigations évoquent le travail, les minorités sexuelles ou ethniques, l'immigration et l'intégration, les usages du quotidien. L'axe clairement argumentatif, souffre parfois de positivisme, mais refuse à chaque instant la métaphore. Le processus d'exposition complexe et la polysémie du propos jettent un pont entre l'art et une sociologie inspirée de Pierre Bourdieu.

Parmi les installations vidéos présentées au Plateau — la plus ancienne intitulée This is not Egypt datant de 1999 —, deux retiennent particulièrement l'attention : Flesh (2005), présentée pour la première fois en France, et Sugar Seekers (2004).

Avec Flesh (Chair), on est immergé dans une petite pièce aux murs noirs sur lesquels deux projections se font face. La première montre le processus de mise à mort et de dépeçage d'agneaux dans un abattoir de Berne (Suisse), et la seconde filme Mustafa, jeune enfant égyptien, assistant au sacrifice rituel du Baihran.
Si l'aspect «gore», voire un sentiment de dégoût et de répulsion qui nous assaille d'abord, l'ensemble de l'installation suscite des impressions plus confuses.

D'un coté, les ouvriers de l'abattoir font mécaniquement leur travail tentant parfois de plaisanter face à la caméra ; de l'autre, l'enfant s'applique à mimer avec tout le sérieux possible les gestes du sacrifice que son père pratique devant ses yeux.
La première vidéo nous fait expérimenter une situation taboue et refoulée dans la société occidentale : la mise à mort (même quand elle est justifiée) d'un animal. Quant au sacrifice rituel vécu à travers les yeux du petit Mustafa apparaît comme un événement social où le père communique un savoir-faire ancestral à l'enfant. Avec Flesh, on est conduit à s'interroger sur notre attitude prédatrice et sur notre capacité à nous indigner de la cruauté de certains rites tout en fermant les yeux sur nos propres pratiques alimentaires. Qu'en est-il d'une société qui refuse de tuer l'animal qu'elle prendra, par ailleurs, plaisir à déguster?

Changement de décor avec Sugar Seekers (2004). Dias et Riedweg dirigent leur attention sur les populations immigrées de Liverpool. Alors qu'un documentaire traditionnel aurait traité le sujet dans sa linéarité, les deux artistes mettent en œuvre un dispositif interactif basé sur l'emploi de mots-clés. Une projection vidéo présente sur un mur simultanément plusieurs écrans de formats différents. Entre chaque séquence, les écrans s'animent autour de mots-clés pour en faire émerger un seul. Le spectateur voit ce mot apparaître sur une table lumineuse disposée devant lui. Rappelant à la fois les écrans maniés par Tom Cruise dans Minority Report et le fonctionnement des moteurs de recherche d'internet, Suger Seekers parvient à nous faire entrer dans son propos en mêlant habilement divertissement et intelligence.

Si le propos développé par cette pièce ne nous apprend rien que nous ne sachions déjà, il parvient en revanche — comme l'ensemble des pièces présentées — à insuffler une nouvelle forme au documentaire.

Dias & Riedweg :
Parcours, 2005. Suite de photographies & vidéo. Façade et entrée du Plateau.
This is not Egypt, 1999. Installation vidéo.
∑ Flesh, 2005. Installation vidéo.
∑ Sugar Seekers, 2004. Installation vidéo.
∑ Voracidad Maxima, 2003. Installation vidéo.

Programmation vidéo
Mama, 2000. Vidéo. 16 min.
David & Gustav, 2005. Vidéo. 15 min.
Os Raimundos, os Severinos e os Franciscos, 1998. Vidéo.

Espace expérimental
Labeur, 2005. Installation vidéo.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
DIAPORAMA

Vue de l’exposition «One Man’s Mess Is Another Man’s Masterpiece», 2010
Alma Fury, Volume sonore #2, Axe-ohm, 2010. Modélisation: Bernard Calet



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales